Après Abidjan, un cas « suspect » de virus Ebola à Ouagadougou : précisions du ministère de la santé

23 août 2021 à 16 04 03 08038

C’est dans la soirée d’hier, dimanche 22 août 2021, que le ministère burkinabé de la santé a annoncé qu’un cas « suspect » de fièvre hémorragique à virus Ebola a été détecté dans un centre de santé de Ouagadougou. Selon les autorités sanitaires, le patient est un jeune, âgé de 22 ans, qui est arrivé au Burkina Faso deux jours avant, provenance de Niancarré (Kadiolo), République de Côte d’Ivoire. 

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, le communiqué du ministère burkinabé de la santé :

Point d’un cas suspect de fièvre hémorragique au Centre hospitalier universitaire de Bogodogo, Région du Centre, Ouagadougou, Burkina Faso

Le Ministère de la santé informe la population de l’admission aux Urgences Médicales du Centre hospitalier universitaire de Bogodogo (CHU-B) ce dimanche 22 Août 2021 d’un patient âgé de 22 ans. 

Ce dernier est arrivé au Burkina Faso il y a deux jours en provenance de Niancarré / Kadiolo dans la République de Côte d’Ivoire (RCI).

Après un parcours dans deux formations sanitaires du district sanitaire de Ziniaré (Région du Plateau central), il a été reçu aux urgences médicales (UM) du CHU-B ce dimanche. 

Au regard de la situation sanitaire qui prévaut en ce moment dans la sous-région, une enquête étiologique s’impose.

Le patient a été immédiatement isolé par l’équipe du CHU-B conformément aux normes recommandées ; une démarche diagnostique et de prise en charge sont en cours.

Le Ministère de la santé tient à rassurer les populations et les invite au respect des mesures de prévention des maladies. 

Au regard du contexte épidémiologique national et sous régional, le Burkina Faso a renforcé son système de surveillance épidémiologique afin de faire face aux différentes menaces sanitaires.

Ministère de la Santé – Burkina Faso

Lire

Ebola à Abidjan : « la communauté guinéenne est en danger », alerte un médecin

19 août 2021 à 17 05 46 08468

Près d’une semaine après la notification à Abidjan d’un cas positif d’Ebola en provenance de la Guinée, l’inquiétude est grande au sein de la communauté guinéenne vivant en Côte d’Ivoire. En effet, 68 Guinéens qui ont voyagé dans le même bus que la patiente sont jusque-là introuvables.

Des sujets contacts qui peuvent propager la maladie non seulement en Côte d’Ivoire mais aussi en Guinée, où certains d’entre eux se trouveraient actuellement. Une situation dangereuse pour les deux pays, selon Dr Ibrahima Diallo, un médecin guinéen vivant à Abidjan. Il a donné l’alerte dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com ce jeudi, 19 août 2021.

Dr Ibrahima Diallo, médecin guinéen vivant à Abidjan

« La fille testée positive a voyagé avec 70 personnes dans le bus. Si on enlève l’apprenti et le chauffeur qui sont des ivoiriens, les 68 autres sont compatriotes guinéens. Parmi eux, il y a les quatre convoyeurs et leurs passagers qu’ils ont regroupés dans le même bus. Il se trouve que la fille a commencé à développer la maladie depuis la frontière. Et lorsqu’ils sont arrivés à la gare d’Abidjan, la maladie s’est empirée. Son mari est allé la chercher pour l’emmener à la maison.

 Après avoir été testée positive à Ebola, elle a été isolée et est sous traitement. Jusqu’hier, elle allait bien. Son mari a également été isolé ainsi que tous les contacts en Côte d’Ivoire, notamment les agents de santé, les médecins qui ont été isolés et vaccinés. Mais le problème, c’est qu’on n’arrive pas à retrouver les personnes qui étaient avec elle dans le bus. Dès que les convoyeurs se sont rendus compte qu’elle a été diagnostiquée Ebola, ils ont fui pour rentrer en Guinée.

Normalement, ces convoyeurs devaient nous aider à retrouver tous ceux qui ont voyagé avec la fille, parce qu’ils ont souvent la liste de leurs passagers et leurs contacts. Mais ils ont disparu pour rentrer en Guinée. Aujourd’hui, non seulement la communauté guinéenne d’ici, mais aussi ceux qui sont chez nous là-bas (en Guinée) sont en danger. Parce qu’on ne sait pas si certains d’entre eux (ceux qui n’ont pas été retrouvés) n’ont pas contracté la maladie », a-t-il indiqué.

Selon lui, depuis que ce cas d’Ebola a été diagnostiqué, une campagne de sensibilisation est en cours au sein de la communauté guinéenne en Côte d’Ivoire. « On utilise les imams, les transporteurs et nous sommes sur le terrain pour dire aux gens d’aller s’identifier dans la discrétion », a dit ce médecin en service dans la capitale ivoirienne. Il appelle à des actions concrètes et urgentes pour retrouver les quatre convoyeurs qui sont revenus en Guinée, afin qu’ils aident les autorités à localiser les passagers qui ont voyagé avec la patiente.

« Il faut qu’au niveau de la gare routière de Labé, on nous aide, parce que les convoyeurs sont partis de là-bas. Ils ont leurs contacts et ils savent qui sont-ils, parce qu’ils sont partis de là-bas. A un moment donné, l’un d’entre eux était en contact avec le ministère de la santé, il avait coopéré. Mais aujourd’hui, on ne sait pas où il est, son numéro de téléphone n’est plus joignable. Et donc, ce sont des personnes contacts qui peuvent contaminer d’autres. Il faut qu’on parvienne à les localiser parce qu’eux seuls peuvent nous dire quels sont leurs passagers et leur destination », a lancé Dr Ibrahima Diallo.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41 

Lire

Côte d’Ivoire : début des vaccinations contre Ebola

16 août 2021 à 21 09 06 08068

ABIDJAN, 16 AOUT 2021 (AFP) – L’opération de vaccination des agents du secteur de la santé contre le virus Ebola a débuté lundi en Côte d’Ivoire où un cas a été détecté il y a quelques jours à Abidjan, le premier depuis près de 30 ans, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Du brancardier au professeur de médecine, des dizaines de membres du personnel de santé ont reçu des doses de vaccin lors de cette opération qui s’est déroulée au sein Centre hospitalier universitaire (CHU) de Cocody, un quartier d’Abidjan.

La Côte d’Ivoire a reçu de Guinée 5.000 doses de vaccins contre Ebola et « va vacciner le personnel de santé, les parents proches de la victime et ses contacts », a déclaré à l’AFP Germain Mahan Séhi, membre de la cellule de communication du ministère. 

Des sources sanitaires ivoiriennes avaient indiqué que les premières vaccinations des « groupes cibles », avaient débuté dimanche. 

Ces vaccinations démarrent après « la formation (…)  de plusieurs dizaines d’agents vaccinateurs en présence de cinq experts de l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) venus de la Guinée » voisine, durement touchée de 2013 à 2016 et où le virus est réapparu en 2021.

Samedi, les autorités sanitaires ivoiriennes ont été informées par l’Institut Pasteur « d’un cas positif de maladie à virus Ebola après examen d’un échantillon prélevé » la veille « sur une jeune fille âgée de 18 ans de nationalité guinéenne« . 

« Il est extrêmement préoccupant que cette épidémie ait été déclarée à Abidjan, une métropole de plus de quatre millions d’habitants », avait estimé Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, dans un communiqué. 

« Aucun élément n’indique que le cas détecté en Côte d’Ivoire est lié à la récente flambée épidémique qui a touché la Guinée », estime l’OMS. « Une enquête plus approfondie et un séquençage génomique permettront d’identifier la souche du virus et de déterminer s’il existe un lien ». 

Ebola est une maladie virale souvent mortelle, qui touche les humains et d’autres primates. « Les taux de létalité ont varié de 25 à 90% lors des épidémies précédentes » selon l’OMS. « Néanmoins, il existe désormais un traitement efficace, et si les patients sont pris en charge à un stade précoce de la maladie, avec en parallèle des soins de soutien, leurs chances de survie s’améliorent considérablement ».

AFP

Lire

MICROCREDIT : le CRG accélère la campagne agricole à Macenta

21 juin 2021 à 8 08 28 06286
Un groupement de femmes appuyé par le CRG à Macenta (photo d’archives)

Depuis plusieurs semaines, le Crédit Rural de Guinée, la plus grande institution de micro finance du pays est très active dans les milieux paysans à Macenta, au Sud-Est du pays. Sous des formes diverses, il apporte son appui décisif aux agriculteurs de la localité.

En dépit des difficultés liées aux défauts de remboursement constatés au cours de la campagne agricole 2019-2020, le CRG compte injecter cette année environ 11,5 milliards de francs guinéens dans l’agriculture, sur un budget d’environ 24,1 milliards GNF validé pour 2021.

Déjà 5 milliards GNF ont déjà été octroyés aux paysans, a précisé Abdoulaye Touré, délégué régional du CRG à Macenta.

Au cours de la campagne 2019-2020, marquée par la crise sanitaire (Covid-19 et Ebola), le CRG a constaté que plusieurs emprunteurs n’avaient pas respecté les échéances de février, mars et avril 2020, pour les crédits libérés l’année précédente.

« Ils avaient fini la campagne agricole courante (riz, arachide, etc) sans rembourser les prêts qu’ils ont voulu différer sur les produits forestiers (café, hévéa, huile de palme, banane, etc). Sur environ 6,5 milliards GNF, environ 2,5 milliards étaient en impayés et nous avons dû déployer des efforts pour recouvrer ces montants », a dénoncé Touré.

A titre de comparaison, à la même période pour la campagne 2018-2019, les impayés étaient de seulement 600 millions GNF.

Pour la petite histoire, les produits forestiers sur lesquels comptaient les adhérents du CRG à Macenta pour rembourser leurs crédits ont souffert de la fermeture des frontières avec la Sierra Leone et le Libéria…

Pour contourner les difficultés, le CRG a pris cette année la décision de ramener les remboursements aux mois de décembre, janvier et février.

« Tous les crédits octroyés en 2020, sont remboursés en décembre 2020, janvier et février 2021. Le système marche très bien et il  n’y a plus de problème. Le remboursement se fait sur la base des fruits de la récolte », précise Touré.

Avec le nouveau système, le CRG a repris de plus belle ses activités indispensables pour extirper de la pauvreté des dizaines de milliers de famille.

Cheick Soumah

Lire

Soulouta (N’Zérékoré) : 3 décès suspects et un cas positif d’Ebola enregistrés

1 avril 2021 à 20 08 52 04524

image d’archives

Alors qu’elle semblait avoir été vaincue, la maladie à virus Ebola vient de réapparaître à N’Zérékoré. Un cas positif a été enregistré ce jeudi, 1er avril 2021, dans le district de Kpaghalaye, relevant de la sous-préfecture de Soulouta. Selon la directrice préfectorale de la santé de N’Zérékoré, interrogée par le correspondant local de Guineematin.com, c’est suite à trois décès survenus en l’espace de trois jours dans une même famille, qu’un autre membre de cette famille a été testé. Et, son résultat s’est révélé positif à Ebola.

Lire

Vol à l’école primaire du Centre (Boké) : des kits de prévention contre la COVID-19 emportés

17 mars 2021 à 10 10 16 03163

Des individus non identifiés ont perpétré un vol à l’école primaire du Centre, dans la commune urbaine de Boké, la nuit d’hier, mardi 16 mars 2021. Et, c’est la direction de cet établissement scolaire qui a été particulièrement visée par les malfaiteurs. Ils ont emporté des kits de prévention contre la COVID-19 (masques, savons…) et une somme d’un million six cent mille francs guinéens.

Lire

Lutte contre Ebola à N’Zérékoré : des étudiants et encadreurs sensibilisés sur la prévention

17 mars 2021 à 7 07 11 03113

Dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus Ebola dans la préfecture de N’Zérékoré, la sous commission communication et mobilisation de riposte contre la maladie à virus Ebola, en collaboration avec UNICEF, a organisé le lundi dernier, 14 mars 2021, une conférence-débat à l’université de N’Zérékoré. Présidée par le vice-recteur chargé de la recherche, cette conférence qui était axée sur la situation épidémiologique de la région visait à « obtenir l’engagement communautaire des étudiants et travailleurs » pour la lutte contre l’épidémie à virus Ebola en milieu estudiantin, rapporte le correspondant de Guineematin.com à N’zérékoré.

Lire

Guinée : le « gouverner autrement » poursuit son populisme

10 mars 2021 à 15 03 42 03423

Par Habib Yembering Diallo : Déguerpissement ou destruction, c’est selon, par-ci contrôle inopiné par-là, le slogan gouverner autrement commence à montrer son vrai visage. En tout cas pour le moment ce sont les deux actions concrètes que l’on observe sur le terrain.

Lire

Déjà une semaine de prison pour avoir critiqué Alpha Condé ! Qui est Amadou Diouldé Diallo ?

6 mars 2021 à 9 09 06 03063

Amadou Diouldé Diallo, journaliste sportif et historien

Cela fait aujourd’hui une semaine, jour pour jour, depuis que le célèbre journaliste sportif et historien, Amadou Diouldé Diallo, a été arrêté à Conakry au moment où il faisait du sport près de son domicile. Conduit à la direction de la police judiciaire (DPJ) où il a été détenu pendant deux jours, notre doyen et confrère a été déféré à la Maison centrale de Conakry le lundi dernier, 1er mars 2021.

Lire

Lutte contre la Covid-19 : la Guinée veut vacciner les journalistes (Sakoba Kéïta)

26 février 2021 à 18 06 13 02132

Dr Sakoba Keita, directeur général de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS)

« Maintenant, c’est toutes les semaines qu’on enregistre des cas de décès. Et, ça frappe même très fort les gens qui ont moins de 50 ans ; alors que la première vague, c’était un peu les personnes âgées. Nous avons aujourd’hui beaucoup de nos agents de santé qui ont été frappés par cette maladie qui, parfois même, ont besoin d’être réanimés. C’est pour vous dire que la nouvelle variante frappe les jeunes et entraîne même des morts parmi les jeunes », a annoncé Dr. Sakoba Kéita.

