Le Cabinet EDE International (Environnement, Déchets, Eaux) en partenariat avec le Cabinet d’études Stratheg et le Ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire avec l’appui financier de la Banque Islamique de Développement (BID), a organisé l’atelier de lancement du Projet d’Assainissement de la ville de Conakry (PAC). Organisé hier, mercredi 5 avril 2017, dans un réceptif hôtelier de la capitale guinéenne, cet atelier a permis aux différents acteurs de proposer des projets viables et bancables afin de lutter efficacement contre l’insalubrité dans notre capitale, a appris Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Dans son discours de circonstance, Lonceny Camara, le ministre de la ville et de l’Aménagement du territoire, a dit attendre des propositions qui permettront au gouvernement de prendre une position claire et sans ambiguïté sur la question de l’assainissement.

Rappelant la création d’une agence chargée d’assainissement à Conakry, Louceny Camara a indiqué que la première préoccupation est la maîtrise des déchets solides. « Une fois que nous maîtrisons ces déchets solides, il va s’en dire que la maîtrise des autres aspects est facile ; que ce soit, les eaux pluviales, les eaux usées ou les boues de vidange… ».

De son côté, Aliou Tounkara, responsable du cabinet EDE International (Environnement, Déchets, Eaux) a rappelé les trois composantes du projet d’assainissement qui fait l’objet de débat : la gestion de eaux fluviales, les déchets solides et les déchets de vidange. « L’objectif, c’est de nous fixer à travers les clients, c’est-à-dire l’Etat guinéen et la Banque Islamique de Développement, à ces mesures dans un délai de 5 mois au plus tard ; c’est-à-dire fin juin, afin de permettre à l’Etat guinéen et aux bailleurs de prendre des décisions d’orientation d’Assainissement de la ville de Conakry », a fait remarquer Aliou Tounkara, tout en rappelant que la meilleure approche qui permettra de lutter efficacement contre l’insalubrité est l’approche intégrée.

Enfin, Daouda Camara, responsable du bureau Stratheg, partenaire au cabinet EDE International basé en Guinée- connaissant la problématique des déchets solides, des boues de vidange et des eaux pluviales- a dit espérer qu’au sortir de ces différents groupes thématiques, les participants, dont les experts de bureau Stratheg et de EDE International, trouveront des solutions répondants aux besoins des populations de Conakry.

À rappeler que les premiers résultats des études seront restitués à la mi-juin avec toutes les parties en présence. L’évaluation de la requête par la Banque Islamique de Développement (BID) pourra alors démarrer. En principe, c’est en octobre que ce projet- dont le budget indicatif est de 50 millions de dollars US- sera présenté au conseil d’administration pour approbation.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin