koloma-ep-soloprimoNous sommes à quelques jours de l’ouverture des classes au compte de l’année scolaire 2016/2017. Dans de nombreuses écoles publiques de Conakry, et même de l’intérieur du pays, la pléthore dans les salles de classe se le dispute avec l’état délabré des infrastructures. L’école primaire de Soloprimo, au quartier Koloma, dans la commune de Ratoma, n’échappe pas à ce constat peu enviable, a constaté Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Le premier constat qui frappe le visiteur à l’école primaire de Soloprimo est un fossé à ciel ouvert qui travers l’enceinte de part en part. Un fossé qui charrie des eaux usées avec pleins de détritus. On y rencontre des flaques d’eau, de la boue dans une puanteur qui vous colle au nez. Curieusement, on peut lire sur le mur de la cour une expression aux antipodes de la réalité, inscrite en gros caractère « Ecole Propre-Ecole verte ».

koloma-epUne situation qui préoccupe le directeur adjoint de ladite école. Pour monsieur Mavolo Zoumanigui, les risques sanitaires sont énormes : « ce fossé est un danger pour les enfants que nous encadrons ici, surtout les plus petits. Heureusement que nous nous acheminons vers la fin de la saison sèche. Mais, en octobre, il pleut pas mal et ce fossé vient souvent inonder une bonne partie de la cour avec des odeurs nauséabondes », se désole le directeur adjoint.

Sur les actions que la direction compte menée pour assainir les lieux avant la reprise des cours, monsieur Zoumanigui explique : « en général, à une semaine de l’ouverture, nous curons le fossé avec nos petits moyens. Quelques fois, ce sont les cotisations de l’APEAE qu’on utilise pour y faire face. Mais, tant que le fossé n’est pas recouvert complètement, c’est de la peine perdue. C’est pourquoi, nous lançons un appel aux bonnes volontés pour nous aider à fermer le fossé pour en finir avec le fossé là. En tout cas, en octobre et la période mai juin, nous souffrons énormément », se plaint-il.

koloma-ep-soloprimo-jpg0L’autre casse-tête chinois qui rend compliqué la tâche à l’équipe d’encadrement de l’école primaire de Soloprimo est la pléthore dans les salles de classes. Selon notre interlocuteur, l’école comptait 2 148 élèves l’année dernière repartis dans 13 salles de classes, soit une moyenne de 165 élèves par salle. « Cet effectif faut que nous sommes obligés de faire un roulement. Ce qui fait que certains viennent le matin et d’autres le soir. On a en moyenne 70 à 80 élèves par salle et ils sont assis à 3 par table-banc. Pour encadrer tout ce beau monde, nous avons 6 membres de la direction (dont un seul homme) et 34 instituteurs (dont 4 hommes) en situation de classe. Donc, nous sommes au nombre de 40 membres du personnel (dont 5 hommes) pour essayer tant bien que mal à faire face à la situation », précise monsieur Mavolo Zoumanigui.

En outre, il ajoute que ces effectifs de l’année dernière pourraient augmenter  eu égard à la demande. « Quelques fois on peut renvoyer certaines candidatures faute de place suffisante. L’année dernière, on avait 4 classes de 6ème année ; 4 classes de 5ème année ; 5 classes de 4ème année ; 5 classes de 3ème année ; 4 classes de 2ème année et 4 classes de 1ère année. Donc, ce n’est pas évident », lance le directeur.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

 

Facebook Comments