ACAUPEDPour renforcer les capacités d’accueil des personnes suspectées d’Ebola dans les hôpitaux, le Conseil Général du département du Nord avec l’Association pour la Coordination d’Aides Urgentes en faveur des Populations En Détresse (ACAUPED)  ont offert aux villes de Mamou, Dalaba et Pita, des lits, des tables d’examen, des thermos flash pour renforcer le tri sélectif des malades, des masques, désinfectants pour la protection du personnel, des affiches de sensibilisation pour les écoles et tous les lieux publics de la région de Mamou. Un don de matériels médicaux consommables, des matérielles scolaires et livres techniques.

Ce don d’une valeur estimée à cent milles euros (100 000 euros), soit neuf cent millions de francs guinéens, (900 000 000 GNF)  à été remis par l’ACAUPED aux récipiendaires à la maison de la culture de Mamou, récemment rénové par l’ONG, en prélude du 56ème anniversaire de l’indépendance de notre pays.

Suite à la déclaration de l’épidémie de la fièvre hémorragique à virus EBOLA dans la préfecture de DALABA, depuis le 12 Septembre 2014, l’ACAUPED appuis les collectivités de la dite préfecture dans la lutte contre cette terrible maladie.

Depuis l’annonce du premier cas, au mois de mars dernier, l’ACAUPED a organisé et mobilisé les collectivités pour  participer activement à la sensibilisation et à la surveillance dans tous les secteurs et districts des neufs (9) sous-préfectures et de la commune urbaine de Dalaba pour faire comprendre aux populations : l’existence d’Ebola, le danger que la maladie représente, son mode de contamination, ses moyens de prévention, du dispositif de prise en charge des malades et cas suspects en attendant les services spécialisés.

Pour vite contrer l’épidémie à Dalaba, un comité de lutte contre Ebola a été constitué avec les résidents et les ressortissants de la Préfecture tant en Guinée qu’à l’étranger. Les partenaires comme l’OMS, l’UNICEF se sont mobilisés aux cotés de l’ACAUPED  pour arrêter la propagation de la maladie.

Pendant cette période, l’ACAUPED a mené plusieurs actions sur le terrain. Nous pouvons citer entre autres : la formation de 44 agents de communication chargés de la sensibilisation dans les villages frontaliers comme Ouré Kaba et 15 agents à Soyah. Soit un  total de 20 agents communicateurs venant des deux sous-préfectures et des 20 districts dont 5 agents de la santé.

A Mamou, l’ACAUPED a également procéda à la formation des religieux chargés de faire passer les messages dans les différentes mosquées et Eglises. Avec une aide logistique pour couvrir les mosquées de la préfecture de Mamou, 25 imans on été formés, des kits d’hygiène  ont été également remis pour les hôpitaux et centres de santé.

A Dalaba, les agents de santé de toute la préfecture ont été formés en surveillance épidémiologique et  dans la protection individuelle, la prise en charge des malades. Des kits d’hygiène  ont été offerts et des émissions ont été produites à la radio Bolivar Fm pour faire passer des messages de sensibilisation en faveur des populations des zones rurales.

Pour mieux contenir l’épidémie, 74 comités de veille sont mis en place dans tous les quartiers, districts et gros villages. Des membres des comités de surveillance ont été formés. Ces derniers sont composés notamment du sous préfet et un agent de santé pour toutes les sous-préfectures de Dalaba. Pour la surveillance à base communautaire, 370 membres de comité de veille ont bénéficié d’une formation. Des outils de surveillance épidémiologique ont été élaborés et fournis pour toutes les sous préfectures. En plus, 4 registres de surveillance ont été mis à leur disposition. Depuis plus de 45 jours, aucun cas positif d’Ebola n’a été enregistré dans la préfecture.

Ce résultat obtenu est le reflet du concours  des partenaires  comme l’OMS, l’UNICEF et l’Ecole de la Solidarité de Dow Bodiè.

Toujours dans le souci d’enrailler l’épidémie, l’ACAUPED entend poursuivre ses activités dans les différentes sous-préfectures de Pita. Aujourd’hui, mardi 30 décembre 2014, l’ONG procédera à la remise des kits d’hygiène aux ressortissants de Pita vivants à Conakry, qui seront chargés de faire la sensibilisation dans leurs sous préfectures. En partenariat avec la radio communautaire de Pita, il sera diffusé un micro programme de sensibilisation en direction de toutes les sous-préfectures par les ressortissants de ces différentes localités.

S’agissant de la surveillance, des membres des comités de surveillance ont été formés et qui sont composés du sous préfet et un agent de santé pour toutes les sous-préfectures de Pita. Les restitutions de ces séries de formation aux comités de veille des districts et villages sont également prévues et des outils de surveillance sont disponibles.

De Mamou, Abdoulaye Oumou pour Guineematin.com

 En attendant nos vidéos de cette activité, Guineematin.com vous propose, ci-dessous, quelques images de notre envoyé spécial dans la région de Mamou

Commentaires