Hier, mercredi 8 novembre 2017, le projet « Partenaires pour l’accès à la justice en Guinée, l’opérationnalisation des maisons de justice » a été lancé par le ministre de la justice, maître Cheick Sacko, en présence de l’ambassadeur des Etats Unis en Guinée, Dennis Hankins et plusieurs acteurs judiciaires, rapporte un journaliste de Guinneematin.com qui a assisté à la rencontre.

Dans son discours de bienvenue, la directrice nationale de l’Accès au droit et à la justice, Hadja Aïssatou Forè Diallo a rappelé que les maisons de justice ont pour vocation « l’orientation, l’information, la sensibilisation, la conciliation et la médiation en vue de fournir une assistance juridique et judiciaire aux populations à l’intérieur du pays pour atténuer et décongestionner les tribunaux. Il s’agit de l’établissement et l’équipement des maisons de justice, le renforcement de capacités du leur personnel, mais aussi la sensibilisation sur le rôle et le fonctionnement des maisons de justice dans notre pays», a-t-elle annoncé.

Parlant de la mission de sa direction en faveur de la réforme du système judiciaire, madame Hadja Aïssatou Forè Diallo a rappelé qu’il s’agit de définir une nouvelle politique nationale de justice de proximité, souple, rapide et proche des préoccupations quotidiennes des populations pour rapprocher la justice aux justiciables.

Plaçant l’avènement du jour dans son contexte, elle a inscrit la rencontre comme le résultat de cette réflexion réalisée avec le concours des partenaires au développement et tous les acteurs nationaux. Selon madame la directrice, pour que le droit soit effectif dans notre pays, « les justiciables doivent avoir un accès libre et de qualité à l’information juridique, mais aussi avoir la possibilité de se faire conseiller et le cas échéant, de se faire défendre».

De son côté, Kamissa Camara, directrice de l’ONG américain Parteners Global a dit que depuis plusieurs années, son ONG soutien avec le CECIDE et le COGINTA un programme de réforme du secteur de la sécurité. « Ce programme vient en complément au programme d’accès à la justice qui vient de commencer. Cela permet de réaffirmer notre engagement à mettre les populations au devant de toute action menée au compte du programme d’accès à la justice », a-t-elle dit.

Dans son intervention, l’ambassadeur des Etats-Unis en Guinée, son Excellence Dennis Hankins a salué les efforts fournis par le département de la justice mais aussi les différentes ONG. « Cette semaine les guinéens ont célébré la semaine de la citoyenneté. La citoyenneté c’est quoi ? C’est l’engagement du gouvernement pour le citoyen, sa responsabilité ; mais, en même temps les responsabilités des citoyens pour la société. Très souvent, on voit en Guinée la justice populaire. Les gens qui sont tués par les populations pour des crimes mineurs ou graves. De notre côté, il faut condamner tous ceux qui prennent la justice de ce côté », a dit le diplomate.

Son Excellence Dennis Hankins a reconnu que dans la Guinée profonde, il y a un déficit de confiance au système judiciaire. « Cette idée d’avoir des maisons de justice dans les régions et le renforcement des capacités des populations peuvent résoudre des conflits et d’avoir accès au système de justice », a-t-il dit.

Prenant la parole, le ministre Cheick Sacko s’est réjouit de l’initiative et a promis que l’engament de son gouvernement ne fera pas défaut. « On souhaite qu’il y ait plus de collaboration assez serrée entre notre direction nationale et les ONG qui travaillent sur ce programme. Il y a actuellement un décret qui est devant le conseil des ministres qui va formaliser la création, l’étendue et le pouvoir de ces maisons de justice », a-t-il annoncé.

A rappeler que ce projet sera mis en œuvre dans les régions de Kindia, Kankan et Labé entre 2017-2017.

Mamadou Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin