ToilettesLes toilettes publiques de Conakry sont devenues une source de revenu pour de nombreux guinéens qui s’investissent dans cette activité, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters qui a fait un tour de quelques centres de la capitale guinéenne.

Construites dans les différents marchés de la capitale et dans certains lieux publics, ces toilettes, bien plus que des lieux de soulagement, constituent le gagne pain pour de nombreux guinéens en manque de repère.

De Kaloum à Matoto, en passant par le plus grand centre de négoce, le marché de Madina, ou la gare routière de Bambéto, ce sont de nombreux jeunes qui s’occupent du nettoyage et du transport d’eau à la satisfaction des clients de plus en plus exigeants, notamment sur la propreté des lieux.

Au centre commercial Foulaba de Madina, à l’instar des autres toilettes publiques installées par des privés dans la capitale Conakry, le passage dans une douche est fixé à 1 000 GNF. Une rentabilité non négligeable pour les promoteurs.

ToilettesSelon le gestionnaire principal des toilettes dudit centre, la rentabilité est comprise entre 300 000 à 400 000 GNF par jour, jusqu’à 2 800 000 GNF par semaine. Cependant, il est à noter que de nombreuses dépenses sont liées à cette activité, notamment l’approvisionnement en eau.

« Ici, nous faisons une rentabilité de 300 000 à 400 000 GNF par jour, mais nous faisons beaucoup de dépenses, surtout dans l’approvisionnement en eau et la vidange. Par jour, nous transportons près de 90 bidons de 20 litres par jour, à raison de 1 000 GNF par bidon. Nous faisons la vidange chaque semaine à raison de 700 000 GNF en moyenne », a dit le gestionnaire des toilettes du centre commercial Foulaba, Mamadou Saïdou Bah.

La propreté des toilettes publiques est l’une des principales exigences des clients. Et les gérants sont conscients de cette exigence, c’est pourquoi ils sont toujours engagés à rendre ces toilettes propres et accessibles.  « Nous nettoyons systématiquement les douches à l’eau de javel après le passage de chaque client. C’est d’ailleurs pour cela que nous avons beaucoup de clients », a confié Mamadou Saïdou Bah.

ToilettesLe grand marché Madina possède plusieurs toilettes publiques dans les nombreux centres commerciaux. On peut noter entre 5 à 8 employés directs par centre qui s’occupent du nettoyage et de l’acheminement de l’eau. On dénombre également les mêmes chiffres dans les autres marchés de la capitale.

À la gare routière de Bambeto, les trois toilettes existantes sont également gérées par des particuliers qui ont employé d’autres jeunes pour la gestion et l’entretien.  Un des gérants de ces toilettes explique le choix de ce travail par le manque d’opportunités d’emploi de la jeunesse en Guinée.  « C’est vrai que c’est un travail difficile et sans honneur, mais le chômage nous oblige à le pratiquer. Je suis resté pendant longtemps dans le quartier avant qu’un ami ne me demande de venir gérer ces toilettes. Mais Dieu merci j’arrive à joindre les deux bouts avec ça », a confié à Guuineematin.com Mamadou Samba Diallo.

Mamadou Mouctar Barry pour Guineematin.com

Tél. : 621 607 907

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin