Libre Opinion : Kwesi Nyantakyi, le président déchu par le Gouvernement de la Fédération ghanéenne, renvoyé de la vice présidence de la CAF, poursuivi par la justice Ghanéenne, a été banni à vie par la FIFA pour corruption.

Dans un documentaire explosif sorti mercredi 6 juin, en salles à Accra, la capitale ghanéenne, le journaliste d’investigation Anas Aremeyaw Anas affirme, images à l’appui, que le président de la fédération ghanéenne est impliqué dans plusieurs délits de corruption présumés mettant en jeu des millions de dollars de pots-de-vin.

M. Nyantakyi avait été piégé par des journalistes de son équipe se faisant passer pour des « investisseurs » potentiels à qui ils font miroiter de juteux contrats, dans ce film, Number 12, présenté en avant-première au Centre international de conférences d’Accra, en présence de nombreux diplomates et responsables politiques. Plusieurs dirigeants de la fédération et des arbitres ont également été pris au piège.

Dès le lendemain, jeudi 7 juin, le Gouvernement du Président Nana Akufo – Ado a immédiatement pris des mesures pour dissoudre la Fédération ghanéenne de football, après avoir eu connaissance du film et la FIFA, l’a également suspendu vendredi 8 juin dans la matinée pour une durée de quatre-vingt-dix jours.

Ce documentaire est le résultat d’une enquête de 2 années menée par un journaliste infiltré (et son équipe), Anas Aremeyaw Anas, dont personne ne connaît le visage mais qui est connu au Ghana pour avoir révélé de nombreuses affaires de corruption ou d’abus de pouvoir dans le pays notamment dans le secteur de la justice. Ce mardi, 30 juin, La FIFA coupe la tête de Kwesi Nyantakyi, président déchu de la Fédération ghanéenne de football et et demi de la vice présidence de la CAF. Déchu en juin dernier par ce scandale de corruption, l’ancien dirigeant a donc été banni à vie de toute activité liée au football (administrative, sportive ou autre, aux niveaux national et international) par la chambre de jugement de la commission d’éthique indépendante de l’instance internationale. « M. Nyantakyi a été reconnu coupable de violation des articles 19 (conflits d’intérêts), 21 (corruption) et 22 (commission) du code d’éthique de la FIFA, édition 2012. Il a par conséquent été suspendu à vie de toute activité liée au football (administrative, sportive ou autre) aux niveaux national et international. Il devra en outre s’acquitter d’une amende d’un montant de 500.000 francs suisses », a précisé un communiqué.

Le mois dernier, la FIFA avait désigné son successeur, en l’occurrence le président de la Fédération malawite Walter Nyamilandu. Les ennuis de M. Nyantakyi sont loin d’être terminés pour autant en attendant que la justice Ghanéenne ne se prononce sur les peines de prison et d’amendes.

PATRICK JUILLARD

Spécialisé dans le football africain, j’ai couvert six CAN, série en cours

Cinéphile et consultant RFI

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin