Gassama Diaby, ministre des Droits de l'HommeLe ministre guinéen des Droits de l’homme et des libertés publiques, était devant la presse hier, jeudi 4 septembre 2014. Objectif, faire un bilan des activités réalisées par son département aux hommes des médias. Apres avoir fait comprendre que son département rencontre beaucoup de difficultés, notamment financières, dans la mise en œuvre de son plan stratégique, le ministre des droits de l’homme s’est  quand même réjouit des acquis que son département a enregistré depuis le 05 octobre 2012, date à laquelle ce ministère a été créé. « Le département des Droits de l’homme et des libertés publiques n’a pas reçu de budget de fonctionnement, mais cela ne nous a pas empêché de fonctionner. Il y a des jeunes de ce département qui ne sont pas payés depuis 16 mois, mais nous continuons de travailler et cela ne nous a pas découragés. Depuis que nous sommes là, mon département n’a pas reçu de budget d’investissement, mais cela ne nous a pas amené à renoncer au combat parce que nous pensons que ce pays est le nôtre. Il y a des gens qui travaillent ici depuis plus de 16 mois sans être payés et qui continuent de travailler »

Le ministre des Droits de l’homme et des Libertés publiques s’est félicité des  activités réalisées par son équipe malgré les critiques de certaines personnes : « A chaque fois qu’on nous crique dans ce département, nous répondons à ceux-là, qu’on ne  souhaite  pas qu’ils soient victimes de violation de leur droit, en ce moment-là, ils sauront l’importance des droits de l’homme. Mais, on continu à travailler et on le fera tant que nous sommes là »

Parmi les acquis du ministère des droits de l’homme, Khalifa Gassama Diaby a cité :

  • le renforcement des capacités de certains journalistes à travers un séminaire et la création d’un comité interministériel pour la gestion des traités liés aux droits de l’homme ratifiés par notre pays.
  • la médiation sociale pour le respect des droits des victimes des événements politiques survenus dans le pays et des campagnes de sensibilisation à l’endroit des jeunes des partis politiques sur le civisme, le droit de l’homme, la citoyenneté et la culture du pardon.
  • la visite au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Bourkina Faso, afin d’échanger avec ses confrères et partager les expériences de ces pays et une autre tournée de visite dans les différentes prisons du pays pour la lutte contre les tortures et autres actes liés à l’injustice dans les cellules de détention du pays.

Pour finir, Gassama Diaby affirme que notre pays s’est fait remarquer à travers sa participation au sommet international sur les droits de l’homme et des libertés publiques à Genève.

Assy Diallo

Commentaires