Lire

N’Zérékoré : le préfet ordonne la fermeture des cliniques privées non agréées

26 février 2021 à 17 05 04 02042

Sâa Yola Tolno, préfet de N’zérékoré

Les cliniques privées dans le collimateur du préfet de N’Zérékoré. Sâa Yola Tolno vient d’ordonner la fermeture de toutes les cliniques non agréées et l’envoi d’une mission d’inspection dans celles qui sont agréées en vue de s’assurer de leur bon fonctionnement. C’est un communiqué signé le jeudi, 25 février 2021, qui a annoncé cette décision de l’autorité préfectorale, rapporte le correspondant de Guineematin.com à N’Zérékoré.

Lire

Vaccination contre Ebola : le préfet de N’Zérékoré lance l’opération à Gouécké

23 février 2021 à 18 06 14 02142

C’est parti pour la campagne de vaccination contre l’épidémie hémorragique à virus Ebola. L’opération a été lancée dans l’après-midi de ce mardi 23 février 2021, dans la sous-préfecture de Gouécké (N’Zérékoré), où la maladie est réapparue récemment. Et, c’est le préfet de N’Zérékoré qui a donné le coup d’envoi des travaux, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Lire

N’Zérékoré : arrivée de 800 doses de vaccins anti-Ebola

23 février 2021 à 13 01 47 02472

Les premières doses de vaccins anti-Ebola sont arrivées ce mardi, 23 février 2021, à N’Zérékoré. Le ministre de la Santé, Médecin Général Rémy Lamah, et d’autres autorités locales, se sont mobilisées à l’aéroport de la ville pour réceptionner ce premier lot, a constaté le correspondant de Guineematin.com sur place.

Lire

Réticence à Gouécké (N’zérékoré) : les citoyens nient l’existence d’Ebola dans la localité

22 février 2021 à 11 11 17 02172

La réticence est grande à Gouécké, une sous-préfecture de N’Zérékoré (dans le Sud de la Guinée) où l’épidémie d’Ebola est réapparue récemment. Les habitants de la localité nient l’existence de la maladie chez eux, et refusent de se plier aux mesures prises par les autorités. Une situation qui risque de compliquer sérieusement la riposte engagée contre cette épidémie, a constaté un envoyé spécial de Guineematin.com sur place.

Lire

Cas confirmé d’Ebola à Lèro (Siguiri) : 9 contacts recensés (DPS)

20 février 2021 à 15 03 19 02192

Comme annoncé précédemment, la préfecture de Siguiri a enregistré hier, vendredi 19 février 2021, son premier cas d’Ebola depuis la résurgence de la maladie en Guinée. Et, selon des informations confiées à Guineematin.com ce samedi, neuf contacts de ce cas confirmé au virus Ebola ont déjà été recensés. Il s’agit notamment des membres de la famille de ce malade et de certains de ses proches collaborateurs.

Lire

Gouéké (N’Zérékoré) : le risque de propagation d’Ebola est très grand

20 février 2021 à 13 01 28 02282

Le risque est très élevé à Gouéké, sous-préfecture de N’Zérékoré où l’épidémie d’Ebola est réapparue la semaine dernière. Sur place, aucune mesure barrière permettant d’éviter la propagation du virus n’est respectée. La vie continue comme si de rien n’était, ce qui devrait compliquer sérieusement la riposte annoncée par les autorités, rapporte un envoyé spécial de Guineematin.com dans la localité.

Lire

Propagation d’Ebola en Guinée : un premier cas positif enregistré à Léro (Siguiri)

20 février 2021 à 9 09 47 02472

image d’archive

Le virus Ebola, qui est réapparu la semaine dernière à N’Zérékoré, commence à se propager en Guinée. Un premier cas positif a été enregistré hier, vendredi 19 février 2021, dans la préfecture de Siguiri. L’intéressé est arrivé dans la matinée de ce samedi au CTEPI de N’Zérékoré, a appris Guineematin.com du DPS de Siguiri.

Lire

Ebola : 61 nouveaux contacts enregistrés à N’Zérékoré dont 5 à Diawassou (Lola)

18 février 2021 à 18 06 13 02132

Aucun nouveau cas positif ni de décès d’Ebola n’ont été enregistrés dans la journée du 17 février 2021. Mais, 61 nouveaux contacts ont été recensés dans la préfecture de N’Zérékoré. L’annonce a été faite à l’issue d’une réunion de la coordination préfectorale de riposte contre Ebola, tenue ce jeudi18 février, rapporte le correspondant de Guineematin.com à N’Zérékoré.

Lire