SENACIP 2017 à Labé : le gouverneur de région lance les activités de sensibilisation

L’amphithéâtre du complexe ENI-CFP de Labé a servi de cadre hier, mercredi 2 novembre 2017, à la cérémonie de lancement de la deuxième édition de la Semaine Nationale de la Citoyenneté et de la Paix (SENACIP), sous la présidence d’honneur du gouverneur de région, Sadou Keïta qui avait à ses côtés le préfet Safioulahi Bah, rapporte un correspondant de Guineematin.com dans la région.

Placé sous le thème «le citoyen dans la construction de la nation», l’évènement a mobilisé l’ensemble des chefs de quartiers, les sous-préfets et les autorités communales de Labé. On notait aussi la présence de plusieurs élèves et étudiants, certains responsables des organisations de la société civile, ainsi que des représentantes des groupements de femmes évoluant à Labé.

Dans son discours de circonstance, le conseiller technique du ministre de l’Unité Nationale et la Citoyenneté, Elhadj Bachir Diallo a déclaré que « la population de la région doit se passer de l’ethnocentrisme, du régionalisme et des obédiences politiques afin de pouvoir vivre dans une harmonie totale. La ville de Labé étant cosmopolite, devrait être un atout dans le processus de développement ».

Poursuivant son intervention, le délégué du département a invité les citoyens de Labé « à renoncer à toutes formes de rejet de l’autre, de traiter chaque guinéen comme son égal. Nous sommes tous égaux en droit et en dignité. C’est le premier article dans la Déclaration Universelle des Droits de l’homme. Je profite de cette occasion pour inviter tous les guinéens qui sont à Labé à s’accepter et à ne pas voir l’autre parce qu’il est de telle ethnie ou de tel bord politique.»

Pour le gouverneur de la Région de Labé, Sadou Keïta, « personne d’entre nous, n’a choisi d’être guinéen. Je souhaite que nous nous aimions les uns des autres. Si la Guinée est construite, elle est construite pour tout le monde et si elle est détruite, elle est détruite pour tout le monde. Je n’ai jamais choisi mon village, je n’ai jamais choisi aussi mon nom, nous tous, sommes nés guinéens.»

Au préfet de Labé, Safioulaye Bah, d’insister : « il est temps de mettre fin à certaines mauvaises pratiques quotidiennes. N’est citoyen que celui qui respecte le droit des autres. La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. Quelqu’un qui jette, par exemple, après avoir bu son sachet d’eau sur la voirie n’est pas un bon citoyen.»
Au cours de cette semaine nationale de la citoyenneté et de la paix, plusieurs activités sont programmées à Labé au nombre des quelles figurent : des coups de balai devant les édifices publics qui abritent des bureaux, des campagnes de sensibilisation dans les lieux publics ainsi que le recrutement des certains jeunes pour véhiculer les messages de citoyenneté à travers la ville.

De Labé, Alpha Boubacar DIALLO pour Guineematin.com

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS