Depuis quelques années, l’autoroute Le Prince présente une image loin d’être reluisante. A plusieurs endroits de cette autoroute, des ordures sont entassées sur le trottoir et même sur le terre-plein. Une situation assez désagréable et qui rend parfois difficile la circulation.Quand on leur demande pourquoi ils déposent les ordures sur la route, les citoyens répondent que c’est parce qu’ils n’ont pas de dépotoirs dans leurs quartiers. Certains même indiquent que ce sont les chefs de quartiers, en concertation avec la commune, qui leur ont demandé de les déposer sur les lieux pour faciliter leur transport au niveau de la décharge. Mais, sur le terrain, la situation devient de plus en plus désagréable. Les ordures se déversent parfois sur la route, rendant difficile la circulation.

Interrogé par un reporter de Guineematin.com sur cette situation, Hamidou Cissé, le coordinateur chargé de l’assainissement à la direction communale de la salubrité et de l’assainissement de Ratoma, commence par expliquer comment est-ce que la gestion des ordures est faite dans cette commune. « La gestion des ordures au niveau de la commune de Ratoma se fait avec les PME qui ont déjà des contrats avec la commune. Dans les 34 quartiers de Ratoma, il y a des PME concessionnaires. Les 34 quartiers sont repartis entre les PME qui passent dans les foyers pour faire des sensibilisations et faire leur abonnement, c’est-à-dire entre les deux parties : les PME et les foyers. Par semaine, elles passent deux fois dans les foyers, à la fin du mois, les familles paient. Quand les PME prennent les déchets au niveau des familles, elles les envoient au niveau des points de regroupement, notamment au niveau du pont de Kakimbo, du pont de Dadia et du pont de Nongo », a-t-il dit.

Hamidou Cissé

Concernant le dépôt des ordures sur la route, notamment sur l’autoroute Le Prince, Hamidou Cissé soutient que cela est dû au refus de certains citoyens de s’abonner aux PME chargées de ramasser les ordures : « Les citoyens qui déposent les ordures sur le terre-plein, le font d’eux-mêmes. Ce n’est ni la commune, ni les PME qui leur ont dit de les y déposer. C’est les gens qui refusent de s’abonner aux PME. Pour cela, il faut que vous, les médias, les responsables, les acteurs sur le terrain fassent des sensibilisations pour dire de ne pas déposer les ordures sur la route.

Les PME disent que quand elles passent, ces gens refusent de s’abonner. Et quand tu leur demandes, ils disent que les PME ne respectent pas le contrat qu’elles signent avec eux, ce qui est faux. Il y a la commune, si le contrat n’est pas respecté, il faut aller à la commune pour porter plainte contre la PME. Il y a des sanctions qui sont prévues. Si une PME ne ramasse pas les ordures, elle va non seulement payer une amende mais aussi elle va ramasser gratuitement les ordures des familles concernées pendant 40 jours », indique ce responsable.

Il en profite pour souligner d’autres difficultés auxquelles son service est confronté dans la gestion des ordures. Il s’agit notamment des pannes des camions qui transportent les ordures vers le dépotoir. « Actuellement, la commune de Ratoma a 3 calabraises qui marchent sur les 8 qui existent, les 5 autres sont en mauvais état. Et la réparation, c’est au niveau de l’agence nationale d’assainissement et de salubrité publique », a laissé entendre Hamidou Cissé.

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin