L'avocat recherché, Ahmed Sékou Kouyaté

Ahmed Sékou Kouyaté

Le sieur Ahmed Sékou Kouyaté qui se faisait passer pour avocat de la famille de Nénan Aïssatou dans l’affaire des évènements douloureux de Sanama, relevant de la commune urbaine de Lélouma, a été interpellé vendredi, 1er juillet 2016, pour « usurpation de titre et fonction, escroquerie », et conduit au commissariat urbain de Belle-Vue, dans la Commune de Dixinn, à Conakry, a appris un correspondant de Guineematin.com dans la région administrative de Labé, en Moyenne Guinée.

Monsieur Ahmed Sékou Kouyaté, actuellement détenue au commissariat urbain de Belle-Vue, dans la commune de Dixinn, à Conakry est poursuivi pour« escroquerie, usurpation de titre et fonction, faux et usage de faux » par un certains Boubacar Poty Diallo, petit fils de Nénan Aïssatou Diallo, la vieille de Korbé qui a été agressée et violentée, l’année dernière, par des citoyens de Sanama, un campement d’élevage relevant de la commune urbaine de Lélouma.

Le prévenu s’était invité dans ce dossier politico-judiciaire comme avocat de Nénan Aïssatou Diallo et de son fils Mamadou Saïdou Diallo, détenu actuellement à la maison centrale de Labé, pour avoir tué par balle un des agresseurs de sa vieille et chère mère.  Tout à fait au début de son implication dans ce dossier, Monsieur Ahmed Sékou Kouyaté a réussi à retirer plus de 30 millions de francs guinéens à ses clients, sans résultat apparent.

Il n’a été démasqué que quand il a pris avec cette famille la somme de 6 millions de francs guinéens qu’il prétendait être destinés au Gouverneur de région, au Juge de Paix de Lélouma et au Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Labé, en vue de faire exécuter par la gendarmerie, laissait-il croire, dix mandats d’arrêt décernés contre des citoyens de Sanama dont l’actuel Vice-président de la Délégation Spéciale de la commune urbaine de Lélouma qui bénéficient tous de la protection du préfet de la localité d’alors, Samba Héri Camara, devenu Chef de cabinet du gouvernorat de Mamou.

Lorsque la famille de Nénan Aïssatou Diallo a découvert que le montant débloqué n’a pas été distribué aux autorités administratives et judiciaires aux noms desquelles l’argent est sorti, elle a toute suite recherché et retrouvé le faux avocat à son logement situé non loin de la mosquée du quartier Tata I, dans la commune urbaine de Labé. Là, sur les six millions de francs guinéens, les visiteurs qui l’ont surpris à domicile aux environs de 6 heures du matin n’ont pu récupérer avec Monsieur Ahmed Sékou Kouyaté que 3 millions 500 mille francs guinéens.

Depuis cet incident malheureux, le faux avocat a disparu de la circulation. Il n’a gardé qu’un contact téléphonique avec Boubacar Poty Diallo qui l’a pourtant recruté au nom de sa famille. Pendant qu’il utilisait le terrain quand il a senti l’étau se resserrer sur lui,  il a même cherché, à distance, à faire arrêter son client par le Haut Commandement de la Gendarmerie, Direction de la Justice Militaire, en accusant Boubacar Poty Diallo d’être le bailleur qui a financé le violent soulèvement populaire qui a emporté Monsieur Samba Héri Camara de son poste de préfet de Lélouma.

C’est finalement, environs 3 mois de cavale, qu’il a été interpellé le vendredi dernier avec l’appui de Maître Alseyni Aïssata Diallo, désormais avocat de Boubacar Poty Diallo. Mais, au commissariat urbain de Belle-Vue où il est détenu, il n’a pas encore reconnu les faits qui lui sont reprochés. Il déclare qu’il n’a jamais dit à quelqu’un qu’il est avocat. En appui à ses déclarations, il brandit le contrat écrit qui le lie avec Boubacar Poty Diallo. Contrat dans lequel il avait intelligemment pris le soin de ne pas mentionner le terme avocat. Mais, il a plutôt utilisé la notion de démarcheur par la formule de représentant de Boubacar Poty Diallo dans les démarches liées à cette procédure politico-judiciaire. De sorte que la seule arme qui reste actuellement au petit fils de Nénan Aïssatou Korbé, ce sont les interviews que Monsieur Ahmed Sékou Kouyaté avait accordées à la Radio GPP FM FOUTAH en tant qu’avocat de cette famille. Interviews qu’il a, aujourd’hui, tendance à vouloir nier.

A suivre !

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Téléphones : (00224) 622 269 551 & 657 269 551

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin