Matam : 1 075 mariages, 3 300 naissances et 96 décès enregistrés à l’État Civil en 2021

Contrairement à l’année 2020 où les activités d’enregistrement des mariages et des naissances avaient été fortement perturbées par la pandémie de COVID-19 à la mairie de Matam, les choses ont été un peu plus intenses en l’an 2021 à l’Etat Civil de cette commune de Conakry. Car, au cours de cette année qui vient de s’achever, 1075 mariages, 3300 naissances et 96 décès y ont été enregistrés.

Dans un entretien accordé à Guineematin.com ce mercredi, 05 janvier 2022, Alpha Oumar Barry, le chef-service adjoint du service de l’Etat Civil de Matam, cette hausse des chiffres pour 2021 au niveau des naissances en particulier est due aux efforts de sensibilisation déployés par la commune au près des familles. Mais, elle est aussi le résultat de « l’interopérabilité » entre les Centres de Santé de la commune et l’Etat Civil. Une interopérabilité appuyée par l’UNICEF et financée par l’Union Européenne.

Alpha Oumar Barry, chef-service adjoint du service de l’Etat Civil de Matam

« Du 1er janvier jusqu’au 31 décembre 2021, on a enregistré 1075 mariages, 3300 naissances et 96 décès à Matam. Donc, il y a eu un grand changement ; puisqu’en 2020, on avait enregistré 797 mariages, 2600 naissances et 24 décès. Les raisons de ces avancées, c’est qu’en 2021, l’Etat Civil a mis en place beaucoup de choses grâce à l’aide des partenaires, surtout au niveau des naissances. Il y a eu une interopérabilité entre les Centres de Santé et l’Etat Civil, appuyée par l’UNICEF et financée par l’Union Européenne. Donc, cette interopérabilité a amélioré un peu les chiffres par rapport aux naissances. Parce qu’on a des représentants au niveau des Centres de Santé qui vont tout de suite, après les naissances, expliquer aux parents la nécessité de venir déclarer leurs enfants. D’autres déclarent avant même de quitter l’hôpital », a indiqué Alpha Oumar Barry.

Pour l’année 2022 qui vient de commencer, le chef-service adjoint du service de l’Etat Civil de Matam espère que les familles vont davantage s’atteler à la déclaration des faits d’Etat Civil.

« On espère que 2022 sera la meilleure année pour l’Etat civil de Matam. Parce qu’on va continuer la sensibilisation. Les gens sont en train de comprendre la nécessité de venir déclarer les faits d’État Civil, que ça soit en naissance, en décès ou encore en mariage…Aujourd’hui, rien ne peut se passer sans le papier. On ne peut rien entreprendre sans avoir les documents authentiques : un extrait de naissance, un extrait de mariage et une déclaration de décès. La garantie d’un mariage, c’est le papier, le document juridique. Que ça soit un dépôt de dossier pour le voyage, pour le travail, on ne peut rien faire sans penser à un extrait de naissance. Surtout on tend vers la digitalisation. Il faut impérativement venir dans les communes, aux services de l’Etat Civil, pour les déclarations de décès et extraits de naissance et du mariage. L’Etat aussi doit agir dans la sensibilisation, dans la formation » a dit Alpha Oumar Barry.

Mohamed Gueasso DORE pour Guineematin.com

Tel : +224 622 07 93 59

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS