Citoyenneté : ouverture de 5 centres d’éducation civique à Conakry

CNOSCG.jpg0L’IFES, en partenariat avec le conseil régional des organisations de la société civile (CROSC), a procédé à l’ouverture officielle de cinq centres d’éducation civique et électorale (CECE) de la ville de Conakry, a appris Guineematin.com, à travers un de ses reporters. Une cérémonie officielle a été organisée le vendredi dernier, 10 mai 2016 pour présenter lesdits centres à l’ensemble des acteurs représentant les différentes couches de la population.

Dans son discours de bienvenue, Abdoul Sacko, la président du CROSC, a remercié les partenaires au développement que sont l’IFES, l’Union européenne et le PNUD qui ont facilité la mise en place de ces cinq centres d’éducation civique et électorale de la ville de Conakry.

A en croire monsieur Sacko, ce sont 25 jeunes qui animeront ces cinq centres de Conakry avec comme activité dans cette première phase, l’animation des journées portes-ouvertes pour les femmes, les jeunes, mais aussi pour les leaders d’opinion et les collectivités.

« Les animateurs également auront pour actes sur le terrain d’informer l’ordre socioprofessionnel, je veux parler des secteurs informels, les questions d’hygiène publique, la circulation routière, sur l’insécurité, mais aussi sur les bons comportements », a-t-il cité.

Pour sa part,  Sény Condé, la coordinatrice des CECE au niveau de l’IFES, a rappelé l’organisation prochaine de plusieurs activités. Il s’agit notamment du développement d’une campagne d’éducation civique et électorale d’envergure en synergie avec la CENI, sous financement de l’Union européenne avec le PNUD, et le renforcement des connaissances des citoyens sur la démocratie et le processus électorale.

Ainsi, « 3 183 sessions d’éducation civique et électorale, 997 spots, la formation de 284 animateurs, 82 sessions, 80 tables rondes sont programmés » a énuméré Sény Condé.

Quant à Dr. Dansa Kourouma, le président du conseil national des organisations de la société civile guinéenne, il a tout d’abord parlé de l’importance des élections communales et communautaires à venir, avant de regretter le manque d’engouement et du désamour des citoyens, vis-à-vis de ces élections. Un désamour qu’il a imputé aux leaders politiques qu’il accuse d’avoir transporté le débat sur des questions ethniques, régionalistes, plutôt qu’à des projets de développement. « Ça réveille la haine, des sentiments de repli identitaire qui sont entrain d’impacter négativement le vivre ensemble des Guinéens », a-t-il déploré.

Dansa Kourouma a d’ailleurs  rappelé que la commission nationale de réflexion sur la réconciliation a encore du mal à trouver les meilleures solutions, parce que la plaie est très profonde.

Enfin Gassama Diaby, le ministre de l’Unité nationale et de la citoyenneté, a indiqué que la culture de la citoyenneté est un long processus difficilement atteignable dans notre pays. « La réalité en Guinée, c’est l’obsession ethnique, l’obsession identitaire, l’obsession communautaire. Nous sommes obsessionnellement attaché à ces origines exclusives », a-t-il regretté.

Par ailleurs, Gassama Diaby a déploré que les acteurs politiques veuillent toujours limiter le système démocratique aux élections, qu’il dit n’être que la fin d’un processus. « La démocratie va de la base au sommet. Il faut que les citoyens nous donnent les gouvernants, des exemples de tolérance et éviter la manipulation », a t-il conseillé.

Cette cérémonie a pris fin par une prestation théâtrale portant sur le respect de la culture  citoyenne, éducative et électorale.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineemtin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

 

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS