221 fictifs à Matam ? Ce qu’en dit le directeur communal de l’éducation, Ibrahima 2 Barry

20 mars 2019 à 15 03 06 03063

Lancées il y a quarante huit (48) heures, les opérations de recensement du personnel enseignant se poursuivent dans les cinq (5) communes de Conakry. Elles sont la suite logique de l’application du protocole d’accord signé, en janvier 2019, entre le SLECG (Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée) et le gouvernement et qui a mis fin à 3 mois de paralysie du système éducatif. A travers cette démarche, le syndicat et le gouvernement veulent extirper les enseignants fictifs du fichier de la fonction publique, véritable gouffre financier pour l’Etat.

Dans un entretien accordé à un reporter de Guineematin.com, ce mercredi 20 mars 2019, le Directeur Communal de l’Education de Matam, Ibrahima 2 Barry, a levé un coin de voile sur la présumée existence de plus de 200 enseignants fictifs à Matam. Il a été également question de la poursuite des cours dans la commune après la suspension de la grève par le SLECG dirigé par Aboubacar Soumah.

Guineematin.com : en application du protocole d’accord SLECG-Gouvernement, les opérations de recensement des enseignants ont été entamées le lundi 18 mars 2019. Comment ça s’est passé ici, à la DCE de Matam ?

Ibrahima 2 Barry : comme vous l’avez dit, c’est en application du protocole d’accord que ces opérations de recensement ont commencé. Ils ont commencé par notre direction communale. Il y avait une série de dossiers à présenter et la présence physique. Aujourd’hui, cette opération se poursuit normalement bien. Nous n’avons pas encore rencontré d’anomalies majeures.

Le SLECG, accompagné d’autres observateurs, ils sont sur le terrain avec la présentation des documents et la présence physique des enseignants. Nous avons été la première personne à être recensée. Le processus continue dans les établissements scolaires de Matam.

Guineematin.com : est-ce que tout le personnel de la DCE de Matam a été recensé ?

Ibrahima 2 Barry : tous ceux qui sont présents l’ont été, et même ceux qui sont malades, on a fait de sorte que ces malades se soient déplacés. Il y a eu des malades qui ont pris un déplacement pour venir se présenter devant la commission. A notre entendement, jusque-là, nous n’avons pas reçu de cas de recensé qui n’existe pas sur place.

Ceux qui sont en formation, il faut savoir que c’est des formations officielles avec des documents qui prouvent qu’ils sont partis en formation et qui se trouvent déjà dans les listes de base des différents établissements. C’est des fonctionnaires, ils ont été pris en compte. Ils sont à une formation. Quand vous prenez les arabisants, ils ont bénéficié de bourses d’études pour une durée de 2 à 3 ans. Ils reviendront.

Guineematin.com : récemment, on a vu un document concernant la commune de Matam. Selon ce document, il y aurait beaucoup d’enseignants fictifs, au nombre de 221, dans la commue de Matam. On incrimine la gestion antérieure. Qu’en savez-vous ?

Ibrahima 2 Barry : c’est vrai que moi je viens d’arriver à la tête de la DCE. Peut être que ces anomalies-là existent. Mais, certaines personnes confondent ce terme fictif. Nous avons vu des effectifs qui parlent de 221 fictifs à Matam. Nous ne sommes pas d’accord. On confond souvent les gens qui sont payés à Matam et qui travaillent ailleurs. Quand tu viens, tu prends le listing de paye de Matam, tu compares le personnel qui est dans le listing par rapport au personnel qui travaille à Matam, il y aura une différence.

Une différence à partir du moment où ceux qui émargent pour la paye à Matam, il y en a qui ne sont pas travailleurs à Matam. Ils travaillent par exemple à Dubréka, à Coyah, à Ratoma. C’est peut être une lourdeur administrative. Si non, quand le fonctionnaire est muté, son salaire doit le suivre. Donc, si on ne considère pas ces paramètres là, on trouvera un effectif beaucoup plus grand que l’effectif réel de Matam. Ce qui fait que les gens sont amenés à dire qu’il y a des fictifs.

Guineematin.com : après la suspension de la grève des enseignants, il avait été demandé de s’activer sur le terrain pour tenter de rattraper les 3 mois de cours perdus. Comment ça se passe en ce moment dans les écoles de la commune de Matam ?

Ibrahima 2 Barry : avant de penser aux cours de rattrapage, on avait déjà récapitulé le nombre de jours, le nombre de semaines, le nombre d’heures perdues aussi bien au primaire qu’au secondaire. Par exemple, au niveau du primaire, fondamentalement, à Matam, nous avons perdu 18 jours. Au niveau du secondaire, nous avons perdu 22 jours. Donc, au niveau du primaire, il y a un planning de rattrapage en tenant compte du calendrier national élaboré et des disponibilités dans les établissements.

Par exemple, au niveau du primaire, il y a des cours qui vont jusqu’à 15 heures. Nous cherchons à prolonger les cours. Ça nous permettra de rattraper certaines heures perdues. Par exemple, à l’école primaire de Lansébounyi, les cours devraient s’arrêter jusqu’à 15 heures. Mais, pour nous permettre de rattraper les heures perdues, on peut prolonger les cours jusqu’à 16 heures.

Au niveau du secondaire, ce sont les professeurs titulaires des différentes matières qui élaborent un emploi de temps lui permettant de rattraper les cours perdus, en prenant le calendrier scolaire. De nos jours, les cours sont beaucoup avancés.

Guineematin.com : la commune de Matam compte de nombreuses écoles. Est-ce qu’il y a des disparités dans ces rattrapages ?

Ibrahima 2 Barry : dans les écoles privées, ça a étudié pendant la grève. Et même dans les écoles publiques, il y en a certaines qui n’ont pas été touchées. C’est le cas du lycée Coléah par exemple ou du collège Coléah. Cette année, c’est peut être une surprise pour les gens, le lycée 1er mars (lycée Matam) a étudié, contrairement à l’année dernière.

Donc, les écoles ne sont pas au même niveau de perturbation. Elles ne peuvent pas être au même niveau de progression. Mais, nous tenons compte de tout cela pour élaborer un planning nous permettant d’être dans les délais.

Guineematin.com : il y en a qui ont parlé d’une probable prolongation de l’année scolaire. Habituellement, les cours prennent fin au mois de juin. Est-ce que vous pensez qu’il va falloir aller au-delà ?

Ibrahima 2 Barry : non, nous ne pouvons pas nous prononcer par rapport à cela. A partir du moment où il y a un planning de cours de rattrapage qui est déjà élaboré, c’est peut être au terme de ce planning que nous saurons est-ce qu’il faut respecter le délai ou pas. Là, ce sont les autorités du cabinet qui se prononceront, surtout que les degrés de perturbation diffèrent d’une commune ou d’une préfecture à une autre.

Propos recueillis par Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél : 628 17 99 17

Lire

Accident de la circulation : 2 motards tués par un camion à Matam

30 novembre 2018 à 20 08 54 115411

Un accident de la circulation s’est produit dans la soirée de ce vendredi, 30 novembre 2018, à la SOGUIFAB (sur la route du Niger), dans la commune de Matam. Selon des témoignages recueillis sur place par un reporter de Guineematin.com, c’est un conducteur de mototaxi et une dame qu’il supportait qui ont été écrasés par un camion remorque en provenance de Madina (le plus grand marché de la Guinée).

Lire

3ème journée de grève en Guinée : aucun enseignant ni élève au lycée Matam

14 février 2018 à 13 01 17 02172

Ce mercredi, 14 février 2018, constitue la troisième journée de la grève, lancée par Aboubacar Soumah, secrétaire général du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG). Ce matin, le reporter de Guineematin.com qui s’est rendu au lycée-collège 1er mars de Matam a constaté que les enseignants ont majoritairement respecté le mot d’ordre de grève.

Lire

Sidya Touré à l’AG de l’UFR : « notre objectif est de préserver les communes de Kaloum, Matam et Matoto »

20 janvier 2018 à 19 07 57 01571

Une forte mobilisation des militants de l’Union des Forces Républicaines (UFR) a marqué l’assemblée générale ordinaire du parti ce samedi 20 janvier 2018. Le lancement de la campagne pour les élections communales a été à l’ordre du jour de cette rencontre où l’on notait la présence de Sidya Touré. Le président du parti a dit son souhait de conserver les trois communes remportées lors des législatives de 2013, a constaté sur place sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Lire

Cellou Dalein à l’AG de l’UFDG : « la crédibilité du RPG est à terre… »

20 janvier 2018 à 19 07 45 01451

L’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) a tenu son assemblée générale hebdomadaire, ce samedi 20 janvier 2018, à son siège. C’est Cellou Dalein Diallo qui a présidé la rencontre qui a essentiellement tourné autour des élections locales en vue. Autour du président de l’UFDG, on notait la présence des têtes de listes de candidature des communes de Dubréka, Manéah, Dixinn, Matam, Kaloum, Matoto, et Ratoma, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Distribution des cartes d’électeurs : constat et témoignages à Matam

13 janvier 2018 à 6 06 37 01371

Les opérations de distribution des cartes d’électeurs, lancées depuis bientôt une semaine, se poursuivent à travers la Guinée. Dans la commune de Matam, l’engouement est de taille dans de nombreux quartiers hier, vendredi 12 janvier 2018. Mais, les agents distributeurs desdites cartes se plaignent du caractère dérisoire de leurs primes, a appris sur place Guineeamatin.com, à travers un de ses reporters.

Lire

Elections locales : 60 candidatures à Conakry avec 29 554 candidats dont 7 044 femmes

4 janvier 2018 à 14 02 14 01141

Ce sont 1 318 partis politiques et coalitions qui ont candidaté aux élections locales du 04 février prochain. Au total, 29 554 compatriotes ont été listés comme candidats acceptés pour conquérir les places des conseillers des 342 communes (urbaines et rurales) de l’ensemble du pays. Parmi eux, les statistiques de la CENI révèlent qu’il y a 7 044 femmes, ce qui donne 23,83% ! Loin donc des 30 pour cent réglementaires… 

Lire

Elections locales : l’UFR veut relever « un grand défi, surtout à Conakry » (vidéo)

2 décembre 2017 à 20 08 16 121612

« Nous avons un grand défi à relever, surtout à Conakry où nous avons trois (3) députés uninominaux sur les cinq (5). Nous devons nous battre pour que nous ayons les maires des trois communes (Kaloum, Matam et Matoto, ndlr) où nous avons les députés uninominaux », a notamment dit l’honorable Goyo Zoumanigui, fondateur et vice-président de l’UFR.

Lire

Gassama Diaby met en garde : « si nous laissons s’installer le chaos, aucune joie individuelle ne sera de mise »

5 novembre 2017 à 8 08 33 113311

La Semaine Nationale de la Citoyenneté et de la Paix (SENAIP) continue de polariser l‘attention tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays. Pour la journée de ce samedi 04 novembre, le ministre de l’Unité Nationale, Khaifa Gassama Diaby a fait le tour des cinq (5) communes de Conakry. De Ratoma à Kaloum en passant par Dixinn, Matoto et Matam, la culture du civisme a été au centre des débats, a constaté sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Lire

Ecoles publiques : « avec 80 élèves par classe, on est dans des problèmes… », se plaint le lycée Bonfi

12 septembre 2017 à 20 08 33 09339

Les élèves et écoliers guinéens s’apprêtent à reprendre le chemin de l’école pour le 15 septembre. Dans les écoles de Conakry les encadreurs s’activent pour être prêts avant le jour j. Au lycée de Bonfi, dans la commune de Matam, le proviseur Mory Condé a « tout mis en place pour une entrée effective ». Mais la pléthore dans les classes et le manque de tables-bancs est un sérieux problème, a appris sur place Guinematin.com, à travers un de ses reporters.

Lire

Drame de Sierra Léone : les corps de 19 victimes retrouvés en Guinée

28 août 2017 à 18 06 01 08018

La préfecture maritime, relevant du ministère de la défense, a conféré ce lundi 28 août 2017, avec l’ambassadrice de la Sierra Léone en Guinée. La démarche visait à échanger sur les corps des victimes du glissement de terrain en Sierra Léone, récemment découverts en Guinée, a appris sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Lire

Fourniture de l’électricité à Conakry : voici un communiqué d’EDG

11 août 2017 à 11 11 35 08358

L’Administration Générale de l’EDG, informe son aimable clientèle de Kaloum, Matam et Dixinn, que pour cause de travaux d’entretien des équipements du poste du poste 60/20 de Kaloum, la fourniture de l’électricité sera interrompue le dimanche 13 août 2017 de 9heures à 16 heures.

Lire