Le styliste Bah Alpha Oumar Ly, a, à travers sa maison Alphao Fashion, a récemment organisé une conférence de presse pour expliquer le niveau des préparatifs du festival international de la mode guinéenne, prévu du 8 au 13 mai 2017au stade du 28 septembre de Conakry.

Cette troisième édition du festival international de la mode guinéenne regroupera une quinzaine de pays africains et se déroulera pendant une semaine.

« L’objectif est de faire émerger, pousser les jeunes à pouvoir vivre de leur art, que tu sois mannequin ou styliste. C’est pourquoi, nous sommes allés jusqu’à l’intérieur du pays », a précisé le président directeur de la maison Alphao Fashion, Bah Alpha Oumar Ly, lui-même styliste.

Selon monsieur Alpha Oumar Ly, si on veut lutter contre le chômage, l’immigration clandestine et la délinquance juvénile, il faut essayer d’investir en aidant les jeunes qui sont en train de créer de l’emploi.

« Ces jeunes stylistes qui sont dans leurs maisons de coutures et qui emploient deux, trois, voire même dix, s’ils ferment leurs locaux, c’est le chômage qui augmente ; et, la majorité des gens se retrouvent dans la délinquance. C’est pourquoi, on s’est fixé cette année comme objectif l’émergence, le soutient des jeunes, en les encourageant d’aller de l’avant », a-t-il indiqué.

Concernant les participants à ce festival, le PDG de la maison Alphao Fashion a parlé de 14 pays africains, plus la Guinée avec deux présélections nationales. « Top model, c’est national où il y aura dix filles et 10 garçons. Les jeunes stylistes où il y a 7 lauréats qui feront la finale est aussi national. Pour les 15 pays, ce sont des personnes qui vont participer au grand défilé le vendredi 12 mai 2017 », a-t-il précisé.

Pour sa part, monsieur Siaka Barry, le ministre des Sports, de la culture et du patrimoine historique, a salué la démarche et le dynamisme d’Alphao. « Le talent de la jeunesse guinéenne sur tous les plans, dans toutes les disciplines culturelles, même sportives n’est plus à démontrer. Pour ceux qui ont eu à tourner un peu dans la sous-région, sur le continent et à l’international, vous n’avez pas froid aux yeux devant les autres nations. Que ça soit sur le plan des arts vivants, de la musique, de la danse, de la poésie, de la sculpture et du genre vestimentaire. Ce qui vous a toujours manqué, c’est ce petit accompagnement dans la réalisation de vos projets et surtout dans leur promotion », a fait observer le ministre Siaka Barry.

Le chef du Département de la culture a alors invité tout un chacun de soutenir les jeunes stylistes en faisant leur promotion par le port vestimentaire des tissus d’origine guinéenne.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin