Plusieurs élèves du collège Kipé ont manifesté dans la rue, ce mardi 13 novembre 2018. Ils protestaient contre le manque d’enseignants dans leurs classes, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Un mois et deux semaines environ depuis l’ouverture officielle des classes au compte de la nouvelle année scolaire, les cours tardent à démarrer normalement dans les écoles publiques de la Guinée. Une situation due à la grève des enseignants déclenchée le 03 octobre dernier par le SLECG. Et de situation, les élèves du collège disent en avoir vraiment marre. Ces derniers sont sortis à nouveau pour exprimer leur ras-le-bol dans la rue.

En fin de matinée de ce mardi, 13 novembre, un groupe d’élèves est sorti ériger des barricades pour bloquer la circulation sur le tronçon Kipé-Taouyah. Alsény Diallo, élève de la 10ème année, explique les raisons de cette manifestation : « La première des choses d’abord, on ne veut pas des professeurs contractuels. Deuxièmement, même ces derniers ne viennent pas régulièrement en classes. La troisième des choses, c’est que ceux des écoles privées sont en avance par rapport à nous sur les programmes. C’est pour toutes ces raisons que nous sommes sortis manifester dans la rue », a-t-il dit.

Ces élèves réclament le retour des enseignants titulaires dans les classes et la reprise normale des cours. Ils estiment que les contractuels recrutés pour pallier l’absence des grévistes ne sont pas à la hauteur et ne sont plus réguliers. « Je suis très déçu du gouvernement, les contractuels qu’ils ont recrutés ne viennent pas régulièrement parce qu’ils ont des cours dans les écoles privées. Ils nous abandonnent donc au profit des élèves du privé. D’ailleurs, certains contractuels n’ont pas le niveau pour dispenser les cours. Le peu de titulaires qui viennent aussi ne le font pas de façon régulière, on en a vraiment marre ! Comme ça c’est dommage », martèle Abdoulaye Kaba, un autre élève du collège Kipé.

Il faut dire que cette manifestation n’a pas duré longtemps. Les élèves ont été vite dispersés à coups de gaz lacrymogènes par les forces de l’ordre. Ce qui a permis de rétablir la circulation entre Kipé et Taouyah.

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel: 00224 657 44 33 44

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin