Theresa Maria Sibert, mère de la fille enlevée

Dans la soirée d’hier, dimanche 1er janvier 2016, une fillette de 5 ans a été victime d’un enlèvement au quartier Yembeya, secteur 3, dans la commune de Ratoma. La victime est la fille de notre consœur de la radio Soleil FM, Thérésa Maria Sibert. Et, les accusés sont des proches de son petit copain pour qui la journaliste a fait deux enfants, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Interrogée par Guineematin.com, la mère de la fille explique : « la source, c’est ma belle mère qui ne veut pas du tout de moi. L’enfant était avec moi ; mais, un jour, son papa est venu me dire qu’il veut que l’enfant aille avec lui en week-end. Cela a coïncidé à la rentrée scolaire. Il l’a mis à l’école. L’enfant a passé deux ans avec eux. Mais, le niveau de l’enfant ne faisait que baisser. J’ai repris l’enfant après plusieurs tractations. Mais, depuis, plusieurs mois ce sont écoulés sans que le papa ne vienne à la maison pour s’enquérir de ses nouvelles », a expliqué Thérésa Maria Sibert.

Parlant de la tentative d’enlèvement de son enfant, la journaliste dit que tout a commencé par l’arrivée de son copain et père de l’enfant le matin de ce dimanche, « après plus de 3 mois d’absence ». Il aurait réclamé ses habits à sa copine et est reparti peu de temps après.

Dans la soirée, trois sœurs du monsieur sont venues avec un garçon pour voir fille, Aïssatou Aloko, âgée d’environ 5 ans. « Quand je suis sortie de la douche, j’ai vu deux de mes belles sœurs et un petit ami à l’une d’entre elles. Mais, constatant l’absence de ma fille, j’ai demandé à ma grande sœur qui m’a dit que les visiteurs sont venus à 4 et que la 4ème personne a dit qu’elle part avec l’enfant pour lui acheter de la crème. Mais, depuis, mon enfant n’est plus revenu. Et, c’est lorsque les autres ont voulu prendre la fuite que nous les avons retenus ici », a-t-elle expliqué.

Egalement interrogé par Guineematin.com, les mis en cause ont refusé de se prononcer sur cette grave accusation : « je n’ai rien à vous dire monsieur », a répondu l’un d’entre eux.

L’affaire a fait grand bruit dans le quartier, mobilisant plusieurs voisins, y compris le chef du quartier. Et, c’est quand les gendarmes de l’ECO 18 de Cosa sont arrivés que quelqu’un a pris l’engagement devant les parents de faire ramener la fille.

Seulement, l’enfant est toujours « porté disparu ».

À suivre !

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin