soutien-gorge SaoudiaDepuis plusieurs jours, une folle rumeur court sur les réseaux sociaux. On annonce que des soutien-gorges ‘’Saoudia’’, vendus en Guinée, contiendraient une substance qui, en contact avec les seins, causeraient le cancer. Comme si quelqu’un pourrait avoir un intérêt à empoisonner sa propre marchandise, les auteurs de la rumeur sont allés même jusqu’à parler de deux cas de morts qui seraient enregistrés à l’intérieur du pays.

‘’Ça nous a surpris et on continue à nous demander comment des gens peuvent être aussi méchants pour inventer et propager de telles rumeurs… », s’indigne Thierno, l’un des commerçants qui vendent ce soutien-gorge. « Heureusement qu’aujourd’hui, les femmes commencent à se rendre compte que c’est une simple diffamation. Elles commencent à acheter à nouveau ces soutien-gorges puisqu’elles ont compris que la rumeur n’était pas fondée », précise l’homme trouvé devant sa boutique à Madina-école, près de la gare routière Liberia où il vend des articles pour femmes depuis plusieurs années. Jusque-là florissant, le business de Thierno et associés a sérieusement été affecté depuis que cette rumeur a été lancée, le 8 mai 2016.

Comme une traînée de poudre et avec la magie du net, une simple invention d’esprit a atteint toutes les contrées du pays en un laps de temps. « J’en ai entendu parler, ça nous inquiète même si on n’a pas eu de problème jusque-là. Tout le monde en parle depuis quelques jours », a témoigné une cliente, sous le couvert de l’anonymat.

Selon nos informations, c’est un certain Mamadou Sayon Sako qui a publié la rumeur sur Facebook avant que celle-ci ne devienne virale. Mais, depuis sa publication, des commentaires fusent de partout : « Si c’était de l’acide, ça n’allait pas dissoudre le contenant ? », lui demande une utilisatrice du réseau social, ajoutant que l’ignorance est la pire des maladies : « Arrêtez un peu, c’est du silicone. Ça fait juste effet push up pour remontrer les seins sans pour autant les augmenter comme les soutiens sont avec les chiffons ». Un autre internaute de s’interroger : « Mamadou Sako est-il médecin ? Dermatologue ? Comment il a établi le lien entre le fait de porter ces genres de soutien et la mort ? De grâce, évite d’alarmer les gens à moins d’être sûr ».

Selon un confrère, ce nommé Mamadou Sayon Sako, enseignant de profession et auteur de cette rumeur, ce sont des femmes qui en parlaient devant lui quand a décidé d’en faire une publication. « J’ai trouvé un groupe de femmes en train de parler de soutien-gorges qui contiendraient des boules dans un liquide qui en contact avec les seins provoque le cancer. J’ai photographié l’une des femmes avec un soutien-gorge en main. Puis j’ai publié sur Facebook pour alerter le public… »

Enfin, la revue « Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention.(1) » indique bien qu’il « n’existe présentement aucune preuve scientifique sérieuse démontrant un lien entre le port du soutien-gorge et le cancer du sein ». Et, des chercheurs du Fred Hutchinson Cancer Research ont conclu  après plusieurs années de recherche : ‘’Notre étude n’a établi aucun lien entre le port du soutien-gorge et un risque accru d’apparition d’un cancer du sein’’.

Alors, qui devrait endosser les pertes enregistrées par cette grave rumeur qui risque d’affecter dangereusement la vente de ce soutien gorge Saoudia ? On se souvient bien d’une autre perte d’un importateur quand la chanteuse Fatou Linsan Barry a chanté « Djon Kossan » avec des T-shirts pourtant bien appréciés à  l’époque…

Ibrahima Baldé pour Guineematin.com 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin