Faya François BourounoComme annoncé précédemment, le pouvoir guinéen et son opposition ont signé hier nuit (jeudi 20 août 2015) un « important » document appelé « accord global définitif » du dialogue politique inter guinéen, devant des émissaires de la communauté internationale, notamment le chef de la délégation de l’UE, l’ambassadeur des Etats Unis, un conseiller de l’ambassade de France, les émissaires de l’ONU, de l’OIF, de la CEDEAO…

Au lendemain de la signature de cet accord qui pourrait apaiser le climat politique à quelques jours de la campagne électorale pour la présidentielle du 11 octobre de cette année, Guineematin.com donne la parole aux acteurs concernés. Après Mohamed Tall de l’UFR, c’est monsieur Faya François Bourouno du PEDN qui a accepté de nous confier ses sentiments.

Selon le porte parole du PEDN, la Guinée avait besoin d’un climat d’apaisement à cette veille d’élection. Il fallait donc concilier les exigences et intérêts politiques à la paix et la stabilité du pays. « Ce n’est pas la totale satisfaction de l’opposition. Mais, il fallait aussi tenir compte des facteurs fondamentaux comme la paix et la stabilité de notre cher pays. L’intérêt supérieur du pays pour lequel nous nous battons et nous acceptons de consentir des sacrifices. Or, comme vous le savez, nous avons expérimenté les manifestations avec ces dégâts, il fallait donc s’en sortir pour aller vers des élections apaisées », a, à peu près, dit monsieur Bourouno.

Mais, ce proche collaborateur de Lansana Kouyaté a encore des inquiétudes, notamment sur la correcte application de cet accord pour laquelle il interpelle le gouvernement et les membres de la communauté internationale, « témoins et observateurs »…

Nouhou Baldé

 

 

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin