Kankan : découverte d’un corps en état de putréfaction dans une cabane à Bordeaux

9 octobre 2019 à 18 06 27 102710

Les découvertes macabres s’enchaînent dans la ville de Kankan. Après la découverte du corps d’un enseignant dans un puits, c’est un autre corps qui a été découvert dans une cabane fermée dans la soirée d’hier, mardi 08 octobre 2019. Les faits se sont produits au secteur 4 du quartier Bordeaux, dans la commune urbaine, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

C’est aux environs de 16 heures que des enfants jouant au football, frappés par une odeur nauséabonde qui se dégageait de la cabane, ont alerté les riverains. De nombreux citoyens ont aussitôt pris d’assaut les lieux pour savoir de quoi il s’agissait. Les circonstances qui ont prévalu à sa mort demeurent floues pour le moment.

Famoudou Diawara, chef du quartier de Bordeaux

Selon Famoudou Diawara, chef du quartier de Bordeaux, il s’agit d’un corps en état de décomposion avancée. « Aux environs de 16 heures, j’ai eu un coup de téléphone, m’annonçant cette situation très préoccupante. Nous avons trouvé un corps dans une maisonnette. Sans attendre, je suis immédiatement venu. J’ai fait comprendre qu’il faut absolument l’intervention des responsables. Il suffit de s’approcher de la cabane pour savoir à travers l’odeur que le corps est en état de putréfaction avancée », a-t-il expliqué.

Malgré la présence de trois (3) agents de la police, le chef de quartier a préféré attendre la venue de la Croix Rouge pour agir. « Dès qu’il y a un problème de ce genre, on ne peut pas se passer d’eux. Donc, il faut absolument que la Croix Rouge soit là avant qu’on ouvre la porte. Sinon, ça fait plus d’une heure de temps qu’on les attend, mais ils retardent. Mais on ne peut rien entreprendre d’abord car le corps est en décomposition», a-t-il laissé entendre.

L’attente fut longue. C’est finalement dans la nuit, aux alentours de 20 h, qu’un seul agent de la Croix Rouge est arrivé sur les lieux, sous la pression du préfet Aziz Diop, apprend-on. L’agent de la Croix Rouge, avec l’appui de quelques jeunes du secteur et à l’absence des agents des forces de sécurité, ont défoncé la porte. Ensuite, ils ont désinfecté la dépouille avant de l’emballer dans un sac mortuaire.

Après cette action, l’agent de la croix rouge est aussitôt reparti. Sans un véritable constat de spécialiste, il est difficile d’avoir des précisions nettes sur les conditions de cette mort.

Selon Famoudou Diawara, « le défunt serait un certain Barry, un marchand ambulant qui serait originaire de Mamou. Selon son logeur, il habite ici depuis plus de 2 mois. C’est tout ce qu’on sait pratiquement de lui », a laissé entendre le chef de quartier.

Aux environs de 20 heures, le corps a été transporté au cimetière de Bordeaux pour y être enterré, sur recommandation du chef de quartier.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Lire

Kindia : Le tournoi doté du trophée Alpha Condé tourne à l’affrontement entre jeunes

27 septembre 2019 à 11 11 23 09239

Depuis 2016, les 33 quartiers de la ville de Kindia se retrouvent chaque année autour d’un tournoi de football destiné à de déceler les talents locaux et à renforcer le tissu social entre les fils du terroir. Mais, pour cette année 2019, le tournoi a tourné au vinaigre, notamment dans la soirée d’hier jeudi, 26 septembre 2019. Des échauffourées ont été enregistrées à l’occasion de la 2ème journée des demi-finales qui mettait aux prises l’équipe de Condeta 3 à la formation de Manquepas Mosquée, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Le tournoi censé renforcer les liens entre les fils de Kindia, doté du trophée président Alpha Condé, a tourné à la bagarre au stade Fodé Fissa ce jeudi. Depuis son coup d’envoi, des incidents sont souvent signalés entre les supporters des différentes équipes.

Pour la journée d’hier, des jeunes gens ont empêché la poursuite de la deuxième journée des demi-finales. Alors que Condeta 3 et Manquepas Mosquée étaient à égalité, des manifestants ont gâché la fête. C’est pendant la 2ème mi-temps que la tension est montée d’un cran. Pendant plus de 10 minutes, une pluie de cailloux s’est abattue sur le terrain. Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les semeurs de troubles.

Plusieurs jeunes gens ont été blessés. C’est le cas de Lansana Boukhary Camara, journaliste sportif à Kindia. « A chaque fois qu’on organise le tournoi inter-quartiers de football de Kindia, les jeunes s’attaquent directement les uns aux autres. Je crois bien que ce n’est pas la solution. Il faut que la jeunesse de Kindia soit consciente maintenant pour que nous pussions jouer cette compétition, surtout un tournoi doté du trophée le professeur Alpha Condé. Je crois bien que c’est une manière d’animer la ville de Kindia. Aujourd’hui, il faut que les jeunes comprennent que Kindia appartient à tout le monde. Certains joueurs sont blessés. Je crois bien que les organisateurs n’ont pas organisé ce tournoi pour que la jeunesse de Kindia se donne des coups de poing. La rencontre d’hier aussi qui opposait les quartiers de Koliady 1 au quartier Gare, on a vu des jets de pierre un peu partout, suite à la défaite de Gare. Depuis le début de cette compétition, quand un quartier est éliminé, les loubards de ce quartier jettent les pierres sur les adversaires… C’est vraiment dommage », s’indigne-t-il.

Saliou Sylla, dit Moalim

Même son de cloche chez l’entraîneur de football, Saliou Sylla, alias Moalim, qui dénonce cet état de fait. « Cette compétition vise à renforcer les liens d’amitié et de fraternité entre les 33 quartiers et de faire vibrer Kindia en cette période des grandes vacances, en plus pour détecter les difficultés qui minent le football de Kindia. Par exemple, pour le FC GANGAN, c’est à cette compétition qu’on peut recruter les joueurs pour notre équipe, reléguée en ligue 2 pour qu’ils puissent faire la fierté de Kindia. Vraiment, cet acte barbare est une désolation de notre part. Le règlement est établi par les organisateurs, mais la rigueur manque, la magouille règne aussi au sein du groupe des organisateurs. Même pas pour ce tournoi seulement, dans les autres compétitions, si vous faites un règlement intérieur, il faut l’appliquer. Mais, eux ils ne l’appliquent pas. On se souvient que depuis le début de ce tournoi, il y a trop de pagaille. Et aucun quartier n’a été sanctionné et c’est ce qui continu jusqu’à présent », dénonce-t-il.

Pour sa part, Ibrahima Khalil Touré, ingénieur de formation, dénonce la mauvaise stratégie des organisateurs. « C’est un manque d’organisation, pourquoi ? Parce qu’on ne peut pas comprendre que deux groupes de supporters soient assis dans un même lieu, cela va forcément occasionner la pagaille. D’autre part, il y a une question de maturité. Le coach de Condeta 3 était là à discuter avec les supporters et cela a suscité la tension. Il faudrait que les organisateurs se préparent, en passant de quartier en quartier pour la sensibilisation. Partout en Guinée, on ne peut pas jouer un match et terminer. Je dirais à la jeunesse de Kindia d’être consciente, d’être plus réfléchie dans sa manière de faire. Quand ont dit le changement, ça commence d’abord par la mentalité, par le caractère, par soi-même, avant les autres ».

Alhassane Soumah

De son côté, Alhassane Soumah a subi la colère des forces de sécurité. « Le policier m’a frappé six fois avec sa matraque. Le commandant m’a dit de pardonner. Donc, je ne peux rien. Ils m’ont blessé avec leur matraque. Pourtant, je ne fais pas partie des jeunes manifestants ».

Si tout va bien, la finale dudit tournoi doit se jouer le 2 octobre prochain.

Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com

Tél. : 628 51 88 88

Lire

La Saga du Hafia FC : un livre qui retrace le glorieux parcours du club, publié à Conakry

26 septembre 2019 à 12 12 36 09369

Les éditions SAEC (Société africaine d’édition et de communication) ont présenté hier, mercredi 25 septembre 2019, un livre intitulé « La saga du Hafia FC Premier triple champion d’Afrique ». La cérémonie de dédicace de l’ouvrage a eu lieu à la bibliothèque Djibril Tamsir Niane sise à la minière dans la commune de Dixinn. C’était en présence du ministre de la fonction publique, d’anciens joueurs de Hafia Football Club, d’anciens journalistes sportifs, des entraîneurs et plusieurs écrivains, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

La saga du Hafia FC, premier triple champion d’Afrique, est l’œuvre d’Alpha Oumar Diallo, un fervent supporter du football guinéen. Il raconte l’épopée glorieuse du Hafia FC de Conakry, qui a hissé très haut le drapeau guinéen dans les années 70 en remportant trois coupes d’Afrique de football en 1972, 1975 1977. A l’occasion de la cérémonie de présentation du livre, l’auteur est revenu sur les raisons qui l’ont motivé à écrire à cet ouvrage.

« Il faut préciser que les faits les plus hauts des pays de l’Afrique occidentale ont été réalisés pendant la période de l’indépendance. Personne ne peut nier la prestation des balais africains de la République de Guinée, les ensembles comme le Bembeya, Bala et ses Baladins, l’ensemble instrumental. Il y a aussi nos auteurs de l’Afrique : Djibril Tamsir Niane, Camara Laye ; les cinéastes guinéens comme les Sékou Oumar Barry, Kemoko Diakité. Et ensuite, sur le plan du football, le Hafia Football Club et le Syli national. C’est-à-dire, on était les pionniers en Afrique.

Alors, c’est pourquoi je me suis dit que les acteurs doivent maintenant retrousser les manches pour noter les témoignages sur cette belle période. Voilà la première motivation. La deuxième motivation, le football c’est ma première passion. En 1962, j’ai eu la chance de voir un illustré sur les exploits du footballeur Pelé qui a marqué son temps, et c’était pour nous un héros, un patrimoine mondial. Donc, ça c’est resté dans ma tête. Et finalement, je suis tombé sur le charme du Hafia en 1971 quand je les ai vus jouer. Alors depuis lors, je me suis décidé de faire quelque chose pour ces artistes du football », a expliqué Alpha Oumar Diallo.

Cette œuvre a été préfacée par consultant sportif Thierno Saïdou Diakité. Il salue un grand honneur qui lui a été fait par l’auteur. « C’est une réelle satisfaction pour moi. L’auteur Alpha Oumar Diallo m’a fait l’honneur de préfacer ce livre qui retrace le parcours du Hafia Football Club, qui a réalisé le premier triplé continental à savoir la coupe des clubs. C’est une réelle satisfaction parce que les personnalités qui ont assisté à la cérémonie ont compris qu’elles avaient beaucoup à apprendre du glorieux passé de ce club qui a marqué son nom dans l’histoire du football africain », a réagi l’analyste sportif.

Présent à la cérémonie, le ministre de la fonction publique, de la réforme de l’Etat et de la modernisation, a salué la publication d’une telle œuvre qui permet de faire revivre le passé glorieux de notre pays. « Il est important de faire revivre le passé surtout s’il est glorieux et quand il s’appelle Hafia football Club. C’est une équipe qui rayonné sur le continent et sur le monde. C’est une référence en matière de football, et ça a eu un impact sur toute la vie de la nation guinéenne. Les jeunes de ma génération qui ont vécu la gloire et l’odyssée du Hafia sont fiers jusqu’aujourd’hui de ce qu’il a accompli au service de la nation. Nous souhaitons que les nouvelles générations puisent faire comme les anciens parce qu’on en a soif », a lancé le ministre Bily Nankouman Doumbouya.

L’ouvrage « La Saga de Hafia FC Premier Triple Champion d’Afrique » compte près de 200 pages, reparties en 10 chapitres. Il est vente à la bibliothèque Djibril Tamsir Niane sise à la Minière, et coûte 100 mille francs guinéens.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tel : 00224 622 91 92 25 / 666 91 92 25

Lire

Lengué d’or : Vision Foot Management et Cellcom Guinée lancent la 4ème édition

25 septembre 2019 à 17 05 38 09389

C’est parti pour la 4ème édition du Lengué d’or Guinée 2019. Ce prix de l’excellence du football guinéen a été lancé ce mercredi, 25 septembre 2019, par la structure Vision Foot Management, en partenariat avec la société de téléphonie mobile Cellcom Guinée. La cérémonie a eu lieu au siège de Cellcom Guinée, dans la commune de Kaloum, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le lancement de cette 4ème édition a connu la présence de représentants du ministère des sports, de la fédération guinéenne de football ainsi que des entraîneurs de certaines équipes nationales. A cette occasion, Aboubacar Kamissoko, le président de la structure Vision Foot Management, a annoncé le programme de cet événement.

Aboubacar Kamissoko

« Nous mettons du prix sur tout ce que nous faisons, parce que si nous parlons d’excellence, nous commençons d’abord par des enquêtes et des sondages sur le terrain. Il y a un cabinet qui s’occupe de ces sondages sur le terrain, qui va vers les acteurs du football guinéen, notamment les capitaines, les entraîneurs, les journalistes sportifs… Tout cela, c’est la première étape de notre travail. Et cette année, nous sommes accompagnés par Cellcom Guinée qui va lancer un système de voting à tous ses abonnés, à travers lequel chacun va voter pour le meilleur journaliste sportif de l’année, le meilleur entraîneur de l’année et le meilleur joueur de l’année qui est le Lengué d’or », a-t-il expliqué.

Sponsor de cette 4ème édition, Cellcom Guinée salue cette initiative de Vision Foot Management, qui consiste à récompenser les acteurs du football qui se sont le plus illustrés dans leur domaine durant l’année. Selon Maïmouna Marega, représentante de la société de téléphonie mobile à la cérémonie de lancement, l’accompagnement de Cellcom Guinée est motivé par sa volonté de promouvoir le football guinéen.

Maïmouna Marega

« Le Lengué d’or est un événement vraiment central, auquel Cellcom Guinée ne pouvait pas ne pas participer. Cet événement contribue grandement à encourager le football guinéen en passant par la récompense. Il met en avant l’excellence du football guinéen en récompensant les meilleurs acteurs du monde du football. Donc, Cellcom souhaite vraiment participer à cet événement, accompagner la structure d’une manière technique et financière, afin de faire en sorte que cet événement puisse se pérenniser dans le temps et participer à encourager l’excellence guinéenne », a-t-elle dit.

La remise du prix Lengué d’or 2019 aura lieu à l’occasion d’une cérémonie qui sera organisée en décembre ou janvier prochain, à Conakry.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tel : 00224 622919225 / 666919225

Lire

Éliminatoires CHAN 2020 : la Guinée s’incline devant le Sénégal

21 septembre 2019 à 21 09 35 09359

En déplacement ce samedi, 21 septembre 2019 à Thiès, le Syli local n’a pas réussi à ramener un bon résultat comme l’espérait son entraîneur. L’équipe guinéenne s’est inclinée (1-0) devant son homologue sénégalais, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Remporter juste une double confrontation, c’est tout ce qu’il faut au Syli local pour se qualifier au prochain championnat d’Afrique des nations (CHAN) 2020. Exemptée du premier tour des éliminatoires, l’équipe de Kanfory Lappé Bangoura n’a qu’à se défaire du Sénégal pour obtenir son ticket qualificatif. Tout n’est évidemment pas encore perdu, mais la tâche s’annonce difficile pour l’équipe guinéenne, qui a perdu la manche aller ce samedi au stade de Thiès.

Même s’ils n’ont pas concrétisé leurs occasions dont la plus franche est celle de Mamadou Bangoura dont la frappe a été repoussée par le poteau à la 33ème minute, les poulains de Lappé Bangoura sont passés tout près de ramener un point de leur voyage sénégalais. Mais, ils ont finalement été punis à la 86ème par Assane M’Bodj. Le joueur du Djaraaf de Dakar a adressé une puissante frappe imparable pour Moussa Camara, délivrant ainsi les siens.

C’est la troisième fois (2015,2017 et 2019) que le Syli local s’incline en déplacement au Sénégal dans des éliminatoires du CHAN. L’équipe guinéenne garde tout de même un espoir de qualification. Pour cela, il faudra s’imposer par deux buts d’écart au match retour prévu en octobre prochain à Conakry.

Abdoul Aziz Sow pour Guineematin.com

Lire

Football : les nominations de Kaba Diawara, Kemoko Camara et Dian Bobo saluées à Conakry

20 septembre 2019 à 17 05 07 09079
Abdoulaye Bernard Sylla, ancien gardien de AFIA

Comme annoncé précédemment, la fédération guinéenne de football a promu trois anciens internationaux guinéens. Kaba Diawara et Kemoko Camara sont nommés au sein du staff technique du Syli national A, tandis que Dian Bobo Baldé devient le sélectionneur de l’équipe guinéenne des moins de 20 ans. Au lendemain de l’annonce de ces décisions, elles suscitent des réactions à Conakry. Plusieurs acteurs du monde du monde du football, interrogés ce vendredi, 20 septembre 2019 par un reporter de Guineematin.com, ont salué ces nominations.

Décryptage !

Abdoulaye Bernard Sylla, ancien gardien du Hafia : je suis vraiment ravi de ces décisions. Je suis très content, parce qu’on ne peut pas se passer de ces anciens internationaux là. Si aujourd’hui on pense à les faire retourner dans les équipes, je pense que c’est une très bonne chose. Il est très important qu’on considère le vécu de ces anciens footballeurs internationaux. Le vécu est important surtout pour les catégories inférieures. C’est important que ça soit un entraîneur qui a un parcours, qui a de l’expérience dans ce domaine-là. Ça lui permettra de mieux transmettre par rapport à ceux qui n’ont pas de vécu. Là, la fédération a pris une très bonne décision. Sur le cas particulier de Kemoko Camara, ça je l’ai toujours dit : un gardien se fabrique. Et pour le fabriquer, il faut un ancien joueur qui a un vécu dans ce domaine-là.

Ibrahima Sory Barry, président de l’Académie Telico

Ibrahima Sory Barry, président de l’Académie Télico : je ne pourrai que saluer ces décisions, elles sont très salutaire dans la mesure où elles mettent en valeur nos anciens internationaux qui ont eu à mouiller le maillot guinéen, et nous savons comment ils ont mouillé le maillot. Quand je prends le cas de Kemoko Camara, c’est une consécration d’un travail de longue haleine. Depuis un certain temps, Kemoko Camara a raccroché les crampons, mais il continue à s’investir et à partager son expérience avec la nouvelle génération. Vous ne pouvez pas venir au stage annexe du 28 septembre sans trouver des jeunes gardiens autour de Kemoko.

Dian Bobo, nous connaissons le sérieux qui caractérise l’homme : son engagement, sa volonté et sa détermination à apporter quelque au football guinéen. Kaba Diawara aussi, c’est l’expérience. Aujourd’hui, nous réclamons des entraîneurs locaux pour l’équipe A. Dans d’autres pays, cela est déjà effectif, nous aussi, nous en avons eu une première expérience. Je crois que nous sommes dans une suite logique de cette série parce qu’il ne faut les amener d’un seul coup, mais il faudrait que ça soit dans un processus d’ajustement qui aboutira à un projet viable et non pas un projet qui sera émaillé de contradictions ou d’échecs pour freiner les autres et ne pas leur donner le courage.

Kabinet Bereté, footballeur

Kabinet Bereté, footballeur : c’est normal que les anciens joueurs internationaux viennent appuyer les équipes nationales pour améliorer la performance du football guinéen. C’est bien vrai qu’ils sont appelés à être coaches du Syli A et du Syli junior, mais leurs compétences sont indispensables au niveau de toutes les équipes y compris les petites catégories. Donc moi, je salue la décision de la fédération qui a fait ces nominations. Aujourd’hui, ces joueurs reconnus pour leur talent, vont apporter beaucoup au sein du staff technique parce qu’ils ont fait preuve de compétence et d’amour pour leur patrie.

Alpha Barry, directeur technique du FC Sabou Inter

Alpha Barry, directeur technique du FC Sabou Inter : c’est une très bonne nouvelle pour les Guinéens. Nous avons besoin des gens comme eux, qui ont déjà pratiqué le domaine et qui ont été dans pas mal de clubs, donc ils connaissent particulièrement le domaine du football. Donc, la décision de leur nomination est une bonne décision pour le football guinéen. Ils pourront apporter beaucoup de choses s’ils ne sont pas interrompus par l’environnement et si on les laisse faire leur travail.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél : 00224 622919225 / 666919225

Lire

« Didier Six n’est pas l’entraîneur dont la Guinée a besoin »

14 septembre 2019 à 16 04 26 09269
Thierno Saïdou Diakité, consultant sportif

Le consultant sportif, Thierno Saïdou Diakité n’approuve pas le choix de Didier Six pour diriger le Syli national de Guinée. Il estime que le technicien français n’est pas l’homme de la solution pour le football guinéen. Il l’a dit au cours d’un entretien avec un journaliste de Guineematin.com ce samedi, 14 septembre 2019.

« J’ai été désagréablement surpris du choix opéré par la fédération guinéenne du football. Parce que sur la liste des 17 présélectionnés, je m’attendais au choix d’un autre », a réagi Thierno Saïdou Diakité, rappelant que Didier Six a été suspendu en 2015, lorsqu’il entraînait l’équipe de l’Île Maurice. Il a eu un comportement indélicat, on lui a infligé une amende de 2000 dollars et il a été suspendu par la fédération. Je me demande si cette suspension est levée. Et je me demande sur la base de quels critères on lui a attribué la note de 9 et quelques sur 10 pour être choisi comme sélectionneur de l’équipe nationale ».

Pour ce consultant sportif, le choix de Didier Six n’est pas judicieux « parce que Didier Six ne répond pas aux termes de référence déclinés dans l’appel à candidature qui a été lancé au mois d’août par la fédération. Il n’a pas une expérience africaine avérée, et je pense qu’il n’est pas l’entraîneur de haut niveau dont la Guinée a besoin pour reconstruire l’équipe après tout ce qui s’est passé en Égypte et nous permettre d’aller très loin. Si on se qualifie à la CAN 2021 au Cameroun, est-ce que lui il pourra nous qualifier pour la coupe du monde programmée au Qatar en 2022 », s’interroge-t-il.

Thierno Saïdou Diakité, consultant sportif

Il en profite pour rappeler que Didier Six a été battu à la CAN 2013 par Paul Put, celui qu’il vient remplacer à la tête du Syli national. « Ironie de l’histoire, Didier Six entraînait le Togo qui a été battu en quarts de finale de la CAN 2013 par le Burkina qui était entraîné par Paul Put. Aujourd’hui, Paul Put est limogé en Guinée et curieusement, par un hasard de circonstances peut-être, c’est Didier Six qui vient prendre les rênes du Syli national », déplore monsieur Diakité.

Même s’il dit n’avoir aucun choix particulier sur les candidats qui étaient en lice, ce consultant sportif estime qu’on aurait mieux fait en choisissant le seul guinéen qui était dans la course. « A partir du moment où notre compatriote Lappé Bangoura avait postulé, je pense qu’on aurait pu lui accorder une seconde chance. Parce qu’il a été limogé lors des éliminatoires de la coupe du monde en 2018 pour avoir perdu contre la Tunisie par le score de 4 buts à 1. Mais, on aurait pu lui accorder une seconde chance pour qu’il se rachète et donner des résultats à la Guinée », soutient Thierno Saïdou Diakité.

Fatoumata Djouldé Diallo pour Guineematin.com

Lire

Football : Didier Six désigné nouvel entraîneur de la Guinée

13 septembre 2019 à 15 03 17 09179

Le Syli national de Guinée a un nouveau sélectionneur. Il s’agit du français Didier Six. L’annonce vient d’être faite au cours d’une conférence de presse qui se tient en ce moment au siège de la Fédération Guinéenne de Football, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

Le technicien français a été choisi au terme d’un appel d’offre lancé récemment par l’instance dirigeante du football guinéen suite au limogeage de l’ancien sélectionneur de la Guinée Paul Put. Didier Six va signer un contrat de 3 ans avec la Guinée. Il aura pour objectif de qualifier le Syli national à la Coupe d’Afrique des Nations 2021 et à la Coupe du monde Qatar 2022.

Nous y reviendrons !

Ibrahima Sory Diallo est au siège de la FGF pour Guineematin.com

Lire

CAN U23 : la Guinée ne sera pas de la partie

10 septembre 2019 à 19 07 38 09389

Malgré sa victoire au match aller face à la Côte d’Ivoire au compte du dernier tour des éliminatoires de la CAN U23 2019, la Guinée ne disputera pas cette compétition. Le Syli Espoir a été éliminé ce mardi, 10 septembre 2019, après une défaite (1-2) concédée à Conakry, a constaté Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Avec une victoire (1-0) obtenue à l’extérieur au match aller, la Guinée partait favorite de ce match retour disputé devant son public. Mais sur le terrain, ce sont les ivoiriens qui ont vite pris les choses. Dans les premières minutes du match, Moussa Camara, le gardien guinéen a dû se déployer plusieurs fois pour empêcher les ivoiriens à ouvrir le score. Chose qu’il n’a finalement pas réussi à éviter. Car Christian Kouamé Kouakou a ouvert la marque à la 17ème minute, remettant les deux équipes à égalité.

Ce but a réveillé les joueurs guinéens. Les hommes de Souleymane Camara Abedi ont réagi en se créant plusieurs situations dangereuses. Ils ont été récompensés à la 35ème minute de jeu par le but égalisateur de Moussa Corso Traoré, qui a redonné espoir au stade du 28 septembre de Conakry. La Guinée va à la pause avec ce score favorable qui lui permettait de se qualifier.

Mais, les Eléphanteaux n’avaient pas dit leur dernier mot. Alors le Syli Espoir semblait maîtriser le match, l’équipe guinéenne se fait surprendre par Ahmed Junior qui a inscrit le deuxième but ivoirien à la 63ème minute. Dominateurs dans le jeu, les mois de 23 ans guinéens ont tenté de revenir encore au score, mais en vain. Ils ont fini par s’incliner sur le score de 2 buts à 1.

Scènes de violences après le match

Avec leurs 2 buts inscrits à l’extérieur, les ivoiriens se qualifient pour la Coupe d’Afrique des moins de 23 ans prévue du 08 au 22 novembre prochain en Egypte. Et, certains supporters guinéens n’ont pas digéré cette élimination. Juste après le coup de sifflet final, ils sont mis à jeter des projectiles sur la pelouse, tout en scandant des slogans hostiles au sélectionneur guinéen.

Souleymane Camara Abedi est accusé d’avoir des mauvais choix en mettant Jules Keita et Mai Traoré sur le banc, alors qu’ils avaient fait un bon match à l’aller. La police a réagi avec des tirs de gaz lacrymogène. Au moins une personne a été blessée et plusieurs se sont évanouies sous l’effet du gaz.

Abdoul Aziz Sow pour Guineematin.com

Lire

Sélectionneur du Syli national : 17 noms retenus, dont Claudio Ranieri

6 septembre 2019 à 15 03 56 09569

Après le rejet de la shortlist de 5 personnes retenues par la Direction Technique National pour occuper le poste de sélectionneur de la Guinée, la Féguifoot a publié une nouvelle liste des candidats sélectionnés pour succéder à Paul Put. 17 personnes figurent sur cette liste, dont l’italien Claudio Ranieri et d’autres noms bien connus, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

La commission mise en place par la Fédération Guinéenne de Football suite au rejet de la liste de la Direction Technique National a étudié les 87 candidatures déposées. Et, elle a présélectionné 17 personnes (12 européens et 5 africains) qui vont batailler pour occuper le poste de sélectionneur de la Guinée. Parmi eux, on retrouve l’italien Claudio Ranieri, champion d’Angleterre avec Leicester en 2016. Il a coaché également plusieurs autres clubs en Italie et en France.

On note également la présence des anciens sélectionneurs de la Côte d’Ivoire, François Zahoui, et de la RDC, Florent Ibengue. Chez les locaux, seul Kanfory Lappé Bangoura qui a déjà coaché l’équipe nationale guinéenne se retrouve sur cette liste.

Voici la liste ici :

Selon la FGF, les interviews des candidats débuteront le 12 septembre prochain à Conakry. « Les entraîneurs seront devant les membres du jury composé de quelques membres du comité exécutif de la fédération, d’un représentant du ministère des sports, du Comité Olympique et Sportif de Guinée, de l’association des anciens internationaux guinéens et naturellement de la DTN », annonce un communiqué de la Fédération Guinéenne de Football.

Abdoul Aziz Sow pour Guineematin.com

Lire

« Gestion calamiteuse » du FC Gangan : des jeunes de Kindia exigent le départ du staff

19 août 2019 à 18 06 36 08368

Des jeunes activistes de la société civile de Kindia sont descendus dans les rues de la ville ce lundi, 19 août 2019, pour manifester leur colère face à la gestion du Gangan FC par le bureau du comité exécutif. Ils demandent le départ immédiat des responsables de ce club de football qui doit évoluer désormais en ligue 2, rapporte l’un des correspondants de Guineematin.com basé dans la préfecture.

C’est aux environs de 8 heures que des jeunes activistes de la société civile ont effectué cette sortie pour dénoncer la mauvaise gestion du FC Gangan, dirigé depuis plus 4 ans par le bureau du comité exécutif. Ils ont marché du stade préfectoral de Fodé Fissa à la place des martyrs en passant par la gare routière, le grand marché Sanloyah et la devanture de la maison des jeunes.

Le porte-parole des manifestants, Kémo Mali Fofana est revenu sur le contenu de leur revendication. « Nous demandons le départ du président du club et de sont staff qui n’ont rien fait pour la dernière saison sportive. Nous voulons tout simplement le départ de cette équipe. Nous sommes contre la gestion calamiteuse de cette équipe. Nous demandons sans délai leur départ », a dit Kémo Mali Fofana.

Kémo Mali Fofana

Le FC Gangan de Kindia, relégué en ligue 2 (deuxième division) a terminé la saison dernière 2018/2019 sans son entraîneur principal. Celui qui est venu le remplacer a passé des moments difficiles. Les supporters craignent pour l’avenir du club. « L’entraîneur qui était venu terminer la saison avec l’équipe comme coach a été logé par un natif de Kindia, nourrit par lui. Et au delà de ça, il est rentré avec cinquante mille francs guinéens dans sa famille comme récompense. C’est ce qui est déplorable. C’est pourquoi, on s’est levé pour dénoncer la calamiteuse gestion avec un bilan négatif de ce staff et son président », a martelé Kémo Mali Fofana.

A préciser que les jeunes ont promis de continuer leur protestation jusqu’au départ de ceux qu’ils considèrent comme étant les auteurs de la descente aux enfers du club de Kindia.

De Kindia, Amadou Baïlo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 51 67 96

Lire

Conakry : le journaliste Ibrahima Sadio Bah libéré

17 août 2019 à 9 09 23 08238

Moins de 24 heures après son interpellation, le journaliste Ibrahima Sadio Bah, officier médias de la Fédération guinéenne de football, a été remis en liberté. Il a été libéré après son audition qui a eu lieu dans la journée d’hier, vendredi 17 août 2019, dans les locaux du secrétariat général à la présidence chargé des services spéciaux, de la lutte contre la drogue et le crime organisé, dirigé par le colonel Moussa Tiegboro Camara.

Rien n’a filtré pour l’instant sur cette audition et sur les raisons qui ont conduit à la libération du journaliste. Ibrahima Sadio Bah a été interpellé dans la soirée du jeudi dernier à son domicile, à Kaloum, suite à une plainte pour diffamation déposée par Chérif Haïdara, conseiller personnel du Premier ministre guinéen, Ibrahima Kassory Fofana.

Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com
Tel. 628124362

Lire

Corruption au sein du Syli national : Amadou Diaby et Paul Put lourdement sanctionnés

16 août 2019 à 20 08 13 08138

La commission d’Ethique de la Fédération guinéenne de football a rendu sa décision sur l’enquête qui était en cours autour des allégations de corruption au sein de l’équipe nationale guinéenne. Elle a reconnu Amadou Diaby, premier président de la Féguifoot, et Paul Put, ancien entraîneur de l’équipe nationale guinéenne, coupables des accusations portées à leur encontre.

Pour cela, la commission a interdit Amadou Diaby d’exercer toute activité liée au football en Guinée pendant 7 ans et l’a condamné au payement d’une amende de 25 000 euros. De son côté, Paul Put est interdit d’exercer à vie toute activité relatives au football en Guinée et est sommé de payer une amende de 100 000 euros.

Voir ci-dessous la décision de la commission d’Ethique de la FGF.

Lire

Compétitions africaines de football : quel stade pour abriter les matches des clubs guinéens ?

15 août 2019 à 15 03 28 08288

Avec les performances réalisées par le Horoya AC en Ligue Africaine des Champions de football, la Guinée passe de deux à quatre clubs représentants dans la compétition africaine des clubs. Une bonne nouvelle pour le football guinéen qui peine à renaitre de ses cendres après la glorieuse épopée des années 1970 avec les performances du Hafia FC et du Sily National.

Le seul hic est que notre pays ne dispose que du très vieillissant stade du 28 septembre pour recevoir les quatre clubs africains qui doivent en découdre avec leurs homologues guinéens, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Ces dernières années, le Horoya est parvenu à se hisser en quarts de finale de la ligue africaine des champions de football. Ce qui fait que la Guinée a progressé dans l’indice de la Confédération Africaine de Football (CAF) avec quatre clubs qui prennent part aux compétitions africaines qui ont déjà débuté.

En effet, les matches aller du tour préliminaire se sont disputés le weekend du 09, 10 et 11 août 2019. En Ligue des champions, le Hafia FC a dominé l’Etoile du Sahel de la Tunisie par 2-1. Le Horoya est allé accrocher le Stade Malien à Bamako (1-1). En coupe de la CAF, le Santoba a gagné en déplacement au Nigéria face à Tornadoes (2-1). Le Club Industriel Kamsar s’est lourdement incliné en Algérie face à Paradou AC (3-0).

Dans moins de dix 10 jours, le Horoya AC, le CIK et le Santoba devront accueillir leurs adversaires à Conakry dans le cadre des matches retour qui vont s’étaler sur trois jours. Le stade du 28 septembre, qui ressemble à un champ de patate à cette saison pluvieuse, est le seul stade disponible pour recevoir ces 3 matches. Un espace peu propice à la pratique du football.

D’ailleurs, des spécialistes du football guinéen n’ont pas manqué de dénoncer la vétusté de ce stade. « Ce stade doit aujourd’hui aller au musée. Il ne doit plus abriter une rencontre internationale. Il faut qu’on ait le courage de le dire. D’ailleurs, il faut sonner l’alerte. Le stade du 28 septembre est de 1964. Quelle est aujourd’hui la résistance des matériaux de ce stade ? On est entrain d’aller là, de se mettre à danser, chanter et tout. Il faut faire venir les Russes pour qu’ils vérifient pour ne pas qu’il y ait un drame humain là-bas. Je regrette, mais le stade du 28 septembre n’est plus dans les normes internationales »

Que dire du stade de Nongo, dont les travaux de finition ne finissent pas ?

Le stade Nongo, d’une capacité d’accueil de 50 019 places, n’est jusqu’à présent pas opérationnel, au grand dam des mordus du cuir rond. Malheureusement, ce joyau architectural, offert à la Guinée depuis 2008 par la Chine, n’est toujours pas mis à la disposition des guinéens, férus de football. Séduit par les promesses d’Antonio Souaré, l’Etat l’a finalement concédé pour un bail de 33 ans à l’entreprise Guinée Business Marketing (GBM) en 2016 avec l’assurance que le peu de travaux qui restaient (parking, toilettes publiques, clôture..) seraient vite bouclés.

Force est de constater que, malgré les multiples promesses et autres déclarations, les travaux ne sont toujours pas achevés. Antonio Souaré et Bantama Sow avaient promis que le dernier match du Syli aux éliminatoires de la CAN 2019 allait se jouer là. Il n’en a rien été. Pire, il fut un moment, le stade avait été transformé en lieux de concerts et de remises de diplômes pour les universités privées de Conakry.

Où sont les terrains synthétiques qui devaient venir de la Chine, promis à la Ligue Guinéenne de Football Professionnelle (LGFP) par Antonio Souaré ?

A l’occasion d’une conférence presse, Antonio Souaré avait annoncé que des discussions étaient en cours pour que la LGFP soit dotée de stade en terrain synthétiques. Ces terrains ne sont jamais venus, peut-être que le chinois est mort avant l’embarquement.

Le seul recours qui reste aujourd’hui, c’est le vieux stade du 28 septembre où le spectacle est rarement à la hauteur du public. La désaffection vis-à-vis du championnat, de la coupe nationale et d’autres compétitions, n’en est que plus visible.

Le football guinéen est malade de ses dirigeants, dont certains sont plus préoccupés à se servir que de servir l’intérêt général. La gestion scabreuse de la CAN 2019 en Egypte, les soupçons de rackets, de corruption et de détournement en sont une parfaite illustration.

Pour un pays qui est dans les starting-blocks pour l’organisation de la CAN de 2025, on a du chemin à parcourir.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél : 628 17 99 17

Lire

Guinée : Souleymane Oularé à la tête du football des jeunes

13 août 2019 à 16 04 12 08128

Après le fiasco enregistré lors de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019 disputée en Egypte, le ménage se poursuit à la Fédération Guinéenne de Football. Antonio Souaré, président de l’instance dirigeante du football guinéen, a nommé Souleymane Oularé au poste de chef de département du football des jeunes. La décision a été rendue publique ce mardi, 13 août 2019, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

L’ancien international guinéen, buteur du Syli national, intègre ainsi la Direction Technique Nationale de la Féguifoot, en occupant la tête d’un poste aussi stratégique que celui du football des jeunes. L’ancien attaquant du Racing de Genk (Belgique) et de Las Palmas (Espagne), entre-autres, aura à apporter son expertise dans cette catégorie, encore marquée par le scandale de la suspension des cadets guinéens suite à une fraude sur l’âge.

Voir ci-dessous la décision du président de la Fédération Guinéenne de Football.

Lire

Football : le Hafia de Conakry « fin prêt pour aborder le match contre l’Etoile du Sahel »

10 août 2019 à 16 04 29 08298

Le Hafia FC de Conakry s’apprête à accueillir l’Etoile du Sahel de la Tunisie demain, dimanche 11 août 2019, au compte des tours préliminaires de la Ligue africaine des Champions (LDC) de football. A la veille de ce choc, l’entraîneur du club guinéen s’est montré confiant lors de la conférence de presse d’avant-match, organisée ce samedi au siège de la fédération guinéenne de football, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Le Hafia FC, triple champion d’Afrique, revient au devant de la scène en ligue des champions africaine. Sur la route du Hafia, se dresse un grand nom du football africain, en l’occurrence l’Etoile du Sahel de la Tunisie. Un adversaire de taille que l’équipe guinéenne se dit prête à affronter.

« On a très bien préparé cette rencontre en sachant qu’on n’avait pas de championnat qui était prévu pour ça. Normalement ce qui arrangerait les équipes, c’est le fait de jouer peut-être les championnats avant d’arriver sur les préliminaires. On n’a pas eu cette chance cette année.

Mais Dieu merci, la fédération a pu organiser ce tournoi à quatre qui nous a beaucoup aidés à se situer au niveau physique. C’est vrai qu’on a fait 5 matchs amicaux qui nous ont permis aujourd’hui de se rapprocher physiquement de ce match (…). Je pense que là, ça s’est bien passé, on a essayé en tout cas de trouver une cohésion et je pense qu’on est fin prêt pour aborder ce match de demain », a déclaré Pascal Baruxakis, le coach du Hafia.

Pour ce qui est des difficultés qui pourraient handicaper son équipe, Pascal Baruxakis a pointé du doigt l’arrivée de nouvelles recrues et les blessures de certains de ses éléments. « Je pense qu’aujourd’hui, notre problème majeur, c’est qu’il y a eu beaucoup de recrues, locales et des étrangères. C’est peut-être comment trouver cette cohésion entre ces joueurs pour qu’on soit prêts. On a aussi deux blessés majeurs, qui étaient déjà là l’année dernière, Badji Souleymane, que tout le monde connait, qui n’a pas encore repris.

Celui qui devrait le remplacer, c’était Marquinhos de l’AS Kaloum, sur lequel on a misé, qui s’est blessé aussi. Ça peut être un petit problème parce qu’on a recruté de telle sorte que si justement il y a des blessés, que d’autres puissent jouer, que d’autres puissent avoir leur chance aussi. Je pense qu’aujourd’hui, on a essayé de travailler dans ce sens-là. Et à travers les 5 matchs amicaux, je pense qu’on a corrigé nos erreurs » », a-t-il laissé entendre.

Parlant de son adversaire, l’Etoile du Sahel de Tunisie, l’entraineur guinéen a préféré s’abstenir de tout commentaire. « On a une idée claire sur cette équipe et je pense que qu’on va le garder pour nous », a dit Pascal Baruxakis.

Le coup d’envoi du match Hafia-Etoile du Sahel est prévu à 16 heures au stade du 28 septembre de Conakry. Mais, l’équipe tunisienne a raté son vol et ne devrait arriver à Conakry que ce samedi soir.

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel : +224 622 07 93 59

Lire

Gestion des fonds alloués à la participation de la Guinée à la CAN 2019 : voici le premier rapport de l’audit

8 août 2019 à 14 02 22 08228

Quelques semaines après sa mise en place, la mission d’audit instituée par le Premier ministre guinéen pour voir plus clair sur la gestion des fonds alloués à la participation de la Guinée à la CAN 2019 a fait sa première communication officielle ce jeudi, 08 août 2019. Elle a fait le point de l’évolution de ses travaux, annonçant qu’un rapport d’étape a déjà été remis, il y a près d’une semaine, au PM, Ibrahima Kassory Fofana.

La mission annonce que c’est un montant de 86 milliards 110 millions 494 mille 543 francs guinéens qui a été débloqué pour assurer la participation du Syli national à la Coupe d’Afrique des Nations de football Egypte 2019. Dans ce montant, une somme de 14 milliards 954 millions 107 mille 359 francs guinéens a été reversée au Trésor Public après l’élimination de l’équipe guinéenne, précisent les auditeurs.

Guineematin.com vous propose ci-dessous le premier rapport lu devant la presse par Fodé Oumar Touré, conseiller chargé du contrôle et de l’éthique auprès du Premier ministre.

  Rapport d’étape  Audit CAN 2019

Comme vous le savez, notre pays a été représenté, cette année,  à la Coupe d’Afrique des Nations de football qui s’est déroulée en Egypte du 21 juin au 19 juillet 2019.

Pour permettre une pleine réussite à notre participation à cette compétition africaine, le Gouvernement a dégagé d’importants moyens financiers à  hauteur de 86 110 494 543 GNF pour couvrir les primes, le transport, l’achat des équipements, l’hébergement, la restauration de notre délégation. En outre,  1 700 000 $ US ont été dégagés pour les droits de  retransmissions acquis pour la période 2019- 2021.

Ces montants étaient modulés en paiement sur les différentes phases de la compétition.

Malheureusement, notre participation s’est arrêtée en huitième de finale le 07 juillet 2019.

Tirant les premières leçons de notre participation à ce rendez-vous sportif,  le Premier Ministre Dr Ibrahima Kassory Fofana, avec l’accord de Monsieur le Président de la République, le Professeur Alpha Condé, a instruit le Ministre de l’Economie et des Finances de procéder à l’audit financier de la participation de la Guinée à cette CAN.

Les diligences de la mission ont consisté à examiner :

  • les dépenses sur le regroupement des joueurs et encadreurs depuis leurs différents Clubs jusqu’à Conakry et de Conakry à Marrakech au Maroc ;
  • le transport des joueurs,  encadreurs, officiels et supporters ; de Conakry au lieu des compétitions ;
  • L’hébergement et la restauration des officiels et supporters à Alexandrie et au Caire ;
  • La couverture médiatique et les droits de diffusion.

Pour des raisons de regroupement des interlocuteurs notamment de la Fédération Guinéenne de Football et du Ministère des Sports, la mission a démarré le 19 juillet 2019. 

A date, l’évolution de la mission d’audit se présente comme suit :

  • Un rapport d’étape a été remis à Monsieur le Premier Ministre, le vendredi 2 Aout  2019.
  • Un reversement de 1 567 350 $ US soit 14 954 107 359 GNF a été fait au profit du Trésor Public par le Ministère des Sports.

Après avoir pris connaissance du rapport d’étape, le Premier ministre  a donné des instructions fermes et précises pour que certaines rubriques soient mieux renseignées et développées. Il s’agit entre autres :

  • des dépenses prises en charge par la CAF et préfinancées par le Gouvernement.
  • la situation des dépenses effectuées au compte du Comité de Soutien pour un éventuel remboursement sur les fonds collectés.

L’audit obéit à des normes incontournables notamment de procédure contradictoire, de fiabilité et d’objectivité du rapport. Ces exigences couplées à l’obligation de transparence à laquelle le Gouvernement nous invite à la poursuite de la mission en vue de répondre à toutes les questions posées par Monsieur le Premier Ministre.

La présente communication vise à partager avec l’opinion publique, le rapport d’étape en respect du principe de reddition de compte qui régit désormais la gestion des ressources de la République conformément à la volonté du professeur ALPHA CONDE et à laquelle le gouvernement est assujetti.

Je vous remercie pour votre aimable attention.

Lire

Football : qui va remplacer Paul Put à la tête du Syli national ?

2 août 2019 à 10 10 07 08078

Le nouveau sélectionneur de la Guinée devrait- être connu dans les prochaines semaines. Après avoir viré Paul Put pour « insuffisance de résultats » au retour de la CAN 2019, la Fédération Guinéenne de Football a lancé hier, jeudi 1er août 2019, un appel à candidature pour le recrutement de son remplaçant, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

Selon le communiqué de l’instance dirigeante du football guinéen, le profit recherché est celui d’un entraîneur/sélectionneur qui a une bonne connaissance de la langue française ; qui a une grande expérience du football africain ; qui est disposé à résider en permanence en Guinée pendant la durée du contrat ; qui a un bon palmarès en tant qu’entraîneur/sélectionneur ; qui a une forte personnalité pour imposer une discipline au sein de l’équipe entre autres. Les candidats ont jusqu’au 12 août 2019 pour déposer leurs dossiers.

Lire

Éliminatoires CAN /2021 : La Guinée dans la Poule A en compagnie du Mali

18 juillet 2019 à 20 08 31 07317
image d’archive

La Confédération Africaine de Football (CAF) a procédé ce jeudi, 18 juillet 2019, à son siège au Caire en Égypte, au tirage au sort des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations Cameroun/2021. Le Syli National de a Guinée est logé dans le groupe A en compagnie notamment des Aigles du Mali, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

La Guinée croisera le fer avec ses voisins Maliens dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2021, programmée au Cameroun dans sa 33ème édition. Les éliminatoires connaitront des phases préliminaires qui vont opposer les pays les moins côtés du continent.

Dans la poule A, la Guinée sera en compagnie du Mali, de la Namibie et du vainqueur du match Libéria-Tchad. Les deux premiers de la poule seront qualifiés pour la compétition.

Voici la composition des Poules :

Groupe A: Mali, Guinée, Namibie, vainqueur du Libéria / Tchad

Groupe B: Burkina Faso, Ouganda, Malawi, vainqueur du match Soudan du Sud / Seychelles

Groupe C: Ghana, Afrique du Sud, Soudan, gagnant du Maurice / São Tomé et Príncipe

Groupe D: RD Congo, Gabon, Angola, gagnant du match Djibouti / Gambie

Groupe E: Maroc, Mauritanie, République centrafricaine, Burundi

Groupe F: Cameroun, Cap Vert, Mozambique, Rwanda

Groupe G: Égypte, Kenya, Togo, Comores

Groupe H: Algérie, Zambie, Zimbabwe et Botswana

Groupe I: Sénégal, Congo, Guinée Bissau, Eswatini

Groupe J: Tunisie, Libye, Tanzanie, Guinée équatoriale

Groupe K: Côte d’Ivoire, Niger, Madagascar, Éthiopie

Groupe L: Nigéria, Bénin, Sierra Leone, Lesotho

Le tour préliminaire se disputera du 7 au 15 octobre 2019.

Le deuxième et dernier tour se jouera aux dates suivantes :

1ère et 2e journée : du 11 au 19 novembre 2019

3e et 4e journée : 31 août au 8 septembre 2020

5e journée : du 5 au 13 octobre 2020

6e journée : du 9 au 17 novembre 2020

Abdoul Aziz Sow, pour Guineematin.com

Lire

SCANDALE A LA CAN 2019 : comptes et mécomptes de la Féguifoot…

10 juillet 2019 à 13 01 59 07597

Par Saliou Samb : Selon certaines indiscrétions, la commission éthique de la Fédération guinéenne de football pourrait se saisir du dossier lié à la participation de la Guinée à la 32è édition de la Coupe d’Afrique des Nations. Le ministère des sports devrait suivre l’exemple. A l’heure des comptes, tous les acteurs impliqués dans le plus révoltant scandale jamais mis au jour dans le football guinéen doivent s’expliquer.

Je me suis frotté les yeux pour être sûr qu’on ne me tirait pas d’un mauvais rêve quand, par un détour sur le web, j’ai vu l’actuel président de la Féguifoot, Mamadou Antonio Souaré, animer un point de presse, où il alignait les révélations aussi affligeantes les unes que les autres, au sujet du staff technique de l’équipe nationale de Guinée. Selon lui, l’entraîneur Paul Put est le principal responsable de l’humiliation subie au Caire par la délégation guinéenne, après une CAN qui a viré à la bérézina.

La Féguifoot a exigé un rapport détaillé à l’entraîneur de nationalité belge. On ne sait pas si le fameux rapport a été déposé, par celui qui, en 2014 a été condamné à 2 ans de prison avec sursis dans une scandaleuse affaire de paris sportifs truqués, quand il était entraîneur de Lierse en Belgique. Lire : Procès des paris truqués: Paul Put, ancien entraîneur du Lierse, condamné à deux ans de prison avec sursis.

On remarque que si Put a, au cours de sa sulfureuse carrière, dirigé des équipes nationales comme la Gambie, le Kenya, le Burkina Faso, et la Jordanie, il a également été entraîneur de Lokeren (de 2001 à 2003), le club cité dans cette affaire d’arnaque et de racket. A l’analyse, puisque selon Souaré le coach Put a admis du bout des lèvres le système de racket, deux hypothèses se dégagent : soit au-dessus du Belge, à l’insu des dirigeants guinéens ( ?), une tierce personne plus puissante que Put profitait des « pourcentages » versés par les membres du staff technique qui ont dénoncé la manœuvre (et qui sait ce qui s’est passé avec certains joueurs !), ce qui serait extrêmement grave, soit Paul Put himself est lui-même la tête de gondole de ce réseau mafieux installé en Belgique, en feignant de fermer les yeux sur les pratiques d’un parrain imaginaire, ce qui serait impardonnable. Pour le moment, il refuse de communiquer mais, de toute évidence, il ne s’agira pas seulement de limoger un technicien qui a manqué lamentablement à ses objectifs et étalé un niveau d’irresponsabilité notoire : il doit être poursuivi en justice.

Paul Put n’a pas daigné informer à temps les membres de la Feguifoot des « pressions » et des « menaces » subies par son staff, il ne les pas non plus prévenus à temps de la fuite des membres de son staff technique (comme par hasard !) ; à ce stade des informations rendues publiques par Souaré, il demeure clair que l’homme, qui a démissionné du Kenya pour foncer vers la Guinée, a du mal à abandonner ses pratiques qui lui ont valu des déboires judiciaires. Pourquoi ? Il serait bon de le savoir. Il y a de quoi enquêter sur cet homme « amoureux de l’Afrique » (mon œil !), mais également sur celui qui l’a mis en contact avec la Féguifoot. Il faudra surtout découvrir l’identité du « parrain » qui se cache derrière un entraîneur qui révèle un visage de mercenaire pathétique et sans scrupules.
Toutefois, Put ne devrait pas être l’agneau du sacrifice, le mouton noir sur lequel tout le monde est libre de tirer à loisir pour se défausser. La Féguifoot a une grande part de responsabilité dans cette tragi-comédie qui a sérieusement affecté l’image de l’équipe nationale A. Et les questions ne manquent pas.

Pourquoi n’avoir pas enquêté en amont autour d’un technicien controversé, condamné dans son pays pour des histoires de paris truqués, avant de décider de son recrutement ? Pourquoi lui avoir laissé isoler la sélection de la Direction technique nationale au point d’abandonner les internationaux guinéens entre les griffes d’une organisation mafieuse où on rackette et menace ? Quand est-ce que Antonio Souaré a pris connaissance des textos compromettants échangés entre Put et les membres de son staff en fuite ? Pourquoi Antonio Souaré, après avoir pris connaissance des textos et des rumeurs autour de toutes ces pratiques n’a pas pris de mesures conservatoires pour éviter ce genre de situation catastrophique ? Pourquoi n’a-t-il pas réagi vigoureusement quand le Belge lui a présenté une sélection bancale pour la CAN ? Il est clair que si Paul Put avait l’obligation d’informer les dirigeants sportifs des pratiques peu orthodoxes autour de l’équipe nationale, le président de la Féguifoot aurait dû se montrer beaucoup plus réactif et ferme au regard des enjeux.

Je préfère ne pas revenir sur les sommes débloquées par l’Etat (Ndlr : notre confrère Guinéenews a indiqué un montant de plus de 60 milliards GNF) et renforcées par la collecte d’environ 7 milliards GNF (selon les chiffres connus) en faveur du Syli au compte de cette CAN, car un simple audit pourrait donner une idée exacte du montant total réel, des dépenses et du reliquat, mais le ministère des Sports, et au-delà le gouvernement, devraient prendre beaucoup plus au sérieux cette affaire scandaleuse. L’équipe nationale n’est pas une équipe de copains de quartier : elle incarne des valeurs fondamentales et devrait se retrouver dans tout sauf dans une spirale malhonnête où la cupidité de certains apprentis sorciers ridiculise tout un pays.

Morceaux choisis du POINT DE PRESSE DU PRÉSIDENT DE LA FEGUIFOOT (à vous de désigner la déclaration la plus hallucinante !) : « Il y a eu des manquements et ces manquements je les fait savoir à l’entraîneur et j’ai informé le bureau exécutif. (…) J’ai dit à l’entraîneur qu’il y a des informations qui circulent et il faut qu’il nous dise la vérité »

« J’ai jamais vu ça dans l’histoire du football. Qu’un match qui se joue la nuit et qui se termine à minuit, le matin on vient qu’on nous dise que tout le staff (technique) a disparu. Où ils sont partis, pourquoi ils sont partis ? (…) Et c’est pas nous qui avons payé les billets de retour. Donc c’était prémédité. Pourtant nous on ne les connait ni d’Adam ni d’Eve, c’est toi qui les a amenés. Et tous ont été payés »

« J’ai dit ça à l’entraîneur et il était absolument obligé de le reconnaître. Et la réponse qu’il nous a donnée ne m’a pas satisfait. Pour dire que lui-même n’était pas informé et que ces gens-là lui ont envoyé un texto à 2 heures du matin pour dire qu’ils s’en vont et qu’ils a tout fait que ces gens sont partis. C’est un manque de respect, c’est une irresponsabilité qui ne dit pas son nom »

« Chaque fois qu’on parle d’un joueur il (Put) dit non. Ce joueur-là il ne joue pas, il vient d’avoir un club, il n’a joué que 2 matches, 3 matches, Sadio (Diallo), joue en deuxième division, des trucs. Mais d’ici là tu vas prendre des joueurs de National (Ndlr : 3è et 4è division française)… Il y a un bruit pertinent et persistant que moi je n’arrive pas à comprendre dans le football sur le plan éthique : c’est le problème des primes. »

« J’ai dit (à Paul Put) il faut nous dire: il paraît que tes membres du staff technique disent qu’ils sont rackettés sur les primes qu’ils reçoivent. J’ai des est-ce que c’est vrai ? Est-ce que c’est faux ? Parce que ça vient de chez toi-même et c’est toi qui les as amenés : nous on ne les connait pas. Ils dépendent de toi, ils ne dépendent pas de la Guinée et après le match ils ont tous disparu. Nous voulons comprendre pourquoi (…) Et ils le disent même :il y a des gens qui sont prêts faire des témoignages là-dessus (…) Qu’on leur dit même si tu ne paies pas ici, tu paieras en Belgique. J’ai d’abord c’est une menace, c’est très grave. Au point de vue éthique c’est très très grave. Mais si ça s’avère vrai, tu ne pourras plus jamais entraîner dans ta vie. Il faut que tu fasses maintenant un rapport immédiatement et que vous me remettez ou bien vous prenez la décision ; c’est un choix la vie. Parce qu’en ce moment, nous avons été trahis »

« Il (Put) a dit tout simplement que lui aussi, il a appris comme ça. Que mais c’est pas lui mais qu’il y a quelqu’un qui est dans le clubs là-bas en Belgique qui les a envoyés et qui certainement leur prend des pourcentages. Que le gars se trouve dans le club de Lokeren »

« C’est des choses irréfutables : il n’a pas la main sur le groupe, il n’a pas la main sur l’équipe, ni sur son staff et que les choses qu’on lui reproche il y a quand même une part de vérité. Quand vous dites que c’est pas moi mais c’est quelqu’un qui est derrière moi qui les rackette c’est qu’il y a une part de vérité ».

« Je lui ai même dit Paul, moi j’ai des informations sur les textos que tu as envoyés : j’ai vu des textos où tu dis ne demandez pas 20000 (USD), c’est 30000 (USD)… J’ai dit ils sont prêts à témoigner contre toi. Parce que quand les choses ses gâtent les langues se délient »

Par Saliou Samb

Lire