Chérif Mohamed Abdallah, président du groupe organisé des hommes d’affaires (GOHA)

Le gouvernement guinéen a décidé d’exclure les guinéens de l’extérieur de la révision des listes électorales. Conséquences, ils ne participeront pas à l’élection présidentielle de 2020 ! Ces guinéens de l’extérieur ont quitté leur pays à cause de la mauvaise gouvernance de la Guinée, surtout depuis 2010.

Mauvaise répartition des richesses au profit exclusif d’un clan, exclusion sociale, insécurité, incendies des commerces, destruction des biens privés, persécutions politiques, chômage… voici le sombre tableau de la gouvernance Alpha. Et, ce sont là autant de facteurs qui poussent les jeunes à se jeter dans la Méditerranée après avoir traversé le désert pour rejoindre l’Europe à la recherche du bien-être.

Cette gestion catastrophique du pays fait que la Guinée est parmi les plus grands pourvoyeurs de migrants dans le monde. Ce n’est pas l’OIM qui dira le contraire. Combien de jeunes guinéens sont en train de perdre la vie en tentant d’aller en Europe depuis 2010 ? Dieu seul le sait. Pourtant, ce n’est pas faute de richesses que la Guinée se maintient dans la pauvreté, c’est faute d’une bonne direction du pays.

Pire, la plupart des pays font recours à leur diaspora pour résoudre les problèmes liés au développement national. Tel n’est pas le point de vue de monsieur Alpha Condé. Exclure les guinéens de l’extérieur d’une élection est quelque chose de très grave ; car, cela ne fera qu’augmenter le nombre de frustrés.

A toutes les organisations accompagnant la Guinée dans sa lutte contre l’immigration irrégulière, votre lutte sera vaine, tant que la mal gouvernance actuelle ne sera pas combattue.

En plus de l’exclusion des guinéens vivant à l’étranger du processus électoral, beaucoup d’entre eux n’ont plus de titre de voyage, leurs passeports ayant expiré.

Il leur faut dépenser des millions pour aller renouvelable ces documents à Conakry. Malheureusement, actuellement, à cause de la pandémie de COVID-19, ils ne peuvent pas aller les renouveler.

Comment un gouvernement peut haïr son peuple jusqu’à les priver de participer à une élection ou les priver de documents administratifs ?

Comme les dirigeants ont montré leurs limites, il revient au peuple de se lever pour les stopper en empêchant qu’ils continuent de nous diriger au-delà de 2020.

Ensemble unis et solidaires, nous allons vaincre.

Le 14 août 2020

Chérif Mohamed Abdallah Haïdara, Président du groupe organisé des hommes d’affaires (GOHA)

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin