Examens nationaux : le ministre Guillaume Hawing annonce les innovations apportées

Sécurisation des feuilles d’examen et internement des inspecteurs disciplinaires, ce sont les nouvelles mesures prises pour améliorer la qualité des examens nationaux en Guinée. C’est le ministre de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation, Guillaume Hawing, qui a annoncé ces innovations lors du lancement de l’atelier préparatoire des examens nationaux 2022, ce jeudi 12 mai 2022, à Conakry, a constaté un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Cet atelier de trois jours regroupe les cadres du ministère de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation, concernés par le processus des examens nationaux. Il vise à tirer les leçons des examens nationaux 2021 et à s’approprier les nouvelles dispositions prises pour améliorer la qualité des examens de cette année. Parmi ces innovations, il y a l’introduction de nouvelles feuilles d’examen mieux sécurisées et l’internement des cadres qui sont au centre du processus d’organisation des examens nationaux.

Guillaume Hawing, ministre de l’Enseignement pré-universitaire et l’Alphabétisation

« Cette année, les feuilles d’examen ne comporteront que trois informations : le numéro de table ou PV de l’élève, l’épreuve, et la discipline, c’est-à-dire l’option. Ce sont ces trois informations qui seront sur les feuilles d’examen. Pourquoi cela ? C’est pour mieux sécuriser les feuilles. Après tout, les PV seront masqués par des stickers, histoire d’empêcher les enseignants, les correcteurs, les écoles, ceux qui sont dans la fraude, de reconnaître la feuille de leur candidat ou de faire la substitution. Parce que dans le passé, vous n’êtes pas sans savoir que ce sont des pratiques qui existaient.

Mais cette année, nous nous sommes battus pour faire en sorte que les gens n’aient pas la possibilité de reprendre les mêmes choses. La deuxième chose, c’est quoi ? C’est l’internement des inspecteurs disciplinaires. Les inspecteurs disciplinaires, ce sont eux qui sont dans tout le processus de l’organisation des examens nationaux, du choix des sujets jusqu’à la délibération dans les classes disciplinaires. Quelqu’un qui a accès aux sujets, il est normal qu’il soit interné pour ne pas qu’il soit en contact avec les autres.

Vous savez que l’homme est tenté à l’infini, donc pour éviter qu’il ne soit tenté, pour éviter qu’il ne soit corrompu, nous avons décidé d’interner les inspecteurs disciplinaires. Depuis dimanche dernier, ils sont internés et ils ne sortiront que le dernier jour épreuves, c’est-à-dire le 21 du mois prochain. Nous avons estimé qu’avec ces nouvelles mesures, ces nouvelles innovations, nous saurons minimiser les risques et améliorer la qualité du déroulement des différents examens », a indiqué Guillaume Hawing, ministre de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation.

Il ajoute que ces inspecteurs disciplinaires ont tous juré sur le coran et la bible de remplir correctement la mission qui leur est confiée, tout en précisant qu’ils n’auront pas de téléphone et ne seront pas en contact avec le monde extérieur jusqu’à la fin de leur internement. En plus de ces innovations, le ministre indique que les mesures qui étaient en vigueur l’année dernière seront reconduites. Il s’agit notamment de l’utilisation des détecteurs de métaux pour empêcher les candidats d’entrer avec des téléphones dans les salles d’examen.

« L’administration, c’est la continuité. Les détecteurs de métaux, nous allons les utiliser. Et tout élève qui sera pris avec un téléphone dans un centre d’examen, il va non seulement perdre l’examen de cette année, mais l’année prochaine aussi, il sera ajourné. Donc, il perdra deux ans. Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les règlements généraux des examens nationaux qui l’ont dit. Ce n’est pas l’humeur de quelqu’un, mais c’est comme ça que les règlements généraux le disent », a dit Guillaume Hawing.

Thiapato Barry, directeur chargé de mission du MEPU-A

Selon le ministère de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation, 540 105 candidats dont 235 401 filles, sont inscrits aux examens nationaux 2022.  « Pour le baccalauréat, on a 102 601 candidats inscrits, dont 40 579 filles, avec un effectif de 11 410 candidats libres.

Au niveau du BEPC, on compte 74 627 filles sur un total de candidats inscrits de 171 935. Quant aux candidats libres, ils sont 17 238.

Le certificat d’études élémentaires compte au total 265 569 candidats inscrits, dont 120 195 filles, et zéro candidat libre », a annoncé Thiapato Barry, directeur chargé de mission au MEPU-A.

Mamadou Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél. : 622919225

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS