Résultats du référendum contesté en Guinée : la satisfaction du RPG-AEC

28 mars 2020 à 13 01 06 03063

Souleymane Keïta, conseiller chargé de missions du président Alpha Condé, coordinateur de la cellule de communication du RPG Arc-en-ciel

La mouvance présidentielle exulte au lendemain de la publication des résultats du controversé référendum constitutionnel de dimanche dernier, émaillé de violences meurtrières. Comme on pouvait s’y attendre, le Oui l’a emporté avec un score de 91, 59% si l’on en croit les résultats fournis par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).

Lire

N’Zérékoré : vers un enlèvement des leaders locaux du FNDC ?

26 mars 2020 à 12 12 37 03373

C’est l’un des intéressés qui a donné l’alerte. Il annonce que trois leaders de la coordination régionale du FNDC à N’Zérékoré sont menacés d’enlèvement. Le coup serait monté à partir de Conakry et devrait être exécuté dans les prochains jours, a confié à Guineematin.com, une source qui a requis anonymat.

Lire

Vote empêché dans toutes les CR de Labé, 140 BV à Ratoma, 112 à Koubia, 108 à Télimélé, 61 à N’zérékoré (MATD)

25 mars 2020 à 17 05 12 03123

Malgré un impressionnant déploiement des forces de défense et de sécurité pour imposer un strict respect de la volonté du régime Alpha Condé, les élections législatives et référendaire ont été les plus mal organisées de l’histoire politique de la Guinée. Même le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation- qui avait rassuré la veille des élections que toutes les dispositions avaient été prises pour que tout se passe sans aucun incident- s’est finalement ravisé pour admettre que le vote a été empêché par le Front national pour la défense de la constitution dans plusieurs bureaux de vote, tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays.

Lire

Violences à N’Zérékoré : Jacques Gbonimy parle de 60 morts et accuse le gouvernement

25 mars 2020 à 15 03 44 03443

Jacques Gbonimy, président du parti UPG

Le contesté double scrutin du dimanche dernier, 22 mars 2020, a entraîné des violences meurtrières à travers la Guinée. La ville de N’zérékoré a été particulièrement affectée avec de nombreux cas de morts et de blessés, dans une confrontation au relent communautaire. Jacques Gbonimy, président du parti Union pour le Progrès de la Guinée (UPG), joint au téléphone par un reporter de Guineematin.com ce mercredi a condamné ces violences tout en dénonçant l’attitude des autorités de N’zérékoré dans la gestion de la crise.

Lire

Labé : voici une déclaration du conseil de mosquée

25 mars 2020 à 14 02 18 03183
Elhadj Mamadou Badrou Bah, inspecteur régional des affaires religieuses et grand imam de Labé,

Elhadj Mamadou Badrou Bah, inspecteur régional des affaires religieuses et grand imam de Labé

Depuis quelques jours, circule sur les réseaux sociaux une audio attribuée au Grand Imam de la grande mosquée de Labé. Cela commence à devenir une habitude. Il n’y a pas si longtemps, c’est un compte Facebook qui a été ouvert pour arnaquer des citoyens, leur demandant de l’argent contre des bénédictions. Un individu se promenait de ville en ville jusqu’en Guinée Bissau, se faisant passer pour le Grand Imam et bien d’autres choses au nom du Grand imam.

Lire

Guinée : la France ne reconnaît pas le double scrutin ! Paris soutiendra les initiatives de la CEDEAO, de l’UA et de l’OIF

25 mars 2020 à 8 08 05 03053

Malgré la gravité de la pandémie du Coronavirus qui focalise de nos jours les attentions du monde entier, la France s’est donnée le temps de réagir au très contesté double scrutin qui s’est déroulé en Guinée le dimanche dernier, 22 mars 2020. Par des mots diplomatiques, les autorités françaises ont dénoncé les exactions des forces de défense et de sécurité « excédant la simple sécurisation du processus », avant de juger ces élections non crédibles.

Lire

Exactions à Labé : des victimes racontent leur mésaventure

24 mars 2020 à 20 08 20 03203

Les forces de l’ordre sont accusées de plusieurs exactions à Labé. Dans la rue tout comme dans les concessions, les agents de sécurité violentent des citoyens, enlèvent les biens certains et détruisent d’autres, a appris Guineematin.com à travers un de ses correspondants dans la préfecture.

Lire

Crise électorale en Guinée : « on ne brûlera plus jamais une boutique à Kankan ! » (préfet)

24 mars 2020 à 20 08 03 03033

Une folle rumeur d’une attaque contre des boutiques et magasins a provoqué un remue-ménage dans la ville de Kankan hier lundi. Au lendemain de cette fausse alerte, le préfet Aziz Diop a eu un entretien avec les responsables des commerçants de la commune urbaine ce mardi, 24 mars 2020. Au cours des échanges, le préfet les a rassurés en leur demandant de rouvrir leurs boutiques et que des mesures ont été prises pour leur sécurité, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Lire

Guinée : « les militaires ont joué un rôle central dans ce double scrutin »

24 mars 2020 à 17 05 42 03423

Guinée : les acquis de la démocratisation de 2010 remis en cause (FIDH)

Communiqué : Comme redouté, le référendum constitutionnel et les élections législatives du 22 mars ont donné lieu à de nouvelles violences. Au moins 10 personnes ont été tuées par des forces de l’ordre et forces armées, qui ont une nouvelle fois tiré à balles réelles contre les manifestants, des bureaux de votes ont été saccagés et des personnes souhaitant se rendre aux urnes agressées. Alors que les militaires ont joué un rôle central dans ce double scrutin entaché de graves irrégularités, boycotté par l’opposition et dénoncé à l’avance par les organisations régionales et internationales, nos organisations demandent à ce que les militaires restent cantonnés dans leurs casernes, et que des enquêtes judiciaires soient systématiquement diligentées, afin de poursuivre et sanctionner les auteurs de ces violences.

Lire

Elhadj Sékhouna aux forces de l’ordre : « que personne ne vous encourage à tuer vos frères… »

20 mars 2020 à 17 05 48 03483

Elhadj Sékhouna Soumah, président de la coordination régionale de la Basse Côte, a juré d’empêcher le double scrutin référendaire et législatif prévu ce dimanche 22 mars 2020. Selon le Kountigui de la Basse Côte, dès lors qu’Alpha Condé a fait deux mandats, il doit quitter le pouvoir et céder le fauteuil à un autre compatriote. Il invite également les forces de l’ordre à faire preuve de responsabilité. L’annonce en a été faite ce vendredi, 20 mars 2020, à l’occasion de la rencontre tenue à Dubréka et qui a regroupé les 4 coordinations régionales.

Lire

Guinée : des défenseurs des droits humains réclament l’arrêt des violences contre les opposants

19 mars 2020 à 18 06 05 03053

Dans une déclaration rendue publique ce jeudi, 19 mars 2020, plusieurs organisations de défense des droits de l’Homme ont dénoncé les exactions dont sont victimes les opposants au changement de l’actuelle Constitution, qui donnerait la possibilité au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat. Ces ONG demandent « l’arrêt des violences contre les opposants au changement de Constitution et exigent la mise en place d’une Commission d’enquête indépendante et impartiale pour faire toute la lumière sur les violences commises sur l’ensemble du territoire national pendant les manifestations du Front National pour la Défense de la Constitution ».

Lire

Cellou Dalein, l’Armée et les « ordres des dictateurs »

17 mars 2020 à 20 08 15 03153

A la faveur de la plénière du front national pour la défense de la constitution de ce mardi, 17 mars 2020, le chef de file de l’opposition guinéenne a lancé un appel solennel aux forces de défense et de sécurité. Cellou Dalein Diallo a demandé aux hommes en uniforme de ne pas être complices de ceux qui veulent confisquer la liberté du peuple de Guinée. Le principal opposant au régime d’Alpha Condé a exhorté l’armée à prendre conscient de son rôle dans l’encrage de la démocratie, de l’Etat de droit et « de ne pas obéir aveuglement aux ordres des dictateurs », rapporte un journaliste que Guineematin.com avait dépêché à cette rencontre.

Lire

Faya Millimono se lâche : « nous sommes en train de devenir un Etat délinquant »

17 mars 2020 à 15 03 23 03233

La tension ne cesse de monter en Guinée, au fur et à mesure qu’approche le double scrutin législatif et référendaire prévu pour se tenir le 22 mars 2020. Au lendemain de l’annulation de la mission des chefs d’Etat de la CEDEAO, qui devait venir pour tenter de trouver une solution à la crise politique qui secoue le pays, le FNDC s’est réuni d’urgence ce mardi, 17 mars 2020, à Conakry.

Lire

Guinée : le FNDC appelle à des manifestations la veille et le jour du double scrutin de dimanche

17 mars 2020 à 13 01 33 03333

La Guinée fonce-t-elle droit vers le chaos ? La situation est en tout cas inquiétante de nos jours. Alors que le pouvoir est déterminé à organiser coûte que coûte le double scrutin législatif et référendaire du dimanche, 22 mars 2020, ses opposants se montrent aussi décidés à empêcher la tenue de ces élections. Dans une déclaration rendue publique ce mardi, 17 mars, le Front National pour la Défense de la Constitution a appelé les Guinéens à de nouvelles manifestations la veille et le jour du scrutin. Ce qui laisse présager une confrontation inévitable.

Lire

Ouattara et Buhari attendus en Guinée : joie et espoir chez Faya Millimouno

16 mars 2020 à 13 01 04 03043

Dr. Faya Millimono, président du parti Bloc Libéral

Comme annoncé précédemment, le président ivoirien, Alassane Ouattara, et son homologue nigérian, Muhammadu Buhari, sont attendus demain, mardi 17 mars 2020, à Conakry. Les deux chefs d’Etat ouest-africains viennent tenter de trouver une solution à la crise politique, née de la volonté du président guinéen, Alpha Condé, de changer la Constitution pour se donner la possibilité de briguer un troisième mandat.

Lire

Alpha Condé : « la démocratie, ce n’est pas nécessairement l’alternance »

16 mars 2020 à 10 10 38 03383

Malgré la pression menée à l’interne par le FNDC mais aussi par la communauté internationale, le président Alpha Condé semble bien décidé à faire adopter son controversé projet de nouvelle Constitution, qui lui ouvrirait la voie à un troisième mandat. Le chef de l’Etat guinéen a réitéré sa position catégorique sur cette question au cours d’une interview qu’il a accordée au journal français Libération. Pour le contesté chef d’Etat, la démocratie ne signifie pas qu’il y ait forcément alternance, soulignant qu’il n’a pas leçon de démocratie à recevoir de personne.

Lire