La Côte d’Ivoire en deuil : l’artiste DJ Arafat est décédé

12 août 2019 à 14 02 35 08358

Le peuple ivoirien est sous le choc ce lundi, 12 août 2019. DJ Arafat, la star de la musique du pays, est décédé ce matin à la suite d’un accident de la circulation. L’information a été confirmée par la télévision nationale ivoirienne (RTI), a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

C’est à la Polyclinique des Deux Plateaux, à Abidjan, que Houon Ange Didier, de son vrai nom, a rendu l’âme à 8 heures du matin, ce lundi. Le roi du coupé-découlé a succombé à ses blessures contractées lors d’un grave accident de la circulation dont il a été victime dans la nuit du dimanche à ce lundi dans la capitale.

La moto du chanteur, à vive allure, est allée percuter une voiture conduite une journaliste de Radio Côte d’Ivoire. Il a été aussitôt conduit, en état d’inconscience, dans ce centre médical, où il a été pris en charge. Mais, les médecins n’ont pas pu sauver la vie de l’artiste.

Artiste de renommée internationale, DJ Arafat est né en 1986 à Yopougon, une commune de la capitale économique ivoirienne. Son dernier single, intitulé « Moto-Moto » a battu tous ses records avec 4,5 millions de vues sur YouTube.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com
Tel ; 628124362

Lire

Soulka Kemsi : « ceux qui écoutent mes sons, peuvent arrêter de voler dans le gouvernement »

30 juillet 2019 à 11 11 23 07237
Souleymane Doumbouya, alias Soulka Kemsi, jeune artiste en herbe
Souleymane Doumbouya, alias Soulka Kemsi, jeune artiste en herbe

Souleymane Doumbouya, alias Soulka Kemsi, jeune artiste en herbe enregistre du succès depuis quelques mois dans la haute banlieue de Conakry. Grâce à ses sons qui sont très appréciés par les jeunes, le chanteur se fait de plus en plus connaître. Il rêve de devenir un grand artiste et changer les choses positivement à travers la musique. Un reporter de Guineematin.com est allé à la découverte de ce talent de la musique urbaine guinéenne.

Selon Soulka Kemsi, l’idée de chanter lui est venue en fin 2016. Et depuis cette période, il va de succès en succès. « J’ai commencé à chanter en fin 2016 et je suis heureux du succès que je commence à enregistrer notamment dans mes zones de prestation que sont : Coyah, Cimenterie, Kountia et Kagbelen. J’ai raflé tous les trophées à l’occasion des dernières compétitions organisées dans cette zone. Ça, c’est déjà un grand atout pour un débutant que je suis. Il y a pleins de personnes qui me soutiennent, aujourd’hui je suis vraiment content parce que ça commence à aller », soutient-il.

Depuis qu’il a commencé à faire de la musique, pas de répit pour le jeune artiste. Il est constamment en train d’écrire des textes, préparer des sons. « J’ai aujourd’hui deux (2) albums qui sont prêts, mais qui ne sont pas encore sortis. Ce sont des sons qui sont plus basés sur le rap et la trap ; il n’y a que peu de dancehall », annonce-t-il précisant que toutes ses musiques sont chantées en Français.

Même s’il dit chanter pour apaiser les consciences et promouvoir l’éducation des enfants, Souleymane Doumbouya, alias Soulka Kemsi est surtout un artiste engagé. Il dénonce notamment la corruption et les détournements des deniers publics. « Dans mes sons aussi, j’invite les gouvernants à ne pas détourner. Ceux qui écoutent mes sons, peuvent arrêter de voler dans le gouvernement, ils pourront s’éloigner du vol. Donc, ma musique donne beaucoup de conseils, notamment aux jeunes », a-t-il expliqué.

Aujourd’hui artiste en herbe, le jeune homme espère devenir un chanteur de renommée internationale à l’image de son idole, le malien Iba One. « J’exhorte les Guinéens à continuer à supporter les artistes. Si je réussis dans la musique, je compte construire des écoles », indique Soulka Kemsi.

Mohamed Sylla, « Big-manager » de la structure Trap Boss Music (TBM Prod)

Ce jeune artiste évolue au sein de la structure Trap Boss Music (TBM Prod), dirigée par Mohamed Sylla « Big-manager ». Ce dernier explique que son aventure avec Soulka se passe très bien. « Depuis notre rencontre il y a deux ans, on a pu mettre en place beaucoup de projets. Nous avons participé à des spectacles notamment des shows de la rue ; on a pris part des projets de featurings avec des artistes à Kountia. Et même aujourd’hui, comme tous les jeudis d’ailleurs, nous organisons des shows à La colline d’or de Kountia. D’ailleurs, nous projetons une tournée à Fria et Sangaredi. Nous ferons des concerts dans ces localités », a-t-il annoncé.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

« Wonah Samakala » : premier album de l’artiste Dardja Barky

26 juillet 2019 à 10 10 03 07037

Le chanteur connu sous le nom de Dardja Barky va sortir son premier album le 26 octobre 2019. Le concert-dédicace aura lieu le même jour au Belvédère, à Conakry. L’annonce a été faite par l’artiste lui-même au cours d’une interview qu’il a accordée à Guineematin.com hier, jeudi 24 juillet. Il est revenu notamment sur les sujets qu’il aborde dans sa première œuvre du genre depuis le début de sa carrière musicale.

Décryptage !

Guineematin.com : ton premier album intitulé « Wonah Samakala » va sortir le 26 octobre 2019. Pourquoi le nom « Wonah Samakala » ?

Dardja Barky : avant de commencer permettez-moi de remercier Guineematin.com qui est le partenaire officiel de cette dédicace prévue comme vous l’avez dit le 26 octobre au Belvédère. Merci beaucoup pour votre soutien. Pourquoi j’ai choisi le nom « Wonah Samakala » ? C’est parce que dans l’album il n’y a pas de fiction dedans, tout ce que je dis dans la l’album, c’est de la réalité. Wonah Samakala c’est une expression peule qui signifie que ce n’est pas de la pagaille. Ça veut dire que cet album, c’est du sérieux qui est dedans. Il y a même un son dans l’album qui porte le même intitulé.

Guineematin.com : en quoi cet album est sérieux ? Quels sont les sujets que tu abordes ?

Dardja Barky : j’aborde beaucoup de sujets, tels que cette affaire d’illuminati dont on parle régulièrement aujourd’hui. Je pense que c’est une secte qui s’est installée depuis longtemps en Afrique. Mais, moi je parle de l’Afrique particulièrement parce que je suis un soldat de ce continent. J’ai fait des révélations et j’ai dénoncé donc cette confrérie. J’ai parlé aussi des riches, de ceux qui ont le pouvoir, et comment gérer leurs richesses ou leur pouvoir tout en pensant aux pauvres et à ceux qui n’ont pas de pouvoir. J’ai parlé aussi de l’amour et de la politique bien sûr. J’ai dédié deux sons à l’opposant Cellou Dalein Diallo dont qui est intitulé KMCL2020. Le titre c’est en poular mais si vous traduisez ça veut dire « Il faut que Cellou accède à la présidence en 2020 ». Bref, il y a divers thèmes qui se retrouvent dans cet album. Je ne vais pas tout dévoiler ici, je réserve le reste pour le 26 octobre inch’Allah.

Guineematin.com : pourquoi parler d’illuminati ? Cette confrérie a-t-elle un impact à tes yeux sur le développement de l’Afrique ?

Dardja Barky : bien sûr ! Les illuminatis, c’est un vaste complot, un complot mondial qu’on a organisé contre les faibles. Ils font des sacrifices humains, ils provoquent des coups d’Etat et même des guerres. Aujourd’hui, ils ont dominé le monde et ils continuent à gagner du terrain. De plus en plus de gens vendent leurs âmes pour avoir de l’argent. On a dévoilé tout cela dans l’album. Quand vous le kiffer, vous allez mieux comprendre.

Guineematin.com : tu dédies un son au chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo, dans cet album. Pourquoi cela ?

Dardja Barky : parce que c’est un grand monsieur, c’est un leader charismatique. Je suis un jeune de l’axe, j’ai fait beaucoup de combats là-bas. Parmi les victimes, les 103 jeunes tués sur cet axe dans les manifestations politiques de ces dernières années, il y a mes frères dedans, il y a mes amis dedans. Donc on a toujours fait le combat pour un leader qui a notre vision. Et je précise que je suis membre du mouvement « Akhadan » qui se signifie « Que ça s’arrête ! » et nous soutenons ouvertement Cellou Dalein Diallo, le président de l’UFDG.

Guineematin.com : en mélangeant musique et politique tu ne penses pas que ça peut jouer sur ton succès en tant qu’artiste ? Parce que les partisans du pouvoir ne vont sûrement pas écouter ta musique.

Dardja Barky : bon, je ne pense pas ainsi. C’est vrai qu’en Guinée ici, la politique a beaucoup divisé les gens, mais je pense que les gens prendront le temps d’écouter ce que j’ai dit avant de le juger. En tout cas c’est ce que je souhaite.

Guineematin.com : dans cet album, est-ce que tu as fait des collaborations avec d’autres artistes ?

Dardja Barky : j’ai fait des featurings avec Seland Kouti et Hundre G’s. Seland, c’est mon programmateur et Hundre G’s, c’est lui qui a enregistré l’album dans son studio Nab-Record. J’ai fait aussi un son avec Binta Laly Sow. Plusieurs artistes invités seront aussi présents au concert.

Guineematin.com : comment faire justement pour prendre part à ce concert ?

Dardja Barky : il suffit de se rendre au Belvédère le 26 octobre et acheter le ticket. Le prix du ticket n’est pas encore fixé, la maison de production et le Label sont en train de travailler sur ces aspects. Mais déjà, ceux qui désirent avoir plus d’informations, ils peuvent appeler le 621 66 30 40 ou le 621 93 94 03. Ils peuvent aussi contacter le site Guineematin.com qui est notre partenaire officiel pour des renseignements par rapport à ce concert.

Interview réalisée par Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628 12 43 62

Lire

Guinée : l’artiste Kerfalla Kanté n’est plus !

19 juillet 2019 à 8 08 36 07367

L’artiste chanteur guinéen, Kerfalla Kanté « l’oiseau de Sankaran », a répondu a répondu à l’appel de Dieu dans la nuit d’hier à aujourd’hui, vendredi 19 juillet 2019, à Conakry.

Décédé à 60 ans, Kerfalla Kanté, originaire de Faranah, laisse derrière lui trois veuves, deux orphelins (un garçon et une fille) et plusieurs fans en Guinée et dans le monde.

Très apprécié des mélomanes guinéens et d’ailleurs, Kerfalla Kanté est l’auteur de plusieurs titres qui sont aujourd’hui en train d’être partagés sur les réseaux sociaux par ses fans.

Guineematin.com présente ses condoléances les plus attristées à la famille biologique du défunt et au monde de la culture.

Paix à l’âme de Kérfala Kanté, amine !

Lire

Urgent : Takana Zion « transféré » à Kaloum, son lieu d’arrestation…

26 juillet 2017 à 12 12 45 07457

C’est aux environs de 12 heures 30 minutes que le pick-up transportant le très populaire reggaeman guinéen et leader du mouvement #WONKHAI2020, Takana Zion, a quitté l’escadron mobile numéro 3 de Matam où il était détenu depuis hier pour la commune de Kaloum, son lieu d’arrestation, rapporte le journaliste de Guineematin.com qui était posté à Matam.

Lire

Urgent : Elie Kamano libéré ! Le témoignage de son avocat, Me Béa

20 février 2017 à 12 12 13 02132

C’est peu avant 12 heures que Guineematin.com a finalement pu échanger avec l’avocat de l’artiste guinéen Elie Kamono. « C’est avec beaucoup de joie que je vous annonce la libération de mon client, Elie Kamano », a introduit maître Salifou Béavogui, qui était avec l’artiste depuis 8 heures 30’.

Lire

Elie Kamano arrêté, menaces de manifestations : veillée d’armes à Conakry !

19 février 2017 à 19 07 10 02102

Le syndicat vient de rendre public son info numéro neuf, appelant à la poursuite de la grève. « Camarades, jusqu’à présent, malgré les avancés significatives de la négociation, il reste les points nodaux dont la valeur du point d’indice 1030 qui libérera tous les Travailleurs du système Éducatif », a indiqué l’intersyndicale de l’éducation FSPE/SLECG.

Lire

AINSI PARTIT M’BADY ! Par Soulay Thiâ’nguel

26 octobre 2016 à 9 09 53 105310

badySilence, il s’est tu. Les cordes merveilleuses de sa kora se sont tues. Les vibrations gracieuses de sa calebasse ne sont plus tenues. Fil ténu des mélodies fiévreuses de sa harpe d’Afrique évanouies. Il est parti de ses longs pas feutrés que nous n’avons pas entendus. Il s’est éclipsé sans que le bled de son investissement ne lui ait rendu sa plus-value. Ce mardi c’est en hommage posthume que son patriotisme fut reconnu.

Lire

Culture: le parolier Farba Adama Ly se lance dans la musique (avec vidéo)

26 août 2016 à 21 09 12 08128

Farba Adama Ly Le parolier des temps modernes, originaire de la préfecture de Dinguiraye, Farba Adama Ly, était dans les locaux de Guineematin.com dans l’après-midi de ce vendredi 26 août 2016. Le jeune conteur et parolier a enfin décidé de faire carrière dans la musique, après avoir fait sortir, le 30 août 2015, un album sur l’histoire (Tarika) du Fouta Djallon, intitulé « Paix et Unité Nationale ».

Lire

DU PARDONNER A EXTIRPER ! RAPPEL DE MEMOIRE CHER ELIE

9 juin 2016 à 17 05 44 06446

 

Hamide BALDE UFDG France

Hamide BALDE UFDG France

Diana DIALLO UFDG Chine

Diana DIALLO UFDG Chine

Bonjour Mr Elie Kamano, veuillez réécouter votre chanson  « IL FAUT PARDONNER » en 2009 !

Vous avez récemment adressé une lettre ouverte à Mr Cellou Dalein Chef de file de l’opposition guinéenne. Comme c’est une lettre publiée à la place publique, chaque citoyen peut ainsi donner son avis sur votre interpellation. A Mr Cellou Dalein, à lui de juger l’opportunité de vous répondre si nécessaire.

Lire

Procès de Tamsir : l’ONG ‘’Ne touches pas à ma sœur’’ se fait entendre

12 janvier 2016 à 15 03 49 01491

ONG contre le violAprès la mobilisation organisée hier, lundi 11 janvier 2016 au tribunal de première instance de Kaloum par des jeunes élèves pour soutenir le rappeur Tamsir, accusé de viol, Guineematin.com a joint au téléphone madame Mariama Ciré Sylla, membre du Collectif « Ne touches pas ma sœur » qui avait initié une marche contre les violences faites aux femmes, notamment contre le viol, il y a quelques semaines.

Lire

Dakar : Lama Sidibé casse la baraque devant une foule en liesse

2 janvier 2016 à 15 03 26 01261

Lamah Sidibé à Dakar 1.docx Vendredi.jpg2La capitale sénégalaise a vibré, le 31 décembre 2015 et le 1er janvier 2016, au rythme des sonorités guinéennes. Et, pour cause ! Pendant que le Groupe Instinkillers explosait au Stade Iba Mar Diop de la Médina, c’est  le Groupe Sella Findé et son leader Lama Sidibé qui affolaient une foule de ressortissants Guinéens accompagnée d’une forte colonie de sénégalais, puissamment mobilisés au Stade Communal de Ouakam, pour déguster la musique pastorale de Guinée avec gloutonnement,  à l’effet de finir l’année 2015 en beauté et entamer 2016 avec faste. A constaté sur place Guineematin.com via son Correspondant local.

Lire

Lama Sidibé : « l’UFDG est mon identité politique, mais je respecte le Président de la République »

4 août 2015 à 22 10 20 08208

Lama SidibéAprès la publication, par Guineematin.com, de deux articles, afférents à l’annulation de sa participation au concert prévu par les managers de la visite officielle que doit effectuer le Président de la République dans la capitale sénégalaise, du 6 au 8 août 2015, l’artiste de Hôré Fello, Lama Sidibé, a joint téléphoniquement notre rédaction via son Correspondant à Dakar, pour insister sur son militantisme avéré en faveur de l’UFDG et le fait qu’il ait chanté non pas par ambition ou raisons communautaires pour Cellou Dalein, mais par une réelle conviction.

Lire

Concert du 06 août à Dakar : pourquoi toutes ces pressions sur Lama Sidibé ?

4 août 2015 à 21 09 09 08098

Lama SidibéDepuis quelques heures, des pressions de toute sorte s’abattent sur l’artiste Lama Sidibé au sujet d’un concert de soutien au président de la République, Alpha Condé, prévu après demain, jeudi 06 août 2015 à Dakar, la capitale sénégalaise, surtout depuis la publication par Guineematin.com d’un article intitulé, « Dakar : Lama Sidibé aurait refusé de chanter pour Alpha Condé » !

Lire

Lama Sidibé : « On m’a invité à Dakar pour la réconciliation entre la Guinée et le Sénégal »

4 août 2015 à 15 03 22 08228

Lama Sidibé« Moi, Tidjane Soumah (PDG de Tidjane Word Music) m’a appelé pour me proposer d’aller représenter la Guinée dans un concert pour la réconciliation entre la Guinée et le Sénégal, la lutte contre Ebola et l’intégration africaine. Et, on ne m’a jamais dit d’aller chanter pour le président de la République », a dit Lama Sidibé qui a joint Guineematin.com au téléphone, ce mardi 04 août 2015. 

Lire