Dr. Ben Youssouf KeitaQuatre jours après le braquage de son véhicule par des hommes armés, le député du groupe parlementaire des Libéraux- Démocrates, Dr. Ben Youssouf Kéita  a accordé un entretien à Guineematin.com qui l’a joint au téléphone dans la soirée de ce dimanche 13 mars 2016.

Au cours de notre entretien, l’élu de l’UFDG n’a pas caché son amertume face à l’inactivité du parlement guinéen après l’attaque dont il a été victime.

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, le décryptage de cet entretien avec l’honorable Docteur Ben Youssouf Keita :

Guineematin.com : Honorable, quelle a été la réaction de l’Assemblée nationale après l’attaque dont vous avez été victime dans la nuit du jeudi dernier ?

Honorable Ben Youssouf Kéita : ça, c’est ce qui m’a le plus choqué parce que j’appartiens à l’Assemblée nationale. Aujourd’hui, je suis considéré comme fonctionnaire de l’Assemblée nationale. Alors, dès que l’attaque a eu lieu, dans les dix minutes qui ont suivi l’attaque, j’ai informé en priorité la sécurité, le colonel Moussa Thiegboro Camara et immédiatement j’ai informé l’Assemblée nationale, à travers son secrétaire général, Dr Mohamed Bérété, tout en demandant d’informer le Président de l’Assemblée nationale. Si la sécurité a réagit positivement (elle a pris des dispositions qui m’ont soulagé le même jour et jusqu’aujourd’hui elle continue à me remonter le moral, parce que je reçois des informations qu’ils sont entrain de mener les démarches), l’Assemblée nationale a brillé par son absence et par le manque total de compassion, de réaction et de solidarité. Je ne peux pas comprendre, en tant que membre de l’Assemblée nationale, député, j’informe l’Assemblée nationale et que la direction ne prenne aucune attitude, aucune déclaration, aucune délégation officielle. Ça me déçoit à plus d’un titre. Heureusement,  j’appartiens à un groupe parlementaire, à un parti politique, je suis député de l’UFDG et du groupe parlementaire, à la tête le Président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, ils sont venus promptement me soutenir, me témoigner de leur compassion et m’apporter leur soutien moral. Des députés de la mouvance présidentielle ont fait de même. Je vais citer l’honorable Eva Cros, l’honorable Docteur Cissé, l’honorable Sylla qui aussi m’ont appelé pour apporter leur compassion. Mais, ni le Président de l’Assemblée nationale, ni les membres du bureau de l’Assemblée nationale n’ont fait le moindre geste. Et, personne ne peut dire aussi qu’il n’a pas été informé grâce aux médias, grâce à l’information et surtout que j’ai informé le secrétaire général de l’Assemblée nationale. Alors là, je suis très déçu de ce comportement de l’Assemblée nationale. Heureusement, le 3ème vice-président qui, depuis les Etats Unis, en la personne de l’honorable Abdoulaye Diouma Diallo m’a appelé pour m’apporter son soutien. Et là, parce qu’il est du même groupe parlementaire  que moi. Ce n’est pas normal, une fois qu’on est député, on est député de toute la République. Quand il y a bonheur, c’est pour toute la République et quand il y a malheur, parce que quand un député meurt, c’est tous les autres qui viennent. Quand un député a un problème, c’est tous les députés qui se lèvent, mais je suis déçu de la part de la direction de l’Assemblée nationale.

Guineematin.com : selon vous qui serait derrière cette attaque ?

Honorable Ben Youssouf Kéita : Pour le moment, je ne peux dire que ce sont des bandits parce que je les ai vus, je les ai dévisagés et c’est vraiment minable ce que j’ai constaté. Ce sont des enfants pratiquement qui ont entre 20 et 25 ans avec des cheveux ébouriffé en titre de rasta, drogués. Pour moi, c’est des bandits qui ont pour mission de venir attaquer le député et prendre son véhicule et partir avec. Parce que c’est un véhicule qui coûte vraiment cher, c’est un véhicule de gros calibre. Alors, c’est purement des malfrats. Ce qui me choque de plus, c’est que le jour où il y a eu attaque, le jeudi dernier, les autorités ont envoyé deux policiers qui ont passé la nuit. Mais, aujourd’hui, nous sommes dimanche donc, vendredi, il n’y a eu personne, samedi il y a eu personne et aujourd’hui dimanche, il n’y a personne ici. Alors, je ne comprends pas ce manque de réaction des autorités pour assurer ma sécurité parce que je suis encore en danger. Voici le deuxième phénomène qui me choque au moment où vous me posez la question. L’Assemblée nationale qui n’a pas réagit du tout et les autorités qui n’assurent pas ma sécurité après ce qui m’est arrivé. Je suis aujourd’hui abandonné à moi-même.

Guineematin.com : cela veut dire que vous craignez pour votre vie ainsi que pour celle de votre famille ?

Honorable Ben Youssouf Kéita : Exactement, moi ma vie n’est pas un problème, mais ma famille. C’est dommage parce que cette attaque  a eu lieu dans ma cour, devant ma famille. On m’a immobilisé et m’a fait coucher dans ma cour devant ma famille. Et, ce traumatisme là reste. Aujourd’hui encore, trois jours après, nous sommes abandonnés à notre propre sort. Cela signifie quoi ? Où on va dans ce pays ? Alors que nous sommes un symbole, nous sommes députés, nous sommes 114 députés qui avons été choisis par 12 millions de Guinéens après un vote, après une haute lutte où il y a eu même des pertes en vies humaines. Alors, le symbole est touché, mais ceux qui doivent défendre ce symbole ne pensent pas être concernés par ce qui est arrivée.

Guineematin.com : voilà que cette attaque a eu lieu il y a quatre jours. Est-ce qu’aujourd’hui vous avez une idée sur la destination qu’aurait prise votre véhicule ? 

Honorable Ben Youssouf Kéita : Je n’ai aucune idée. Mais, les autorités, à travers le général Ibrahima Baldé, me rasure que le véhicule sera retrouvé. Et, je suis sûr et certain que quand les autorités militaires, la police, la gendarmerie et l’armée décident de redorer leur blason et de laver l’affront et de relever le défi qui leur est lancé, ils le réussiront et ils le peuvent. S’ils le veulent, ils le peuvent parce qu’ils ont la compétence et l’expérience. Ils connaissent tous les réseaux et sont très bien informés. Et, je suis sûr et certain qu’avec la volonté que le général Baldé a affichée, ainsi que ses services, ce véhicule sera retrouvé.

Guineematin.com : Honorable, avez-vous un appel avez-vous à lancer aux uns et autres ?

Honorable Ben Youssouf Kéita : l’appel que j’ai à lancer, premièrement, c’est à l’endroit de l’Assemblée nationale parce que je suis déçu du comportement du bureau de l’Assemblée nationale. L’attaque est survenue il y a quatre jours, jusqu’aujourd’hui, l’Assemblée nationale n’a fait aucun communiqué officiel. Le bureau n’a envoyé aucune mission, ne serait-ce que pour me soutenir moralement, ça c’est grave. Donc, il faut que l’Assemblée nationale se remette en cause et qu’elle agisse. Il faut qu’on sache que quand on est député, on est député pour tous les Guinéens. Ce n’est pas parce que tu es de la mouvance ou de l’opposition. Ça, que cela soit à l’hémicycle ou en dehors, ça ne se doit pas.

Le second appel, c’est à l’endroit du gouvernement. Ce qui est arrivé à un député est arrivé à un symbole de la République. A partir du moment où le député n’est pas en sécurité, qui peut penser être en sécurité ? C’est un mauvais message envoyé aux investisseurs et aux partenaires économiques, ainsi qu’à tous ceux qui veulent venir en Guinée. Il faut que la sécurité de tous les Guinéens, sans exception, soit assurée et surtout la sécurité des députés. Nous sommes 114, tous abandonnés à nous-mêmes. On a aucune garde rapprochée, ni dans nos véhicules, ni dans nos maisons.

Enfin, je lance un dernier message et un appel au Colonel Thiegboro, au Colonel Baffoe, au Colonel, Soumah, au Colonel Sidibé, au directeur Cassé et surtout au général Ibrahima Baldé de tout faire pour redorer le blason et laver cet affront en retrouvant ces malfrats et le véhicule ainsi que tous ceux qui ont été victimes de braquages ces derniers temps.

Entretien réalisé au téléphone par Mamadou Alpha Baldé pour Guineematin.com

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin