Invité à l’ouverture d’un cours portant sur l’histoire la Guinée, organisé par l’ONG Entreprendre Ensemble dans le cadre de son projet d’éducation à la démocratie et la citoyenneté dénommé « Apprenti citoyen », Kalifa Gassama Diaby s’est exprimé sur les notions de citoyen et de civisme, mais aussi sur le respect des lois et normes du pays.

Le ministre de l’unité nationale et de la citoyenneté a invité chaque membre de la Nation guinéenne à assumer pleinement sa responsabilité pour permettre le développement de la Guinée, rapporte un reporter de Guineematin.com sur place.

En tant que ministre en charge de la citoyenneté, Kalifa Gassama Diaby est concerné directement par le projet dénommé « Apprenti citoyen », initié par l’ONG Entreprendre Ensemble pour renforcer les connaissances des citoyens sur l’histoire de la Guinée et sur les notions de citoyen et de civisme. Et à l’ouverture de ce cours ce samedi, 04 août 2018 à Conakry, le ministre a tenu à se prononcer sur ces notions.

Gassama Diaby et Djibril Tamsir NianeIl a rappelé tout d’abord que la citoyenneté est une qualité juridique et que tous les Guinéens, à partir de 18 ans, s’ils ne sont pas sous tutelle, sont des citoyens par définition. « Donc, la question n’est pas sur la citoyenneté mais sur le civisme. Si on dit qu’on va faire l’apprentissage, ce qui est tout à fait légitime, cela suppose que les difficultés du civisme s’expliquent ou s’expliqueraient par la non connaissance des caractéristiques de la citoyenneté et du civisme. Ce qui est en partie vrai. Mais si on veut embrasser l’ensemble de la problématique, on est obligés d’intégrer la problématique de la citoyenneté dans un couple à trois : l’Etat, le corps social et l’individu.

Et si l’apprentissage ne concerne que l’individu et que les deux autres organes que sont l’Etat et le corps social sont épargnés, on n’aboutira pas au résultat qu’on recherche. Ça veut dire que lorsque vous expliquez à un de nos compatriotes qu’est-ce qu’il faut pour qu’il soit un bon citoyen et il va se mettre à l’œuvre pour être un bon citoyen, si le corps social et l’Etat ne jouent pas par ailleurs leur rôle, il finira par lâcher prise », a-t-il indiqué, précisant toutefois, que la défaillance de l’Etat et du corps social ne donne pas non plus le droit au citoyen de faire tout ce qu’il veut.

Gassama Diaby est revenu ensuite sur la notion de citoyenneté, qui, selon lui, ne peut être effective sans liberté et sans indépendance : « La citoyenneté suppose que nous puissions assumer notre liberté individuelle. On ne peut pas être pleinement citoyen si on renonce à sa liberté au nom de sa communauté, de sa religion ou d’un sectarisme politique comme ce pays sait bien le faire. Il faut que nous soyons en capacité d’assumer ce que nous sommes si nous sommes convaincus que ce que nous défendons est d’abord conforme aux normes qui nous gouvernent, mais aussi est conforme à notre conscience libre. Et si on n’est pas indépendant, on n’est pas libre, on ne saurait être ni un homme digne ni un citoyen ».

Gassama Diaby et Djibril Tamsir NianeLe ministre de l’unité nationale et de la citoyenneté en a profité pour évoquer l’importance du respect de la loi et de la Constitution en particulier. Il estime que cela est fondamental et primordial si on veut que la Guinée se développe. « On pourrait faire le tour de l’histoire, on pourrait faire le tour du monde, on pourrait ce qu’on veut, ce pays n’avancera pas tant qu’on n’aura pas respecté les normes qu’on s’est fixés nous-mêmes de façon libre. Alors, que ceux qui le disent on leur coupe la tête est une chose, mais cette vérité demeurera.

Et je voudrais pour ça citer Emile Zola qui a dit que la vérité et la justice sont souveraines parce qu’elles garantissent la grandeur des Nations. Si nous ne le faisons pas, nous pouvons faire plaisir aux uns et autres et faire plaisir à nos intérêts que nous cherchons, mais ce pays n’avancera pas sans cette vérité, sans cette justice et la norme. Et cette norme, elle est plus souveraine que chacun d’entre nous », a-t-il dit.

Gassama Diaby a terminé son intervention en exhortant chaque citoyen à assumer la responsabilité qui est la sienne et à faire en sorte que notre pays puisse avancer : « On ne courbe pas l’échine devant une adversité stupide et haineuse. Parce que si on donne l’occasion qu’on peut vous faire taire, ça voudrait dire que toutes les bonnes fois et les bonnes volontés de ce pays renonceront. On ne renonce pas, que chacun assume sa responsabilité et le faire le cœur propre, le faire avec la volonté de servir sa Nation. Et ça c’est le devoir de chaque citoyen », a conclu le ministre.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628124362

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin