Le procès opposant l’Etat guinéen aux habitants de Kipé 2 menacés de déguerpissement n’a pas pu avoir lieu que ce vendredi, 02 novembre 2018. Le tribunal civil de Dixinn a décidé de renvoyer une nouvelle fois l’audience à la semaine prochaine, à la demande de l’agent judiciaire de l’Etat.

Un nouveau report qui commence à inquiéter les citoyens qui ont porté plainte contre l’Etat, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était au tribunal.

C’est le troisième report des débats depuis l’ouverture de ce procès opposant l’Etat aux de nombreux habitants du quartier Kipé 2, menacés de déguerpissement sans aucune mesure d’accompagnement. Ces citoyens qui ont trouvé injuste cette décision du gouvernement guinéen, ont porté plainte contre l’Etat devant le TPI de Dixinn. Après deux premiers renvois, les demandeurs espéraient que les débats allaient pouvoir se tenir ce vendredi, 02 novembre 2018.

Mais, l’audience à une fois encore été renvoyée au 09 novembre prochain à la demande de l’agent judiciaire de l’Etat. « Dans la procédure de droit, quand une partie reçoit des pièces, elle a besoin de temps pour examiner ces pièces afin de pouvoir répondre par rapport aux pièces reçues. C’est dans ce sens que l’agent judiciaire de l’Etat a formulé la demande de renvoi pour lui donner le temps d’examiner les pièces et répondre à l’assignation de la reconnaissance de propriété formulée par les demandeurs », a expliqué maître Mory Saa Tolno, le conseil de l’agent judiciaire de l’Etat pour justifier la demande de renvoi.

Mais, du côté des demandeurs, on commence à s’inquiéter face à ces multiples renvois. Maître Salifou Béavogui, l’avocat des habitants menacés de déguerpissement, craint que l’Etat profite de la situation pour aller déguerpir de force ces citoyens : « Ces multiples renvois nous inquiètent. Parce que des correspondances ont été adressées à nos clients leur demandant de libérer immédiatement les lieux. Par la suite, le dossier a été porté devant le tribunal qui est en train d’examiner l’affaire.

Mais, nous craignons que d’ici là, le pire ne se produise alors que le tribunal est saisi. Lorsque le tribunal est saisi d’un litige, toutes les parties doivent suivre la procédure jusqu’à c’est qu’une décision du tribunal intervienne. C’est pourquoi, nous avons demandé au tribunal d’ordonner un jugement afin de dire le droit en interdisant tous travaux de démolition sur les lieux jusqu’à ce que le tribunal saisi rende sa décision sur cette affaire », a dit l’avocat.

A rappeler que ce sont 225 familles qui sont menacées de déguerpissement par l’Etat dans le quartier Kipé 2. Ces citoyens estiment qu’ils sont des propriétaires légaux des terrains qu’ils occupent et que l’Etat ne doit pas les déguerpir des lieux sans les mesures d’accompagnement prévues par la loi.

A suivre !

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin