La sous-préfecture de Kamsar, plongée dans des violentes manifestations depuis le weekend dernier est presque coupée entre la Cité où vivent les expatriés, les employés et quelques citoyens privilégiés et Kamsar-Village, la banlieue. Le camion citerne de la CBG, qui transporte le gasoil pour les groupes électrogènes a été empêché de rentrer dans la sous-préfecture dans la soirée de ce mardi, 19 septembre 2017. Mais, la rumeur qui fait état de la mort d’un gendarme blessé ce matin vient d’être démentie par le sous-préfet…

Un jeune manifestant qui a échangé avec l’envoyé spécial de Guineematin.com, peu après 20 heures, a dit que tant que tous les quartiers n’auront pas le courant au même moment et de 18 heures à 06 heures du matin, au-moins, la manifestation va continuer. « Aujourd’hui, personne ne rentre à Kamsar et personne n’en sortira ; car, nous avons posé des conteneurs au niveau du marché central, sur le goudron ; et, ça, aucun gendarme n’aura la possibilité de les dégager. Nous allons continuer notre manifestation jusqu’à la satisfaction de nos revendications qui se résument à aider les populations à avoir le courant au même moment », a dit le jeune manifestant qui a requis l’anonymat.

De son côté, madame Samah Kaba, sous-Préfet de Kamsar a indiqué à Guineematin.com que les quartiers situés en haute banlieue de Kamsar n’auront pas le courant cette nuit. En cause, elle accuse les manifestants d’avoir empêché la circulation du camion citerne transportant le gasoil des groupes électrogènes qui alimentent la zone de Kamsar-village en courant électrique. « Aujourd’hui, la zone une n’a pas le courant, je veux parler de Kassopo, Kassogony, Bagataye et Kaliré. Ce n’est pas la faute des autorités ; mais, des jeunes ! En dépit de tout ce qui a été dit aujourd’hui, de tous les engagements qui ont été pris lors de notre réunion avec les femmes et les jeunes, ils ont érigé des barricades et empêché que le camion qui transporte le gasoil d’entrer en ville », a-t-elle expliqué, déçue.

Sur les rumeurs qui circulent concernant la mort d’un gendarme accidenté ce matin à l’occasion des opérations de maintien d’ordre et qui avait été transporté d’urgence à l’hôpital, madame le préfet dément. « J’ai été voir le gendarme, il est en vie et suit son traitement à l’hôpital. Depuis le début de ces manifestations, personne n’est mort ici », a-t-elle insisté.

À rappeler qu’à l’issue d’une réunion ténue aujourd’hui entre les responsables administratifs, des sociétés minières et les responsables des jeunes, un accord avait été trouvé pour résoudre définitivement les problèmes posés par les manifestants. Les sociétés minières s’étaient engagées à fournir le courant et l’eau à tous les quartiers à la fin de ce mois. Mais, c’est loin d’être ce qui se passe actuellement à Kamsar.

À suivre !

De Kamsar, Ibrahima Sory Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com

Tel. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin