Dans la matinée de ce samedi 31 décembre 2016, l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) a tenu sa dernière assemblée générale ordinaire pour l’année 2016 à son siège à Commadanya, a constaté Guineematin.com à travers deux de ses reporters.

Après une longue prestation artistique, suivie de la présentation des nouveaux adhérents, il y a eu les différents discours.

Tout d’abord, c’est de madame Halimatou Diallo de la fédération UFDG Autriche (Europe) qui a pris la parole pour dénoncer la mauvaise gouvernance dans notre pays à travers « la corruption, l’insécurité, les détournements des derniers publics etc.». A la fin de sa communication, madame Halimatou Diallo a annoncé une invitation de Cellou Dalein Diallo en Autriche en 2017, suivant le calendrier de celui-ci.

Après l’intervention de cette représentante de l’UFDG en Europe, le vice président de l’Assemblée nationale, honorable, Elhadj Abdoulaye Diouma Diallo, a lu le discours de vœux de nouvel an du bureau exécutif de l’UFDG et des militants adressé au président du parti, Elhadj Cellou Dalein Diallo.

Dans ce discours, Elhadj Abdoulaye Diouma Diallo a rappelé toutes les péripéties traversées par l’UFDG pendant l’année 2016 qui s’achève. Pour lui, c’est une année qui a été « très difficile » pour les Guinéens de tout bord car, dit-il, « l’amorce de la croissance n’a pas été au rendez-vous ».

Parmi les évènements cités par Elhadj Diouma Diallo figurent l’insécurité dans tout le pays, la mal gouvernance économique et financière, la corruption dans le secteur minier, l’aggravation de l’inflation, la médiocrité dans le fonctionnement des services sociaux de base, l’état catastrophique de nos routes…

Sur le plan politique par exemple, le vice président de l’Assemblée nationale a rappelé que de janvier à août 2016, le «pouvoir a usé de la violence et de toute sorte de subterfuges pour assouvir son dessein de liquider l’opposition républicaine, sinon de la réduire à sa plus simple expression dans le plus grand mépris des principes démocratiques et de l’Etat de droit », a-t-il dit.

Pour lui, cette année 2016, l’UFDG a payé encore le plus « lourd tribu » avec notamment les évènements du 24 janvier et du 5 février au siège du parti. Des évènements qui se sont soldés par l’assassinat du journaliste Mohamed Koula Diallo, l’arrestation de 22 agents de sécurité du parti dont un est mort en détention, deux autres sont toujours en prison mais aussi la persécution du député Ousmane Gaoual Diallo.

Poursuivant sa dénonciation, Elhadj Abdoulaye Diouma Diallo a évoqué le cas du jeune assassiné par les forces de l’ordre à son domicile à Bambéto lors de la marche pacifique de l’opposition, le 16 août dernier.

Dans son discours-réponse, le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, a tout d’abord remercié les nombreux militants et sympathisants de son parti pour le courage et la détermination dont-ils font preuve depuis des années.

Dans sa communication, le chef de file de l’opposition guinéenne a rappelé l’engagement du chef de l’Etat, le président Alpha Condé, à respecter et à faire respecter les accords issus du dialogue politique inter guinéen. « Le président a accepté de s’engager solennellement devant le peuple de Guinée et devant la communauté internationale de veiller personnellement, en tant que clé de voûte des institutions, au respect des décisions des dialogues politiques. C’est sur cette base que nous sommes allés au dialogue », a-t-il rappelé.

Selon le président de l’UFDG, si l’accord de 12 octobre dernier est respecté, ce sera « une avancée démocratique non négligeable » pour notre pays avant de reconnaître que ce dit accord n’a pas eu d’unanimité.

Après ce sujet, Cellou Dalein Diallo a, par la suite, dénoncé la mauvaise gouvernance, la corruption, le manque de perspective du gouvernement qui entraîne l’immigration des jeunes.

Après avoir souhaité ses vœux de nouvel an à ses militants, le président de l’UFDG a vivement remercié les hommes des médias qui, dit-il, participent largement à la consolidation de la démocratie dans notre pays. « Le rôle de la presse est très important dans la construction d’une réelle démocratie dans ce pays. Une presse objective, critique nous permet -et le pouvoir et l’opposition- de prendre conscience de nos faiblesses et de les corriger. La presse participe activement à la lutte contre la mauvaise gouvernance », a dit, entre autres, le leader de l’UFDG.

Mamadou Alpha Assia Baldé et Abdoulaye Oumou Sow étaient au siège pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin