image d’archive

Mamadou Diouma Bah, Thierno Abdoulaye Diallo et Alhassane Bah ont été entendus ce vendredi, 13 avril 2018 par le Tribunal de Première Instance de Dixinn. Ils sont poursuivis pour attroupement, coups et blessures volontaires. Le premier a été reconnu coupable, alors que les deux autres ont été relaxés, a appris sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Les faits pour lesquels les trois citoyens sont poursuivis ont eu lieu en fin février, en marge des manifestations de l’opposition républicaine. Si les prévenus ont nié les faits, les plaignants ont plutôt réitéré leurs accusations contre le trio.

L’interpellation de ces trois prévenus par les forces de l’ordre a eu lieu le 27 février 2018 à des endroits différents de la commune de Ratoma. Mamadou Diouma Bah a été arrêté au quartier Bambéto et les deux autres à Dar-Es-Salam. Ils ont été placés sous mandat de dépôt le même jour.

Interrogé ce vendredi 13 avril 2018 à la barre, Mamadou Diouma Bah dit que c’est parce qu’il n’a rien payé aux policiers qu’il a été envoyé à la maison centrale. « On m’a arrêté avec un de mes amis, ils nous ont embarqués dans le pick-up en nous réclamant de l’argent. Mon ami qui a payé l’argent a été aussitôt libéré. Et moi, comme je n’avais rien sur moi, ils m’ont déposé à la maison centrale », soutient-il.

Pour ce qui est des accusations de coups et blessures volontaires, il dira ne pas se souvenir avoir donné des coups à qui ce soit. « Ce jour, je ne me suis bagarré avec personne, ni avec un civil encore moins avec un corps habillé », a-t-il martelé.

Thierno Abdoulaye Diallo, le second prévenu, soutient avoir été mis aux arrêts derrière sa concession. « On préparait du thé derrière notre cour. C’est là-bas qu’ils sont venus nous mettre aux arrêts. Moi, c’est ici que j’ai vu ce militaire qui nous accuse de l’avoir violenté ».

Cependant les deux plaignants maintiennent leurs accusations d’avoir été agressé par les trois prévenus.

Selon Abdoulaye Diallo, « c’est le 27 février à 21 heures, que Diouma m’a agressé avec un groupe. Il m’a fait tomber en me tirant par terre. Ils ont retiré avec moi une somme de 600 000 francs guinéens et deux téléphones. J’ai appelé au secours et la foule est venue m’aider à le mettre aux arrêts. Il a remis l’argent et mes appareils à son ami qui s’est enfui avec ».

Le second plaignant, le lieutenant-colonel Soriyah Camara, dira que c’est ce groupe qui l’a agressé ce même jour à 22 heures à Dar-Es-Salam. « Ils m’ont agressé en me donnant deux coups de ciseaux au niveau des jambes. Ils ont dégonflé les pneus du véhicule dans lequel on était ».

Dans ses réquisitions, le procureur Alseny Bah va demander qu’il plaise au tribunal de retenir les prévenus dans les liens de la culpabilité d’attroupement et de coups et blessures volontaires. « Je vous demande de condamner Diouma Bah à un an d’emprisonnement et les deux autres à 6 mois d’emprisonnement chacun ».

Au cours de la délibération, la présidente du tribunal, madame Fatoumata Camara va condamner Diouma Bah à 6 mois d’emprisonnement et au payement de la somme de 1 millions 550 mille francs guinéens à la victime Abdoulaye Diallo.

Dans la même décision, Thierno Abdoulaye Diallo et Alhassane Bah sont relaxés pour délit non constitué.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Guineematin