Les autorités guinéennes ont rendu hommage au policier tué par des jeunes la semaine dernière à Wanindara et l’ex-directeur général de la police nationale décédé récemment au Maroc. Le symposium a eu lieu hier, lundi 12 novembre 2018, dans les locaux du ministère de la sécurité et de la protection à Coléah.

Il a connu la présence de plusieurs membres du gouvernement, des responsables des forces de défense et de sécurité ainsi que des sous-officiers et des hommes de rang, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Dr Mohamed Diané, ministre de la Défense nationale, Alpha Ibrahima Keïra, ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Bantama Sow, ministre des Sports, de la Culture et du Patrimoine historique, Maramany Cissé, ministre conseiller à la présidence de la République, le général Namory Traoré, chef d’état-major général des armées ainsi plusieurs autres officiers, sous-officiers et hommes de rang, ont pris part à cette cérémonie.

Tous, sont venus rendre un vibrant hommage au brigadier-chef Bakary Camara, tué par des jeunes jeudi dernier à Wanindara et à l’ex-directeur général de la police nationale Fodé Moussa Sylla, décédé le 03 novembre dernier à Rabat, au Maroc des suites de maladie. Deux décès qui constituent « une perte difficile à combler », selon le contrôleur général de la police Boubacar Kassé, porte-parole du ministère de la sécurité et de la protection civile.

Plusieurs personnalités ont pris la parole pour témoigner de ce qu’ils retiennent des deux défunts. C’est le cas de Maramany Cissé qui indique que Fodé Moussa Sylla n’a pas vécu pour rien : « Les liens d’amitié et de fraternité que tu as tissés demeurent après toi. Nous nous souvenons de toi comme un homme franc et juste, qui refusait l’injustice, qui reconnaissait la valeur du bien d’autrui et qui n’a jamais voulu le bien en mal…», a témoigné le ministre conseiller à la présidence qui plaide d’ailleurs pour la création d’un musée national de la police où les noms de beaucoup d’anciens hauts dignitaires de ce département seront inscrits.

Les promotionnaires du défunt ont également fait leur témoignage par la voix de Lancinet Magassouba. Ce dernier a rappelé comment il s’est connu avec le défunt et les relations qu’ils ont tissées : « C’est en 1965, au nombre de 30 jeunes, que nous avons été recrutés et envoyés en Tchécoslovaquie pour une formation initiale de police de deux ans, qui nous a permis de se découvrir et mener une vie commune marquée par une solidarité et une amitié à toute épreuve », a-t-il dit.

Pour ce qui est du brigadier-chef, Bakary Camara, originaire de Ourékaba, dans la préfecture de Mamou et qui appartenait aux unités de la CMIS 3 d’Enco 5, son camarade de promotion, adjudant-chef Ibrahima Sory Condé, a témoigné que le défunt était un homme exemplaire. « C’était un compatriote social et discipliné. Avec sa bravoure, il se faisait distinguer parmi nous. Il suffit de lui poser votre cas spécial pour que Bakary Camara soit à côté de vous. Aujourd’hui, il laisse parmi nous un grand vide ».

Après ces multiples témoignages, les représentants des deux familles ont remercié les autorités pour leur implication dans l’organisation dudit symposium.

A noter que le brigadier-chef Bakary Camara et l’ex directeur général de la police, Fodé Moussa Sylla, vont rejoindre leur dernière demeure ce mardi, 13 novembre 2018. Le premier sera inhumé dans son village natal à Ourékaba dans la préfecture de Mamou et le second dans son Kindia natal.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin