Ousmane Koléla Diallo

Deux semaines après l’élection de l’exécutif du conseil communal de Kalinko, commune rurale de la préfecture de Dinguiraye, l’UFDG ne reconnaît toujours pas les dirigeants mis en place.

Les responsables locaux du principal parti d’opposition du pays ont saisi la justice pour demander l’annulation de l’élection qui s’est déroulée en l’absence de tous les conseillers du parti. Les élus de l’UFDG ont en effet, été empêchés d’accéder aux lieux par des partisans du pouvoir, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Avec 12 sièges obtenus selon les résultats officiels, l’UFDG a remporté les élections locales dans la commune rurale de Kalinko. Avec ce score, le principal parti d’opposition du pays était assuré de remporter tous les postes au sein de l’exécutif de la mairie, parce que le RPG Arc-en-ciel et son allié de l’UPR réunis n’avaient que 11 sièges, 10 pour le parti au pouvoir et 1 pour le parti de Bah Ousmane.

Mais, les conseillers de l’UFDG n’ont pas pu prendre part à l’élection de l’exécutif du conseil communal qui a eu lieu le 12 octobre dernier. Plusieurs militants du parti au pouvoir sont descendus dans les rues de la commune rurale, armes en mains, pour les empêcher d’accéder aux lieux où devait se faire l’élection. « Le jour de l’élection, des gens nous ont appelés pour nous dire de ne pas rentrer au chef-lieu de la sous-préfecture parce que le RPG Arc-en-ciel avait armé ses militants et les a déployés dans les rues avec les chasseurs Donzos pour nous attaquer.

Donc, nous avons quitté nos différents villages et nous sommes allés jusqu’à 5 km de la ville où on a attendu l’honorable Maréga, le député uninominal de Dinguiraye, et la fédération de l’UFDG dans la préfecture. Et, compte tenu de la situation sécuritaire, nous avons décidé d’attendre la délégation du Préfet pour rentrer avec lui en ville. Mais, quand il est arrivé, le Préfet lui-même nous a dit de ne pas rentrer à Kalinko parce qu’il ne peut pas assurer notre sécurité.

Il a dit qu’il ne peut rentrer qu’avec le secrétaire fédéral de l’UFDG à Dinguiraye. Mais, même ce dernier a dû finalement rebrousser chemin parce que les gens ont voulu attaquer sa voiture. Il est revenu nous trouver sur place et on a décidé de rentrer chez nous parce qu’on a compris qu’on ne pouvait pas accéder à Kalinko », explique Ousmane Koléla Diallo, candidat de l’UFDG à la mairie de Kalinko.

Mais, malgré l’absence des élus de l’UFDG pour des raisons sécuritaires, l’élection de l’exécutif de la mairie a été organisée en présence des 10 conseillers du RPG Arc-en-ciel et du seul élu de l’UPR, soit 11 conseillers sur les 23 qui composent le conseil communal. Mais, les responsables locaux du parti d’opposition refusent de reconnaitre l’exécutif mis en place. Et, ils ont saisi la justice de Dinguiraye pour dénoncer cette situation et exiger la reprise de l’élection.

« Nous ne reconnaissons pas cet exécutif qu’ils ont mis en place de façon illégale et injuste, tout sauf ça ! On a fait un recours qu’on a adressé à la justice de Dinguiraye, on attend la réponse de la justice. On ne peut pas nous empêcher d’être présents et dire qu’on a installé un exécutif du conseil communal. Nous passerons par toutes les voies légales pour que nous soyons rétablis dans nos droits », assure la tête de liste de l’UFDG aux élections locales dans la sous-préfecture de Kalinko.

A rappeler que plusieurs personnes avaient été tuées, d’autres blessées et des biens privés détruits dans des violences qui ont suivi le scrutin du 04 février 2018 dans cette commune rurale de Dinguiraye.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628124362

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin