La tenue des élections locales en Guinée continue d’être une préoccupation majeure de nombreux acteurs concernés par le processus. C’est dans cette dynamique que Search For Common Ground est aujourd’hui engagé dans un vaste projet d’éducation citoyenne. L’objectif principal est de contribuer à des élections locales participatives, transparentes et pacifiques en Guinée. Pour y arriver, Search For Common Ground est entrain d’organiser plusieurs activités sur le terrain, a appris Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Search For Common Graound, grâce à un financement du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), est entrain de mettre en œuvre son projet « Choisissons nos élus locaux dans la paix – Les médias et la société civile engagent les citoyens au service des élections locales participatives, transparentes et pacifiques ». Les activités entreprises dans ce sens consistent à « la production et diffusion de spots radio et télévisés sur une campagne électorale apaisée et la procédure du vote, des campagnes de proximité d’éducation des électeurs (sessions d’échange) et des tournées de théâtres participatifs concernant les processus électoraux inclusifs et pacifiques ».
Ce projet permettra également de contribuer aux résultats escomptés du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) en République de Guinée tels que décrits dans son Plan de Travail Annuel (PTA), notamment le résultat escompté 1 : « L’administration électorale dispose des capacités de planification, de mobilisation et gestion des ressources, ainsi que des systèmes et processus électoraux ».

En effet le projet permettra de contribuer à sensibiliser les populations sur les principes fondamentaux de la démocratie et du processus électoral ; renforcer les capacités des organisations de la société civile (OSC) afin qu’elles soient en mesure d’assurer un suivi efficace du processus et de contribuer au renforcement de la transparence des opérations électorales.

Pour ce qui est du battage médiatique autour des élections locales, Search For Common Ground a organisé à l’intérieur du pays, notamment dans les régions de Kankan et de Labé, les 30 et 31 août 2017, une synergie des radios. Cette synchronisation vise à améliorer l’éducation civique des électeurs sur le processus électoral au niveau communal et l’importance d’élections pacifiques.

Pour la région de Kankan, ce sont les préfectures de Kankan et de Siguiri qui sont visées par cette activité. Selon Yayé Aissata Diallo, « Point Focal » de Search For Common Ground à Kankan, contactée au téléphone ce jeudi, 31 août 2017, « la synchronisation au niveau des radios a déjà commencé depuis hier. Pour ce jeudi aussi ils sont déjà en synergie. D’autres reporters sont actuellement sur le terrain pour des séries de reportages. Il y a aussi des émissions en cours de préparation dans la radio Baobab FM qui abrite la synergie. Il y a eu des émissions interactives hier, de tables-rondes, des interviews, des bulletins d’informations concernant l’éducation civique électorale », a-t-elle expliqué.

Par ailleurs, cette synergie, précédée par la formation de cinquante (50) journalistes de la place, concerne six (6) radios de Kankan et une (1) autre de Siguiri, a-t-elle ajouté.

La troisième activité en cours de mise en œuvre à Kankan par Search For Common Ground est une rencontre entre responsables locaux et administratifs avec les citoyens, appelée Tribune d’Expression Populaire (TEP). « Cette activité sera également mise en direct dans la synchronisation. C’est un espace d’échanges et de dialogue interactif entre gouvernants et gouvernés. Une manière d’être à l’écoute des communautés, de leurs préoccupations afin d’en tenir compte dans la prise de décisions », a précisé Yayé Aissata Diallo.

Parlant de l’engouement populaire devant les activités initiées par Search For Common Ground à Kankan, Yayé Aissata Diallo est catégorique : « vous savez aujourd’hui la place qu’occupe la radio dans la vie des communautés. Et si toutes les radios ou presque qui existent à Kankan synchronisent et diffusent la même chose, je crois qu’on n’a même pas besoin de se demander », tranche-t-elle.

A part ces deux activités, Search For Common Ground a eu à réaliser des tournées de théâtres participatifs concernant les processus électoraux inclusifs et pacifiques. Les préfectures de Kankan et de Siguiri ont servi de cadre à ces activités.

A Kankan, selon monsieur Pascal Tamba Ouendeno, un des acteurs des scènes interprétées à certains endroits de la ville, « on a parlé des élections locales, de la vie communautaire et la cohésion sociale. Ça consistait à faire une prestation à l’issue de la quelle nous demandons à l’assistance si le message est perçu. On leur demande leur avis, ce qu’ils auraient pu dire ou faire à la place de l’acteur. On leur demande les solutions qu’ils préconisent pour le vivre ensemble. Ils ont été très attentifs et cela a attiré beaucoup de citoyens », soutient-il.

A Siguiri, les mêmes tournées de théâtres participatifs concernant les processus électoraux inclusifs et pacifiques ont eu lieu. Selon monsieur Mbemba Camara, du Centre d’Ecoute, de Conseils et d’Orientation des Jeunes (CECOJE) de Siguiri, « on a fait quatre (4) théâtres participatifs sur le choix pacifique des élus locaux. On a aussi organisé des sessions d’échanges. Ça consistait à montrer aux gens comment faire un bon choix, ce qu’on appelle le vote, leur dire de ne pas voter par passion mais de se montrer objectif. On a véhiculé aussi des messages de paix, on a invité les gens à éviter la violence et à passé par les voies légales pour régler tous différends », a laissé entendre monsieur Camara.

A l’image de ce qui est fait ou en cours de l’être à Kankan, Search For Common Ground a mené des activités dans la région de Labé en rapport avec les élections locales.

Monsieur Alhassane Konah Baldé, de Search For Common Ground basé à Labé, a dit que « trois (3) types d’activités ont été menées à Labé. Il y a une activité de formation qui a concerné une cinquantaine de journalistes. Après cette formation, il y a l’organisation d’une synergie les radios de Labé et de Mamou. Une synergie qui va parler du bon choix à faire lors des locales. Pratiquement, il y a huit (8) préfectures qui sont concernées par cette synergie, à savoir trois (3) pour Mamou et cinq (5) pour Labé. La troisième activité est une Tribune d’Expression Publique (TPE) qui a réuni les autorités locales, les partis politiques, la société civile face à des citoyens de Labé. Il était question d’échanger sur les enjeux des élections locales, notamment d’élire des responsables locaux dans la paix », a dit monsieur Baldé.

De son côté, monsieur Thierno Souleymane Diallo, du Centre d’Ecoute, de Conseils et d’Orientation des Jeunes (CECOJE) de Labé et Pita, est revenu sur les travaux de groupe organisés par Search For Common Ground. « Les focus-groupes consistaient à rencontrer une trentaine de personnes, sur des lieux différents pour des causeries. On a fait ça à Labé et à Pita. Pour Labé par exemple, on a choisi au moins six endroits de la ville pour échanger avec les gens, pour discuter de l’importance de la paix avant, pendant et après les élections locales. Il y avait une série de questions qu’on posait aux gens. On a fait ces communications en Français et en Poular. On demandait aux gens c’est quoi les élections locales. On a aussi fait du théâtre, mais là les comédiens se sont exprimés en français durant leur prestation », a faut remarquer monsieur Diallo.

Pour le directeur de l’information de la radio GPP FM, basée à Labé et partie-prenante dans la synergie des radios, « les activités des médias ont commencé par la formation d’une cinquantaine de journalistes et techniciens. Au cours de la formation, les participants ont été outillés sur les techniques d’interviews, la couverture médiatique d’une élection et les B A B du reportage et consorts », a dit Boubacar Timbo Diallo.

Selon notre confrère, « la synchronisation se déroule les 30 et 31 août 2017, de 9 heures à 18 heures, avec un temps de pause de 12 heures 30 mn à 13 heures 55 mn et de 17 h 30 à 17 h 45 mn. Il y a au moins 32 reporters qu’on a déployés sur le terrain, dans les huit préfectures et même dans certaines communes rurales. Ils vont donner la parole aux acteurs politiques impliqués dans le processus électoral. Pour ce qui est des autorités locales, c’est sur l’angle de développement de la localité, ce qui a été réalisé et le manque à gagner dans ce développement. Les autres acteurs sont les partis politiques, la société civile, les démembrements de la CENI, les citoyens eux-mêmes. Le tout devant tourner autour du thème central ‘’Choisissons nos élus locaux dans la paix’’. Il sera aussi question du choix d’un bon candidat, son profil, le vote basé sur un programme de société, la sensibilisation pour une élection apaisée », a détaillé Boubacar Timbo Diallo.

De ce qui précède, il ressort que des actions vigoureuses sont aujourd’hui engagées par les partenaires de la Guinée, à l’image de ce que réalise sur le terrain Search For Common Ground. Toutes ces actions vont concourir à améliorer l’éducation civique des électeurs sur le processus électoral au niveau communal et l’importance des élections pacifiques.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél.: 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin