‘’Des avancées salutaires et encourageantes malgré les contraintes opérationnelles et procédurales de mise en œuvre’’, c’est la conclusion à  laquelle est parvenue la Session du comité de pilotage du Projet d’Appui au Secteur Agricole en Guinée tenue, ce 8 février 2017 à Conakry.

Ce projet de 4 ans, financé par la Banque Mondiale et dont la finalité est  d’assurer le renforcement des capacités institutionnelles du secteur rural  afin  d’appuyer la mise en œuvre efficace du Plan National d’Investissement  Agricole et de la Sécurité Alimentaire a été passé en revue par une  trentaine de participants tous, membres statutaires étatiques et non étatiques du Comité de Pilotage Stratégique du Projet.

La rencontre a été présidée par Mr le Ministre de la Pêche et de l’Economie Maritime André LOUA qui avait à ses côtés, des hauts cadres des départements sectoriels en charge du Développement Rural. Deux ans après le démarrage des activités du PASAG, les délégués statutaires se devaient donc d’examiner et d’approuver le rapport d’activités 2016 tout en passant au peigne fin, le Programme de Travail et le Budget Annuel 2017 du Projet, préparés et présentés par le staff de la Coordination Opérationnelle Déléguée du Projet.

A l’entame des travaux, le Coordonnateur Opérationnel Délégué du projet a mis un accent sur la spécificité du projet et les défis liés à sa mise en œuvre. Abdoulaye Keita a souligné «  les avancées dans la mise en œuvre du projet en 2016  en dépit  des contraintes liées au  changement des dispositions de passation des marchés par la Banque mondiale. L’unité de pilotage ajoutera t il, « s’est employée à améliorer les performances dans les activités de formation, d’équipements,  d’élaboration des TDR et de passation des marchés ».

Des faiblesses identifiées, des pistes d’actions et des solutions préconisées

 Les exposés techniques ressortiront au cours des débats, les problèmes liés au  faible niveau de décaissement des fonds (21,44% en fin 2016), la célérité dans la production des TDR pour ce projet essentiellement de prestations intellectuelles, l’implication des BDS et DAAF ainsi que les structures partenaires dans la programmation et le suivi des activités  matures.

Des goulots d’étranglements identifiés, des suggestions et recommandations pertinentes seront formulées à l’endroit de la Coordination Opérationnelle du Projet, du comité de pilotage stratégique, des acteurs associés, du partenaire financier et du gouvernement afin que le projet atteigne ses objectifs. Il s’agira entres autres : d’un meilleur appui à la préparation de la négociation avec les prestataires des marchés,  du renforcement des équipes de travail, la réduction des délais de passation,  la sollicitation des dérogations par rapport  à certaines procédures de passation et du relèvement des seuils de passation des marchés.

Les membres statuaires ont aussi a suggéré de travailler davantage avec les Directions techniques des Ministères sectorielles et le Comité Technique d’Exécution (CTE) en vue de proposer des projets  à impacts visibles de nature à absorber le reliquat de 10 millions de dollars us avant la clôture du projet en 2019.

Une synergie d’action entre les BSD et les directions techniques des ministères sectoriels est vivement requise pour la production à temps des TDR de qualité afin de nourrir des activités de prestations intellectuelles programmées par le PASAG.

Le comité de pilotage a également recommandé à la coordination du PASAG d’accélérer l’étude diagnostique institutionnelle des Ministères sectoriels et des organisations socioprofessionnelles afin de promouvoir l’approche sectorielle et d’appuyer l’Agence Nationale de Statistique Agricole et de la Sécurité Alimentaire dans la préparation du recensement national de l’agriculture et de l’Elevage,  l’élaboration de la carte sur la fertilité des sols, la gestion du foncier rural ainsi que l’acquisition du logiciel de suivi évaluation.

En s’adressant aux participants, le ministre des Pêches, de l’aquaculture et de l’économie maritime « a réitéré toute l’importance que le gouvernement accorde à la valorisation des potentiels du monde rural qui occupe et fait vivre  une frange  importante de la population guinéenne ». C’est pourquoi, le Ministre André Loua invitera « tous les acteurs du projet à redoubler d’ardeur, à s’impliquer davantage pour assurer la réussite de la mise en œuvre diligente et efficace du PASAG ».

Les membres statutaires satisfaits de la qualité des documents présentés et des avancées enregistrées par la Coordination déléguée du PASAG ont engagé le Comité de Pilotage Stratégique à travailler en étroite collaboration avec le comité technique d’exécution, les directions techniques et les acteurs bénéficiaires pour identifier et programmer des projets pertinents et des activités susceptibles d’améliorer le faible niveau de décaissement des fonds alloués en améliorant l’élaboration des TDR , le montage et la passation des marchés.

A date, outre les activités de formation et de renforcement des capacités, le PASAG se félicite de plusieurs réalisations notamment la loi d’orientation agricole, la fourniture de moyens logistiques aux acteurs du secteur rural, la production d’importants documents comme le suivi des indicateurs de mise en œuvre des engagements de Maputo ainsi que l’étude sur le profil des bénéficiaires des intrants.

A noter le plan d’action 2017 du PASAG doté d’une enveloppe de 7 millions de dollars us, projette des activités touchant au renforcement des capacités, à la révision institutionnelle et réglementaire, aux études diagnostiques des schémas directeurs sous sectoriels, aux études de cadrage, à l’appui analytique du PNIASA, à la coordination et à la  gestion du projet.

Ibrahima Ahmed Barry

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin