Comme annoncé précédemment, les femmes de l’opposition républicaine ont battu le macadam dans la matinée de ce mardi 13 novembre 2018 pour dénoncer les crimes commis sur les partisans de l’opposition et l’impunité garantie aux assassins. Mais, contrairement à leurs promesses, elles n’ont pas pu arriver à l’esplanade du stade du 28 septembre où les discours devaient être prononcés, rapporte un journaliste que Guineematin.com a dépêché sur place.

Avec des slogans « Justice zéro ! Alpha zéro ! Arrêtez de tuer nos enfants ! Justice pour les victimes… », les femmes de l’opposition républicaine ont manifesté leur colère ce mardi. Elles ont réclamé l’arrêt des assassinats des manifestants et la justice pour les morts (plus de cent dans les manifestations politiques depuis l’arrivée du président Alpha Condé au pouvoir).

Entre le carrefour de Bambéto et celui de la Belle Vue, tout s’est plutôt bien passé. Les femmes ont marché, brandi leurs pancartes et crié des slogans hostiles au régime Alpha Condé, tout en demandant la fin des répressions meurtrières et la justice pour les victimes.

Mais, au niveau du carrefour de la Belle Vue, il y avait un impressionnant dispositif de sécurité qui a réussi à arrêter net les manifestantes. Après un moment de face à face entre les femmes manifestantes et les agents déployés pour leur barrer la route, la manifestation a violemment été dispersée : du gaz lacrymogène lancé sur la foule et certaines femmes pourchassées et au moins quatre blessées dont l’honorable Hawa Binta Diallo, députée de Dalaba…

Actuellement, la circulation est perturbée entre la Belle Vue et Hamdallaye, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

A suivre !

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin