Conakry : tenue de la 9ème session du Comité d’Orientation Stratégique du projet BOCEJ

1 mars 2019 à 16 04 02 03023

Le Comité d’Orientation Stratégique (COS) du projet Booster les Compétences pour l’Employabilité des Jeunes (BOCEJ) a tenu sa 9ème session ce vendredi, 1er mars 2019. C’est le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, Mouctar Diallo et président du COS, qui a présidé cette session, a constaté un reporter que Guineematin.com a dépêché sur place.

La neuvième session du Comité d’Orientation Stratégique (COS) du projet Booster les Compétences pour l’Employabilité des Jeunes (BOCEJ) s’est tenue ce vendredi 1er mars 2019 à Conakry. Au tour du ministre Mouctar Diallo, président du COS, on notait également la présence de Lansana Komara, ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, du Travail et de l’Emploi ; et de Hady Barry, secrétaire général du ministère de la Coopération et de l’Intégration Africaine.

Aux termes des travaux, Mouctar Diallo a dit que « cette neuvième session du COS a permis d’examiner le PTBA (Plan de Travail Annuel Budgétisé) 2019, d’examiner le rapport d’activités de 2018, d’examiner le cadre révisé de la structure du projet, du budget et de ses objectifs. Il y a eu la présentation de tous ces documents qui ont fait l’objet d’examen, de discussion et d’adoption ».

Par ailleurs, le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes a révélé certaines difficultés dans l’exécution du projet BOCEJ (Booster les Compétences pour l’Employabilité des Jeunes). « Nous avons constaté au cours du Comité d’Orientation Stratégique qu’il y a quelques difficultés, notamment liées au déficit de communication qui occasionne une faible appropriation du projet par les bénéficiaires et par les acteurs. Nous avons aussi fait le constat d’un faible décaissement. On est déjà à 66% du temps du projet parce qu’il finit en 2020, alors qu’on est à 34% du décaissement. Ce qui constitue un problème », a indiqué Mouctar Diallo.

En outre, le ministre a fait savoir que de nouvelles orientations ont été faites au cours de la tenue de la neuvième session du Comité d’Orientation Stratégique du projet BOCEJ. « Les orientations vont permettre de consolider d’abord, les acquis en termes d’opportunité de stage donné aux jeunes tant au moment de la formation qu’après la formation. Nous avons interpellé les secteurs miniers pour que ce secteur important puisse prendre les jeunes en stage, même si ces acteurs et partenaires insistent sur la nécessité de renforcer la capacité des jeunes en termes d’Anglais et de maitrise de l’outil informatique. Il y a aussi une autre orientation liée au sport et à l’environnement que le projet BOCEJ va tenir en compte, ce qui cadre d’ailleurs avec les orientations de la Banque Mondiale qui a financé le projet BOCEJ à hauteur de 20 millions de dollars ».

Il faut rappeler que la prochaine session du Comité d’Orientation Stratégique du projet BOCEJ se tiendra au mois de juillet prochain.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Lire

Collecte de sang : les ministres Mouctar Diallo et Yéro Baldé avec les étudiants de l’UNC

27 février 2019 à 15 03 36 02362

La campagne de don de sang, initiée par les ministres Mouctar Diallo et Abdoulaye Yéro Baldé, se poursuit dans les universités guinéennes. Dans la journée de ce mercredi, 27 février 2019, les deux ministres étaient à l’Université Nongo Conakry (UNC), dans la commune de Ratoma, où des étudiants ont donné leur sang pour sauver des vies humaines, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Après les universités Gamal Abdel Nasser de Conakry (UGANC) et Général Lansana Conté de Sonfonia (UGLCS), Mouctar Diallo et Abdoulaye Yéro Baldé, respectivement ministres de la Jeunesse et de l’Enseignement Supérieur, se sont rendus à l’Université Nongo Conakry. La démarche vise à sensibiliser les étudiants l’importance de cette opération qui vise à sauver des vies.

Abdoulaye Yéro Baldé

Dans son intervention, Abdoulaye Yéro Baldé, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, a dit que « nous souhaitons sensibiliser les populations au don de sang, particulièrement les étudiants, parce que c’est un acte humanitaire de grande importance. Imaginez, lorsque quelqu’un perd la vie à cause du manque de sang, c’est dramatique pour la famille concernée, mais aussi pour le pays. Parce que chacun peut apporter son labeur pour le développement de son pays. Donc, c’est un acte à la fois citoyen et humanitaire et nous allons continuer. Cet après-midi, je pars à l’Université de Labé pour poser le même acte dans le cadre de mes visites dans les universités ».

Mouctar Diallo

Abondant dans le même sens, Mouctar Diallo, ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, a précisé que « la campagne va continuer dans les universités à Conakry, à l’intérieur du pays et aussi en dehors des universités. Nous avons fait un petit constat de beaucoup de décès dans les hôpitaux à cause du manque de sang. Des enfants, des femmes qui viennent accoucher, des accidentés et d’autres malades qui meurent simplement parce qu’il n’y a pas de sang. Cela est inacceptable pour nous. C’est pourquoi, le ministère de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes a initié cette campagne en partenariat avec le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et le Centre National de Transfusion Sanguine pour faire cette collecte. Malgré la mobilisation dans ces trois universités, il y a toujours un déficit criard. Parce qu’à Conakry seulement, la consommation minimale c’est 80 poches de sang. On ne parle pas de l’intérieur du pays. Donc, c’est pour vous dire que c’est une campagne que nous allons continuer. Et, nous sommes heureux de constater la mobilisation des étudiants, du corps enseignant, des autorités de l’université, y compris la fondation de l’UNC. Donc, nous encourageons les étudiants pour être des donneurs permanents, même en dehors de cette campagne ».

Pour collecter plus de sang afin de sauver des vies, le ministre Mouctar Diallo dira « qu’après les universités, nous irons aussi vers d’autres lieux, vers d’autres structures, pour qu’on puisse trouver des guinéens où ils sont partout, pour que cette campagne puisse produire des effets en termes de stocks de poches de sang, mais aussi en termes même de reflexe et d’habitude pour que les guinéens continuent à donner leur sang. C’est un acte citoyen, humain et justement c’est un devoir pour chacun de contribuer à aider l’autre », a laissé entende le ministre de la jeunesse.

Dr Haba Niankoye Yves

Pour sa part, Dr Haba Niankoye Yves, directeur général du Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) a salué cette campagne de collecte de sang. Toutefois, il a précisé que la quantité disponible en ce moment est insuffisante au regard des besoins qui se posent. « Jusqu’à la date de la dernière collecte, nous étions à 300 poches de sang. Nous en délivrons 80 par jour pour la région de Conakry. Donc, les 300 poches de sang, ça fait à peu près 4 jours de service de transfusion sanguine, si on ne collecte pas parallèlement », a-t-il laissé entendre.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Lire

Dubréka : remise de diplômes à 26 étudiants de l’Institut Professionnel du Peuple

19 février 2019 à 10 10 52 02522

L’Institut Professionnelle du Peuple (IPP) a procédé à une remise de diplômes de fin de cycle, le samedi passé, 16 février 2019, à 26 étudiants, dont 19 filles du département Douane et Transit Commerce International. La cérémonie, présidée par le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, a eu lieu à la maison des jeunes de Dubréka. On notait la présence des responsables en charge de l’Enseignement Technique, des encadreurs dudit institut, des autorités et sages de Dubréka, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Mamadou Alpha Barry

Dans son discours, Mamadou Alpha Barry, fondateur de l’IPP a dit sa satisfaction de voir son établissement s’agrandir jour après jour. « Je tiens à préciser, durant ces trois années de formation, nous avons réalisé des progrès remarquables notamment : l’effectif de passer de 6 étudiants en 2015, à 138 étudiants en 2018 en BTS et en BTP ; la réalisation des visites guidées dans les installations portuaires et douanières au port autonome de Conakry. Pour les étudiants en commerce international, élaboration d’un partenariat en IPP et un expert marocain qui nous a suggéré l’enseignement de matières comme l’Arithmétique commercial, la Gestion des parcs automobiles et des cours en conférence vidéo qu’il a lui-même réalisé à partir de Casablanca ; l’élaboration d’un partenariat avec la Compagnie des Bauxite de Guinée, dans le cadre de la formation dans l’acquisition des stages pour une durée de 3 mois déjà en cours depuis le 15 janvier.. »

Mouctar Diallo

Pour sa part, le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des jeunes, Mouctar Diallo, auquel on a donné le nom de cette première promotion, s’est dit très ému de cette marque de confiance avant d’annoncer tout son soutien aux jeunes diplômés. « C’est un sentiment de satisfaction de porter le nom de cette promotion de l’Institut Professionnel du Peuple, ici à Dubréka. Donc, je m’en réjouis et j’associe cet honneur à tous mes proches. Je voudrais féliciter ceux qui ont pris cette initiative, les diplômés de cette promotion et leur dire que je suis à leur disposition pour les accompagner dans le renforcement de leurs capacités et de leur insertion socioprofessionnelle. Je m’en réjouis aussi en tant que ministre de voir les jeunes s’orienter vers la formation professionnelle qui constitue un gage de réussite pour le gouvernement guinéen, pour mettre un accent particulier sur l’enseignement technique et de la formation professionnelle. Je suis optimiste quant à leur avenir. Je pense qu’ils sont de bons produits, ils ont bénéficié d’une bonne formation, un bon encadrement technique et compétent. J’encourage les autres à suivre les formations professionnelles. Au nom du gouvernement, je félicite l’encadrement et l’école. C’est pour leur dire que le gouvernement est à leur disposition », a dit le ministre.

Léno Jacqueline

Du côté des diplômés, Léno Jacqueline, diplômée en Douane et Transit Commerce International, a avoué sa joie devant notre micro : « D’abord, je remercie tous les encadreurs, professeurs et notre fondateur. Je remercie mes parents et mon mari qui m’ont soutenu sur tous les plans pour arriver là où je suis aujourd’hui. Je suis très contente. Après ici, j’ai des projets en tête pour aller de l’avant. Je ferai d’abord les stages pour booter ma compétence sur le marché de l’emploi ».

La cérémonie a été clôturée par une remise de satisfécits aux différents encadreurs et enseignants chercheurs de l’institut professionnel du peuple (IPP).

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 07 93 59/666 87 73 97

Lire

Guinée : deux ministres s’associent pour promouvoir le don de sang

13 février 2019 à 16 04 14 02142

Donner du sang, c’est sauver des vies. C’est ce slogan qui a inspiré deux ministres de la République à initier une campagne de don de sang. Il s’agit de Mouctar Diallo, ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes et son collègue Abdoulaye Yéro Baldé, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. Le coup d’envoi de cette campagne de don de sang a été donné ce mercredi, 13 février 2019, à l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Ce sont les deux initiateurs de la campagne qui ont donné le ton. Mouctar Diallo et Abdoulaye Yéro Baldé ont donné, chacun, une poche de sang, avant de laisser le soin aux étudiants de poursuivre l’activité.

Selon le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, « nous avons initié une campagne de don de sang pour contribuer à sauver des vies. C’est pour donner un signe fort, lancer un appel à l’ensemble des citoyens, à toutes les populations de donner de leur sang pour résoudre ce problème criard de déficit de sang dans nos hôpitaux. A cause du manque de poches de sang dans les hôpitaux, beaucoup de personnes meurent, beaucoup de malades ont besoin de sang. C’est pour cela, étant des ministres citoyens, étant un gouvernement citoyen, nous avons donc commencé cette campagne par l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry. Vous avez constaté, le ministre de l’Enseignement Supérieur Abdoulaye Yéro Baldé et moi-même, nous avons commencé avec des étudiants à donner du sang. C’est non seulement pour résoudre le problème grave de déficit de poches de sang dans nos hôpitaux pour sauver des vies, mais aussi donner l’exemple », a dit Mouctar Diallo.

Abdoulaye Yéro Baldé

Abondant dans le même sens, Abdoulaye Yéro Baldé, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, a indiqué que « c’est un acte humanitaire. Vous savez, il y a un besoin énorme de sang dans nos hôpitaux, dans nos structures sanitaires, et le déficit fait qu’il y a beaucoup de décès par manque de ce sang-là. Donc pour nous, au-delà de l’acte humanitaire, c’est aussi un acte citoyen et je crois que chaque citoyen doit pouvoir donner son sang au moins une fois par an pour que les Guinéens ne meurent pas par manque de sang. J’encourage aussi les étudiants qui ont fait le déplacement pour poser leur acte citoyen et ça donne une nouvelle envergure à nos universités. Parce que ce n’est pas simplement venir y étudier et repartir, mais aussi un étudiant doit être un exemple au sein de la société. Et après Gamal, nous allons consulter le centre national de transfusion sanguine dans les délais possibles pour aller dans d’autres universités, aller vers d’autres étudiants, les enseignants pour qu’ils donnent leur sang », a annoncé Abdoulaye Yéro Baldé.

Dr Yves Nyankoye Haba

De son côté, Dr Yves Nyankoye Haba, directeur général du centre national de transfusion sanguine, a salué cette initiative entreprise par les deux ministres.

« C’est une grande ouverture, puisque voir deux ministres de la République se prêter au don de sang, un acte qui n’est pas reconnu par la majorité de la population, va apporter un déclic, un changement d’attitude, une plus grande compréhension des besoins du pays en matière de don de sang. Nous couvrons l’ensemble de la population guinéenne. Donc, ce qu’il faut pour couvrir l’ensemble des besoins du pays, en une année, il faut au minimum 110 mille dons. Nous sommes aux environs de 60 mille annuellement, ce qui fait un déficit de 40 mille. Les 60 mille dons qui sont collectés, c’est à majorité auprès des parents des patients bénéficiaires. Or, ça devait provenir à 100% des volontaires », a-t-il confié.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tel : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Lire

Ratoma : Mouctar Diallo concrétise un projet de 170 mille dollars en faveur des jeunes de l’Axe

16 janvier 2019 à 16 04 21 01211

Le projet d’opérationnalisation du dividende démographique dans les quartiers de Hamdallaye, Bambéto et Cosa, a été officiellement lancé ce mercredi, 16 janvier 2018, à la maison des Jeunes de Ratoma. Ce projet pilote concerne, pour cette première étape, les quartiers précités. Il a été rendu possible grâce au ministère de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes en collaboration avec la Mairie de Ratoma, avec l’appui du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Ce projet cible des jeunes filles et garçons des quartiers de Hamdallaye, Bambéto et Cosa. Il s’inscrit dans la dynamique « des orientations envisagées par le gouvernement guinéen et visant à mettre en œuvre des actions concrètes en vue d’accélérer la transition démographique en agissant sur 4 piliers de la feuille de route du dividende démographique : la santé et le bien-être ; l’éducation et le développement des compétences ; l’emploi et l’entreprenariat des jeunes/femmes ; et la gouvernance locale », a-t-on appris sur place.

Hadja Fanta Camara

Dans son discours, Hadja Fanta Camara, secrétaire générale de la commune de Ratoma a remercié les initiateurs de ce projet. Selon elle, cette opérationnalisation des dividendes démographiques à Conakry, plus précisément sur l’Axe Hamdallaye Bambéto et Cosa, a pour objectif de contribuer à l’insertion socio-économique de cette couche sociale. « C’est dans ce contexte que 18 motos tricycles, 36 brouettes et un nombre important de protections individuelles seront mis à disposition des GIE (Groupements d’Intérêt Economique). L’objectif est de contribuer à améliorer le capital humain, les opportunités économiques et la gouvernance pour accélérer la transition démographique », a-t-elle laissé entendre.

Ouédraogo Kouadogo

Pour sa part, Ouédraogo Kouadogo, représentant-résidant de l’UNFPA en Guinée, a dit que ce projet, financé par son institution, s’inscrit dans le cadre de la mise en en ouvre des Objectifs de Développement Durable (ODD) et du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES) proposé par le gouvernement guinéen. « L’opérationnalisation du dividende économique dans la commune de Ratoma, pour cette première phase, veut permettre pour trouver des solutions stratégiques pour faire face aux nombreux défis existants, notamment au niveau des quatre composantes du dividende démographique. En outre, le projet s’inscrit dans la dynamique des orientations envisagées par le gouvernement guinéen et met en œuvre des actions concrètes pour une territorialisation des agendas internationaux et nationaux : les ODD, l’agenda 2063 de l’Union Africaine, Guinée vision 2040 et le PNDES (…) L’UNFPA a apporté une valeur financière de 170 mille dollars, soit environ 1 milliard 500 millions de francs guinéens, à travers un financement du Royaume de la Belgique. Afriland First Bank a ouvert deux agences dans la commune de Ratoma avec la pleine participation des populations et en particulier les jeunes pour faciliter les prêts pour investissements ».

Mouctar Diallo

De son côté, Mouctar Diallo, ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, a dit que l’objectif visé par ce projet, qui va s’étendre sur quatre ans, « est de contribuer, d’une part, à l’amélioration des conditions de vie des populations situés sur cet Axe et, d’autre part, restaurer le climat de confiance et le sentiment de justice entre les jeunes et les pouvoirs publics à tous les niveaux. C’est autant dire que cette initiative, qui se veut être pérenne, dotera les quartiers de l’Axe Hamdallaye-Kagbélen d’infrastructures socio-économiques de base leur permettant de s’épanouir ; mais aussi, mobilisera les jeunes et femmes autour des actions citoyennes et d’autonomisation, dans la dynamique de favoriser leur participation effective aux différents programmes de développement socio-économique de notre pays ».

Thierno Litoual Bah

Très heureux de cette initiative, Thierno Litoual Bah, porte-parole des jeunes de l’Axe, a remercié les autorités et les partenaires avant de promettre un bon usage de ce matériel et équipements. « Les jeunes me chargent de vous dire, mes excellences, que nous sommes très contents de ces initiatives. Ces équipements, que nous avons reçus aujourd’hui et les formations que nous avons suivies les semaines passées, nous vont droit au cœur. Et nous vous promettons, à partir de là, qu’avec ces équipements, nous allons les utiliser à bon escient ».

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Composante 3 du projet BOCEJ : formation de 40 formateurs du ministère de la jeunesse et de l’emploi des jeunes

14 décembre 2018 à 18 06 40 124012

Pour la mise en œuvre de la composante 3 du Projet Booster les Compétences pour l’Employabilité des Jeunes (BOCEJ), quarante cadres du ministère de la jeunesse et de l’emploi des jeunes ont été formés. La cérémonie de clôture de cette formation a été présidée par le ministre de la jeunesse, Mouctar Diallo, à la Blue Zone de Kaloum, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place ce vendredi 14 décembre 2018.

Quarante cadres du ministère de la jeunesse et de l’emploi des jeunes viennent de bénéficier d’une formation organisée par le projet BOCEJ dans le cadre de la mise en œuvre de la composante 3.

Thierno Illiassa Baldé

Selon Thierno Illiassa Baldé, gestionnaire du projet BOCEJ, « cette session de renforcement de capacités fait partie du plan global de formations prioritaires et s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la composante 3 du projet BOCEJ. Dans cette lancée, nous avons organisé du 26 novembre au 1er décembre 2018 à Kindia, un atelier en montage et gestion de projet », a-t-il indiqué.

Le gestionnaire du projet BOCEJ a également rappelé que « plusieurs cadres du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ont bénéficié du même appui. Toutes ces activités de renforcement de capacité que nous organisons ont pour finalité de doter nos institutions de formation et notre administration publiques, de ressources humaines qualifiées capables de rendre un service de qualité aux citoyens et surtout aux jeunes », a dit Thierno Illiassa Baldé.

Mouctar Diallo

De son côté, Mouctar Diallo, ministre de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, a rappelé que le personnel de son département a été recruté en 1991 et en 2008 avec différentes formations de base (mathématiciens, agronomes, agents commerciaux, transitaires et ingénieurs) et que ceux-ci n’avaient pas bénéficié de formation complémentaire adaptée à leurs fonctions.

« C’est pourquoi, le ministère de la jeunesse et de l’emploi des jeunes a initié un vaste programme de formation de son personnel, soutenu par la Banque Mondiale à travers le projet Booster les Compétences pour l’Employabilité des Jeunes, mis en place par le gouvernement. Ce programme vient de commencer par la formation du pool de quarante formateurs et qui aura la charge de former les autres cadres au niveau central et déconcentré. Je reste persuadé qu’au cours de cette formation qui vous a mobilisés pendant plus d’un mois pour suivre différents modules dispensés par les experts formateurs de haut niveau, vous avez acquis des connaissances et développé des compétences qui font de vous des cadres capables de dispenser des formations ciblées, suivant les besoins ressentis sur le terrain, dans l’ensemble de nos services et de contribuer efficacement à la mise en œuvre des activités du BOCEJ ».

Au nom des participants, Salimatou Diallo a remercié le ministère de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, mais aussi le projet BOCEJ pour la tenue de cette formation. En formulant des recommandations, les bénéficiaires ont promis de démultiplier la formation acquise.

Salimatou Diallo

« A l’issue de cette formation, nous sommes suffisamment outillés en techniques adéquates de formation ; et, nous nous engageons à démultiplier cette formation au niveau des structures d’encadrement de jeunesse », a dit Salimatou Diallo, tout en recommandant l’organisation des ateliers de formation en faveur des autres responsables et des jeunes.

A rappeler que la formation de ces quarante formateurs du ministère de la jeunesse et de l’emploi des jeunes grâce au projet BOCEJ était axée sur la gestion de projet, les notions de contrôle et d’audit, la rédaction administrative, la vie associative, l’esprit d’entreprise, le management, la gestion des ressources humaines et la collecte des données.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Tél. : 620 21 39 77/ 662 73 05 31

Lire

Projet BoCEJ : 25 jeunes promoteurs distingués à Conakry

28 novembre 2018 à 19 07 55 115511

Le ministère de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, à travers le Fonds National d’Insertion des Jeunes (FONIJ), a organisé ce mercredi, 28 novembre 2018, une cérémonie de remise officielle d’attestations aux 25 jeunes promoteurs (diplômés sans emploi), ayant participé à la formation intensive en Entreprenariat.

Lire

Le ministre Naité pousse la jeunesse guinéenne à utiliser les réseaux sociaux « contre » les médias étrangers…

6 septembre 2014 à 0 12 23 09239

Moustapha Naïté, ministre de la Jeunesse et de l'emploi des jeunes« La République de Guinée survivra à cette épidémie », rassure Moustapha Naité. Appelant  à un sursaut national pour éradiquer cette épidémie, le ministre de la Jeunesse et de l’emploi jeunes, Moustapha Naïté, reste convaincu que  dans un bref délai cette «psychose, alimentée par les médias étrangers deviendra un triste souvenir ». C’est cette remarque qu’à fait ce matin ce ministre, au cours d’une conférence de presse qu’il a animé à la maison de la presse ce vendredi 5 septembre 2014.

Lire