Un des jeunes tué par balle la semaine dernière, au quartier Wanindara, dans la commune de Ratoma, a été enterré ce vendredi, 16 novembre 2018. Mamadou Bella Baldé a rejoint sa dernière au cimetière de Bambéto.

Dr Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG, a eu pour l’occasion des mots très durs à l’endroit des autorités de notre pays, a constaté un reporter que Guineematin.com a dépêché sur place.

Après la levée du corps à l’hôpital Ignace Deen, aux environs de 11 heures, parents, amis, et sympathisants ont accompagné le défunt jusqu’à Bambéto. Le jeune Bella Baldé, tué à la fleur de l’âge, repose désormais dans le carré réservé aux opposants tués lors des manifestations politiques depuis avril 2011.

Le vice-président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), Dr Fodé Oussou Fofana, a pris la parle pour dénoncer les assassinats des jeunes opposants.

«Nous sommes tristes. Il est difficile, dans des circonstances comme ça, de s’exprimer, de dire exactement ce que nous ressentons. Aujourd’hui, nous allons encore accompagner cet autre jeune, tué à la fleur de l’âge et qui n’a absolument rien fait. Dans une manifestation, que les forces de l’ordre aient le courage de venir avec des armes de guerre, tuer les citoyens, c’est triste, c’est pénible. Puisque monsieur Alpha Condé est aujourd’hui président, le carré de Bambéto fait partie de son bilan. Il y a plus de 100 jeunes arrachés à la fleur de l’âge. Les forces de l’ordre ont le permis de tuer. Ils tuent quand ils veulent, ils assassinent, ils rentrent dans les maisons, ils déshabillent les femmes. Même ceux qui ne sont pas dans les manifestations, on les tue, parce que l’impunité est garantie ».

Selon Fodé Oussou, « puisque le monde entier nous regarde, pendant des siècles et des siècles, on parlera de la Guinée. On parlera d’un président qui a fait 40 ans dans l’opposition et qui est devenu président et qui a tué au moins plus de 100 jeunes à la fleur de l’âge. Au nom de l’opposition républicaine, au nom des militants et sympathisants, nous présentons nos sincères condoléances et prions Dieu, le Tout Puissant, que nos frères reposent en paix. Mais, cela ne va pas nous décourager. Nous allons continuer le combat jusqu’à ce qu’Alpha Condé comprenne un jour, que nous avons le droit de manifester, et que lui, il n’a pas le droit de nous tuer ».

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin