Labé: la construction de nouvelles boutiques à la gare routière de Donghora mine le syndicat des chauffeurs

Depuis quelques jours, le lancement des travaux de construction de nouvelles boutiques à la gare routière de Donghora, dans la commune urbaine, a provoqué un climat de suspicion entre les responsables du syndicat des chauffeurs et mécanique générale de la préfecture de Labé, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Il y a quelques années, les autorités communales de Labé, voulant désengorger la ville, ont décidé d’attribuer un espace libre au bord de la rivière de Donghora pour l’implantation d’une nouvelle gare routière pouvant desservir les lignes de Dionfo, Sannoun, Koubia, Tougué, Koïn et Keedougou (République du Sénégal). Mais, en lieu et place des bureaux initialement prévus, des boutiques et baraques poussent comme des champignons, avec un manque total de transparence, au sein de l’équipe dirigeante de cette structure syndicale des chauffeurs affiliés à la CNTG.
Mis en cause par certains de ses proches collaborateurs, le secrétaire général du syndicat des chauffeurs et mécanique générale de Labé, Elhadj Maladho Zawiya DIALLO attribue l’information aux conséquences de l’adversité stérile aboutissant à une campagne de dénigrement sans fondement.

« S’ils veulent critiquer, c’est bon de critiquer. Un travail mal fait est toujours critiqué. Mais, il faut aussi apprécier ce qui est fait dans le sens du bien. Maintenant, s’ils se posent la question de savoir s’il s’agit de magasins ou pas ? Nous, nous avons beaucoup bagages. Chaque 2 ans, nous faisons appel à un huissier de justice pour transporter les bagages qui ont été oubliés ou qui ont été retrouvés par des citoyens. Les gares ne peuvent donc pas exister sans magasins » a expliqué le responsable syndical.

Notre interlocuteur rassure les plus sceptiques qu’il s’agit bel et bien de magasins de stockage de bagages et non de boutiques de commerce.

« La commune nous avait attribué 15 mètres sur 4. Nous avons fait des magasins de réserve de bagages en raison d’un pour les préfectures de Tougué et Koubia ; et un autre pour Keedougou, en République du Sénégal. Un bureau pour les chauffeurs et un autre pour les chefs de ligne » a-t-il tenu à préciser.

Cependant, beaucoup d’observateur ont du mal à faire la différence entre le bureau des chauffeurs et celui des chefs de ligne. S’ils ne s’interrogent pas sur le rôle effectif d’un bureau pour chauffeur qui ne soit pas derrière la direction de son véhicule de transport en commun.

En plus, du côté de la mairie de Labé, les nouvelles autorités communales, issues pourtant de l’ancienne délégation spéciale de la commune urbaine, disent n’avoir jamais été associées à cette initiative du syndicat des chauffeurs et mécanique générale.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS