Ville de MaliLors d’une interview accordée à Guineematin.com le weekend dernier, le président de la délégation spéciale de Mali a dénoncé le retard de la subvention d l’Etat qui n’est pas payée depuis le mois d’octobre 2015, date qui marque l’installation de la  nouvelle équipe communale de Mali. Un Etat de fait qui, selon M. Amadou Phily Diallo, freine la mise en œuvre de certaines activités de la commune urbaine.

«Depuis notre installation, ce que nous n’avons pas pu obtenir, c’est de l’argent pour travailler. Nous avons appris que l’Etat réserve pour chacune des communes 150 millions par an. Avant notre arrivée, 50 millions avaient été donnés. Mais depuis que nous sommes là, nous n’avons acquis aucune subvention. Nous dénonçons cet état de fait parce que pour travailler, l’acquisition des moyens s’avère indispensable. Nous sommes vraiment bloqués », a dénoncé le président de la délégation spéciale de Mali

Cependant, malgré ce problème de subvention qui se pose, la nouvelle équipe s’efforce à faire fonctionner la commune à travers la réalisation des activités de développement. Ce sont entre autres : l’électrification de la commune urbaine et des activités liées à la  réconciliation nationale qui ont été jusqu’ici menées.

« Par exemple, nous avons réussi à négocier l’électrification d’une partie de la ville. Un courant qui nous est fournit tous les jours de  10h 30mn à 17h et de 18h à 22h 30mn. A notre arrivée à la commune, l’informatique était méconnue des différents secrétaires, et pour remédier à cela, nous avons cherché deux ordinateurs et nous avons négocié avec un informaticien pour la formation du personnel. Par ailleurs, dans le cadre de la réconciliation nationale, nous avons aussi cherché à rassembler et à unir les populations de Mali »  rassure toute fois, M. Amadou Phily Diallo

Par ailleurs, pour mieux remplir la mission qui leur est assigné, le président de la délégation spéciale, a exprimé une sollicitation au près du ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation qui est habilité à octroyer les subventions aux différentes communes. « Nous sollicitons la subvention, qu’il nous accorde cette subvention car c’est elle, qui nous permet de continuer nos tâches au niveau de la commune. Je fais allusion au ministère de l’Administration car c’est lui qui accorde la subvention» a-t-il sollicité

A l’instar de bon nombre de délégation spéciale du pays, celle de Mali a également  hérité d’une commune très endettée. Une dette qui selon le président de la délégation spéciale de Mali, Amadou Phily Diallo, s’élève à plus de 30 millions de francs guinéens.

Yayé Aissata Diallo, pour Guinneematin.com

Tél : (00224) 620 03 66 65

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin