Kindia : le vigile d’une banque tué par balle à son lieu de travail à Foulayah

Alassane Soumah, connu sous le nom de Sana, âgé d’une trentaine d’années, marié à une femme, a été tué par des malfaiteurs présumés dans la nuit du mercredi au jeudi, 22 septembre 2022, au district Foulayah centre, dans la commune rurale de Friguiagbé. Vigile de la Faîtière des associations de services financières de la Basse Guinée (FASEF-BG), une entreprise de microfinance, la victime a été retrouvée dans une mare de sang à l’intérieur du bâtiment après le passage d’hommes armés, rapporte un des correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Interrogé sur ce qui s’est passé, Elhadj Soriba Soumah, le président du district de Foulayah, a apporté des explications. « C’est vers 3 heures du matin qu’on a entendu des tirs. Les bandits ont pris toute la route. Il y a des jeunes qui ont voulu manifester pour sauver le gardien, mais les bandits étaient nombreux. Ils sont venus sur plus de 5 motos. Ils ont éteint d’abord les ampoules avant de s’attaquer à la banque. Ils ont percé les murs et plafonds, car le gardien avait refusé d’ouvrir la porte. C’est ainsi qu’ils l’ont tué, en logeant plusieurs balles dans son corps », a-t-il fait savoir.

Par ailleurs, Elhadj Soriba Soumah affirme que ce genre d’attaques n’est pas une première.  « Ce n’est pas la première fois que cela se passe ici. Le mois dernier, ils sont allés attacher le gardien de la seconde microfinance, car on en a deux ici. Ils l’ont bastonné sérieusement. Heureusement pour lui, il en a survécu ».

Devant cette situation, le président du district de Foulayah lance un appel aux autorités. « Il faut que les autorités nous aident, sinon ce n’est pas bon. Il y a trop de banditisme ici à Foulayah. Les gendarmes qui sont au marché d’ici ne foutent rien », soutient Elhadj Soriba Soumah.

Kadiatou Camara avait également entendu les mêmes tirs d’armes ç feu. « J’ai entendu des tirs. Après, j’ai entendu quelqu’un crier en appelant au secours. Mais, comme c’était vers une heure tardive, je ne pouvais sortir en tant que femme. Le matin, j’ai vu des gens se regrouper devant la banque, mais Sana était déjà mort. Vraiment, nous sommes dans l’insécurité totale ici à cause de ces banques », a-t-elle raconté.

Marié et père de 5 enfants, Alassane Soumah vient encore allonger la liste des victimes de l’insécurité entre Damakania et Foulayah.

Depuis Kindia, Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 628 51 69 51

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS