Cinq (5) principaux responsables du bureau préfectoral du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) sont convoqués au commissariat central de la police de Tougué, « pour affaires les concernant », a appris un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Cette information vient de tomber comme un couperet dans le milieu des enseignants de Tougué. Les syndicalistes concernés dont la secrétaire générale du bureau préfectoral du SLECG de Tougué, Mme Kadiatou Djoliké Baldé ont reçu leurs convocations sous le couvert de leurs chefs de quartiers respectifs.

« Nous ne savons pas pourquoi nous sommes convoqués. Mais, je précise que ce sont les principaux responsables du bureau préfectoral qui sont concernés. Les jeunes se sont présentés aujourd’hui à la police. Mais, on leur a demandé de revenir le jeudi à 10 heures » précise Madame Kadiatou Djoliké Baldé.

Pour le moment, les enseignants de Tougué ne savent pas pourquoi leurs leaders syndicaux de la préfecture sont convoqués par la police. Mais, certains observateurs soupçonnent la diffusion d’un message SMS invitant les enseignants à se mobiliser le même jour (jeudi) à au siège du SLECG. Et, récemment, une manifestation contre le gel des salaires des enseignants et les différentes manœuvres d’intimidation dont les grévistes sont victimes a été organisée dans la commune urbaine de Tougué.

En attendant de voir clair dans cette affaire, une réunion de crise est prévue demain, mercredi 14 novembre 2018, dans l’après-midi pour prendre des dispositions urgentes par rapport à ces convocations. Déjà au cours de leurs entretiens avec Guineematin.com, les enseignants de Tougué ont exprimé leur souhait que tout le corps professoral accompagne les leaders syndicaux à leur convocation.

Cette procédure a été déclenchée au moment où les regroupements d’enseignants grévistes ont été dispersés par la police dans plusieurs localités du pays, en application de la mesure gouvernementale portant interdiction de toutes manifestations en République de Guinée.

A noter que malgré le passage du gouverneur de région, Sadou Keïta qui a conféré avec les enseignants de la ville, le samedi dernier, 10 novembre 2018, il n’y a pas eu cours dans la commune urbaine de Tougué, selon un constat d’un collaborateur de Guineematin.com dans la zone.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (0024) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin