Les quatre principaux responsables du bureau préfectoral du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) qui ont supervisé, lundi, 2 avril 2018, la réinstallation des leaders syndicaux de l’Université Hafia, viennent d’être désavoués publiquement par le chargé de la communication de la structure, Alpha Mamadou Cellou Diallo, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Il s’agit entre autre du secrétaire général du bureau préfectoral, Ibrahima Niama Baldé, Mamadou Adama Barry (Panos), secrétaire général de l’Union Régionale, Mamoudou Maléah Diallo, deuxième secrétaire à l’éducation du bureau préfectoral et Ibrahima Sory Pounthioun Diallo, chargé des mutuelles et coopératives du bureau préfectoral qui ont présidé la rencontre au cours de laquelle l’équipe de Mamadou Mouctar Bah a été proclamé réinstallée dans ses fonctions.

« La majorité des travailleurs ont exigé que le bureau démissionne. C’est ce qui fut fait. Ce que nous connaissons, le bureau du SLECG de l’Université a démissionné » a prévenu dans la mi-journée de ce mercredi, 4 avril 2018, sur les antennes de la radio Espace Foutah, le chargé de la communication du bureau préfectoral, Alpha Mamadou Cellou Diallo qui ne relève pourtant pas de l’Université Hafia de Labé.

Un autre enseignant chercheur en service à l’Université Hafia, Issa Soumaré dénonce la démarche du camp adverse : « ils sont sur du faux. Archi-faux, cette crise est provoquée réellement par le Rectorat. J’ose le dire. L’ancien bureau a été dissout. Pour le moment, il n’y a pas de bureau au sein de l’Université de Labé » a-t-il prévenu avec insistance.

Pourtant, le très controversé Mamadou Mouctar Bah conduit une délégation de son équipe qui séjourne actuellement à Mamou pour la création d’une coordination des syndicats des universités guinéennes. Mais, il semble que ceux qui sont actuellement dans la ville-carrefour ne représentent pas les enseignants chercheurs de l’Université de Labé.

Selon nos confrères de la radio Espace Foutah, ces enseignants chercheurs de l’Université Hafia frustrés fustigent ce qu’ils qualifient de forcing du groupe de Mouctar Bah et menacent d’arrêter les cours.

Cette menace ne semble pas ébranler pour autant l’équipe de Mamadou Mouctar Bah : « on s’était entendu que le bureau qui avait préalablement démissionné reprenne ses activité. Nous avons pris une décision majeure de nous accorder à ce que le bureau dont le mandat n’était pas terminé puisse continuer jusqu’à la fin du mandat avec à sa tête le général Mouctar » rappelle le chargé de la communication de l’Union du SLECG de l’Université Hafia, Mamady Kanté, actuellement à Mamou.

Un message SMS diffusé à partir d’un téléphone détenu actuellement par Fodé Camara, secrétaire administratif du bureau controversé de l’Université Hafia annonce que des propositions ont été faites « pour sanctionner le comportement du Camarade Niama Baldé », le secrétaire général du bureau préfectoral qui avait négocié un rapprochement entre les deux parties. Une médiation qui avait aboutie à la réinstallation, lundi, 2 avril 2018, de l’équipe de Mouctar Bah.

A l’allure où vont les choses, seul un rapport de force peut mettre fin à ce bicéphalisme syndical à l’Université Hafia. Si ceux qui contestent la légitimité de Mouctar Bah et son équipe réussissent à faire arrêter les cours.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin