Mort d’un vieil homme dans un problème domanial à Kankan : s’achemine-t-on vers un procès ?

Décidément, les problèmes domaniaux n’en finissent pas dans la région administrative de Kankan. Un conflit domanial, survenu récemment dans la localité de Gbérédou Baranama, à une vingtaine de Kilomètres de Kankan, a fait un mort. L’affaire a été portée à la justice de Kankan où le dossier suit son cours normal, a appris sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Après les affrontements tragiques survenus dans la sous-préfecture de Batè Nafadji, c’est dans la localité de Gbérédou Baranama qu’on apprend la mort d’un homme, qui aurait été assassiné à cause d’un conflit domanial. Les faits se sont déroulés dans le district de Kounankôrô, il y’a de cela plusieurs mois. Aujourd’hui, l’affaire se trouve entre les mains d’un juge d’instruction au tribunal de première instance de Kankan. La victime, qui se nomme Mory Camara, était âgée d’au moins 70 ans au moment des faits. Selon Moussa Camara, plaignant dans cette affaire, son grand-frère aurait été battu à mort, par un certain Mamady Diané aujourd’hui en fuite. « J’ai retrouvé mon grand-frère couché dans un bain de sang avec un gourdin posé près de son corps. J’ai demandé à comprendre. Une femme qui était présente, pendant le déroulement des faits, m’a fait savoir qu’il tentait de s’interposer entre son présumé assassin et ses antagonistes dans une affaire de terre. Mais Mamady Diané, (présumé meurtrier), s’est attaqué à lui et l’a battu à mort ».

Mais, il a fallu attendre trois mois avant qu’un juge d’instruction ne se charge de cette affaire. Alors que Moussa Camara avait frappé à la porte de plusieurs autorités locales de place, notamment le gouverneur et le préfet. « J’ai d’abord été informé le président de district, en lui disant que mon frère a été battu à mort par Mamady Diané. Il a carrément nié les faits et a réfuté les preuves qui lui ont été présentées. Je suis donc venu à Kankan à la gendarmerie. Alors, j’ai carburé le véhicule. Après le constat, ils disent qu’ils ouvrent l’enquête. Après j’ai été voir le gouverneur et le préfet, ils m’ont dis tous de rester derrière la justice. Et jusque-là c’est ce que nous attendons dans cette affaire ».

Interrogé à son tour, le président du district de Kounankôrô, Kalil Condé, a rejeté les accusations selon lesquelles il aurait nié les faits. « Personne n’est venu me saisir pour quoique ce soit dans cette affaire. Ils avaient porté ce litige domanial auprès de la notabilité et m’ont indiqué qu’un président de district n’a rien à avoir dans cette affaire. Le défunt est allé mettre à terre les travaux de soubassement qu’avait entreprit le père du présumé meurtrier dans cette affaire. Il est venu m’en parler, moi je l’ai encouragé à faire recours à la justice. Aussitôt qu’il est parti, j’ai vu aussi Mamady Diané, présumé, qui m’a averti qu’il irait à Kankan pour la même affaire. A ma grande surprise, on m’a aussi fait savoir qu’il n’y est pas allé. On m’a informé aussi du problème de meurtre. Dès que je suis arrivé, on m’a dit que c’est le vieux qui aurait lancé une brique contre le jeune Mamady. Après avoir esquivé cette brique, ce dernier se serait bagarrer avec lui, et que le vieux s’est écroulé et serait mort comme ça », a-t-il expliqué.

D’après Alphons Charles Wright, le juge d’instruction en charge désormais de cette affaire, le parquet de Kankan, a décidé d’ouvrir formellement une information judiciaire, les enquêtes sont en cours et le présumé meurtrier, Mamady Diané est activement recherché.

« J’ai été saisi par plainte avec constitution de partie civile et le parquet a décidé d’ouvrir formellement une information autour de ça. Parce que les faits sont de nature très grave. En attendant de voir claire dans cette affaire par le biais de l’enquête qui se poursuit, je peux vous dire globalement, qu’il s’agit bel et bien d’un dossier de meurtre commis sur la personne d’un certain M. Mory Camara. Mais, dans des circonstances qui pour le moment restent flou. Le présumé auteur a pris la poudre d’escampette et nous sommes activement à sa recherche ».

Le juge d’instruction a attiré l’attention du public sur la montée grandissante du nombre de dossiers de meurtre et la banalisation de la vie humaine dans plusieurs cas de conflits domaniaux à Kankan.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Tel : (00224) 620 95 40 47

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS