Ismaël Condé et Badra Koné, deux hommes deux approches

7 juillet 2020 à 11 11 00 07007

Ismaël Condé, premier vice-maire de la commune de Matam

La transhumance politique occupe toujours la Une de l’actualité nationale. Avec en toile de fond le départ de trois personnes de leur formation politique pour une autre. Ces traitres pour les uns et convertis pour les autres, selon George Clémenceau, continuent de faire parler d’eux. Si Thierrno Souleymane Diallo et Ismaël Condé, qui ont quitté respectivement l’UPR pour les NFD et le RPG pour l’UFDG épargnent leur ancien parti, Badra Koné, lui, fait monter les enchères.

Lire

Assemblée nationale : Abdoulaye Kourouma livre les raisons de sa destitution

4 juillet 2020 à 17 05 51 07517

Honorable Abdoulaye Kourouma, président du parti RRD

Le député Abdoulaye Kourouma ne semble pas ébranlé par sa destitution de son poste de 6ème secrétaire parlementaire de l’Assemblée nationale. Au contraire, le président du parti politique Rassemblement pour la Renaissance et le Développement (RRD) se dit galvanisé par cette décision des députés du parti au pouvoir. Une décision qui est due, selon lui, à des raisons politiques, notamment ses prises de position par rapport à la falsification de la nouvelle constitution issue du référendum contesté du 22 mars 2020. Il l’a dit au cours d’un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, ce samedi 4 juillet 2020.

Lire

Installation des chefs de quartiers : pourquoi l’opposition a refusé la proposition du MATD ?

30 juin 2020 à 19 07 41 06416

Honorable Aliou Condé, vice-président de l’UFDG

Comme annoncé précédemment, des problèmes ont déjà surgi dans le processus d’installation des conseils de quartiers et de districts. A l’occasion de la première réunion technique qui a eu lieu hier, mardi 30 juin 2020, le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation a annoncé que la CENI ne dispose pas des résultats des quartiers et des districts sur la base desquels ces élus locaux doivent être installés. Bouréma Condé a demandé aux entités ayant pris part aux élections locales du 4 février 2018, de présenter elles-mêmes leurs propres résultats. Ce qui permettra de savoir qui a gagné dans telle ou telle localité.

Lire

Kankan : accusée d’instrumentaliser les manifestants, l’opposition réplique

30 juin 2020 à 9 09 54 06546

« Nous voulons rassurer l’opinion locale et nationale que nous ne sommes ni de près ni de loin associés aux différentes manifestations contre le manque de courant à Kankan, même si cela fait partie de nos actions ». C’est en substance la réponse des partis politiques d’opposition représentés à Kankan, suite aux accusations portées contre eux par certains responsables locaux du parti au pouvoir, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Lire

Et si les institutions traditionnelles s’impliquaient pour sauver la paix ?

27 juin 2020 à 9 09 36 06366

Professeur Koutoubou Moustapha SANO

Par le Professeur Koutoubou Moustapha SANO : Depuis un an environ notre cher pays est à la croisée des chemins. Il est secoué par une crise à la fois très profonde et très inquiétante. Son avenir très prometteur est plus que jamais en jeu. Son tissu social très soudé est profondément menacé. Son décollage économique très confortable est incontestablement compromis ! Cette crise est à la fois politique, sociale et économique. Et pour cause, le déficit de confiance entre les acteurs politiques et sociaux qui, hélas, s’accroît au jour le jour. La méfiance inhabituelle entre les groupes ethniques s’accentue vicieusement. La pauvreté extrême se repend au sein de la population de façon extraordinaire !

Lire

Installation des chefs de quartiers et de districts : « ça ne peut pas résoudre tous les problèmes »

19 juin 2020 à 15 03 49 06496

Dr Ousmane Kaba, président du PADES

Le président du PADES ne semble pas enchanté par le décret du président Alpha Condé, ordonnant l’installation des conseils de quartiers et de districts élus il y a plus de deux ans. En effet, Dr Ousmane Kaba estime que la formule choisie pour désigner ces élus locaux (au prorata des résultats des élections communales du 4 février 2018) n’est pas très appropriée et qu’elle ne résout pas tous les problèmes.

Lire

Politique : après l’UFDG et l’UPR, Thierno Souleymane « Obama » dépose ses valises aux NFD

19 juin 2020 à 14 02 18 06186

Thierno Souleymane Diallo, dit OBAMA

C’est une figure politique bien connue en Guinée, notamment à travers les réseaux sociaux ! Thierno Souleymane Diallo, dit Obama, s’est illustré au service de communication de l’UFDG dont le candidat sera premier en 2010, loin devant ses 23 concurrents du premier tour, avant de perdre la présidence de la République face à l’opposant historique d’alors.

Lire

Manifeste d’un Modèle de Parti Politique pour une Guinée épanouie

16 juin 2020 à 13 01 27 06276

Algassimou DIALLO, Expert en Développement Local, Spécialiste en Ingénierie de Projets de Coopération/Formation

Avec plus d’un demi-siècle d’indépendance, les guinéens peinent à trouver le bout du tunnel. Malgré les immenses ressources du pays, le développement souhaité se fait attendre. La classe dirigeante peine à satisfaire aux aspirations légitimes du peuple et le renouvellement de celle politique semble plus que nécessaire à cause des multiples ratées.

Lire

Les mots et les maux du ministre

14 juin 2020 à 10 10 44 06446

Habib Yembering Diallo

Cher ami,

J’ai mis du temps à réfléchir. A peser le pour et le contre de la nécessité de t’adresser cette lettre. Finalement j’ai décidé de briser le silence pour me libérer en te racontant le regret, la douleur et l’amertume qui sont les miens. Et cela suite à mon départ de mon parti.

Dans cette affaire, il y a des choses que tu connais. Et d’autres que tu ignores. Parmi lesquelles, le véritable motif de mon départ. En réalité, je dois avouer avec le recul que les motifs que j’avais évoqués n’étaient véritablement pas ceux pour lesquels j’ai quitté ce parti.

Pour te dire toute la vérité, après notre échec à la présidentielle, je ne voulais pas attendre cinq longues années pour espérer redevenir ministre. Du coup, et comme tu l’as su, je me suis rendu au palais pour négocier quelque chose. Ce fut un pavé dans la marre. Le parti a crié au scandale et à la trahison. Il a voulu divorcer avec moi pour que mon cas serve de leçon à tous ceux qui auraient la tentation de fréquenter le palais.

Pour montrer à celui que j’avais rencontré sans l’aval de mon parti que je l’avais choisi au détriment de son éternel protagoniste voire ennemi, j’ai attrapé la perche qui m’a été tendue par le parti. J’ai œuvré pour le divorce. Me basant sur l’adage selon lequel l’ennemi de ton ennemi est ton ami, j’ai pensé qu’en devant l’ennemi de l’ennemi du président je devenais de facto l’ami de ce dernier.

En réalité, et même si j’aurais du mal à te convaincre, je n’étais pas et ne suis toujours pas ennemi à son ennemi. Mais je voulais donner une telle impression dans l’espoir d’obtenir un décret et changer de statut. Malheureusement, ce fut la désillusion.

Ma femme m’a dit que mon péché a été de créer un parti politique. Elle estime qu’après mon départ de mon parti je devais tout simplement rejoindre celui du président. Mais son argument ne tient pas la route. Il y a d’autres qui ont gardé leur parti tout en bénéficiant d’un décret. Sachant que, loin du pays, tu ne suis pas forcément tous les détails de l’actualité dans notre pays, je suis allé jusqu’à m’autoproclamer Porte-Parole de la Mouvance Présidentielle. Mais, cette auto proclamation est aujourd’hui un os coincé dans ma gorge.

Je dois t’avouer que j’ignore tout ce qui se passe dans la mouvance présidentielle. Et comment veux-tu que quelqu’un qui ne sait rien de ce qui se passe dans une entité donnée soit le porte-parole de cette entité. Mais, c’est moins que cela qui me fait mal que la risée dont je fais l’objet à cause de cette auto proclamation. Avec des gens qui m’appellent le porte-parole de la mouvance dans la rue.

Récemment, j’ai eu un choc terrible que je n’oublierai jamais. Ma vieille voiture est tombée en panne en pleine circulation dans cette ville où tout le monde connait quelqu’un qui a été ministre. Des amis, ou plutôt anciens amis, m’ont trouvé en train de pousser ma voiture, aidé par des jeunes passants. L’un d’entre eux a crié fort « que se passe-t-il Monsieur le ministre. Un autre l’a corrigé en disant plutôt Monsieur le porte-parole de la mouvance présidentielle ». Cela s’est passé dans un embouteillage. Tout le monde m’a jeté un regard moqueur.

Aujourd’hui, mon regret est à la dimension de ma situation. Parti de mon grand parti, j’ai un parti qui fait partie de ces petits partis que l’on qualifie de partis télé centre. Tu vas dire qu’au lieu de soigner les malades, je soigne désormais les mots. Ce n’est pas cela. Mais, ces années de traversée de désert m’ont changé. J’ai beaucoup lu pour noyer mes soucis.

Imagines qu’avec mon ancien parti, ministre, député ou pas, j’avais un statut. Un poste honorable et enviable. Je faisais partie de ceux qui comptaient au sein du parti. J’étais de toutes les délégations. J’étais honoré voire vénéré partout et par tous. Mais, j’étais jaloux de mon président dont la présence occultait la mienne partout.

Malheureusement, je suis en train de devenir à mon ancien président ce que les frères aînés du prophète Youssouf furent pour ce dernier. Jaloux de son aura, ils ont comploté contre lui. Finalement, Dieu choisit Youssouf et lui donna le savoir, la richesse et la primauté sur ses frères.

Sans doute que tu seras surpris que je te parle de religion. Mais, rappelles-toi que je t’ai dit plus haut que j’ai mis à profit ce temps de ni avec l’opposition ni avec le pouvoir pour lire. Parmi ce que j’ai lu figure en bonne partie le saint Coran. Ce fut le côté positif de mes difficultés. Contrairement à notre ami, qui avait sombré dans l’alcool pour noyer ses soucis, moi, je me suis orienté vers la lecture. Et, particulièrement sur la religion. Ce qui m’a permis d’encaisser les coups.

Bref, un livre ne suffirait pas pour te raconter ma situation. Je vais devoir passer au vif de mon sujet. Je souhaite, cher ami, que tu m’aides à relever un défi : celui de cette vieille voiture dont je t’ai parlé. J’allais dire cette épave. Je voudrais que tu me cherches une voiture là-bas dès que la crise sanitaire aura été un mauvais souvenir du passé. Je veux avoir un 4*4. Tu me l’achètes pour me l’envoyer ici. Pour le paiement, j’ai quelques économies qui ne suffiront pas. Mais, j’ai aussi quelques terrains que je compte revendre pour le besoin de la cause.

Si tu me fais cela tu auras sauvé mon honneur et ma dignité. Mais, je ne peux plus continuer à pousser une épave dans les rues de notre capitale où je compte plus d’ennemis que d’amis. En même temps, je souhaite que tu tâtes le terrain pour moi pour savoir si un retour au sein de mon ancien parti est possible. Je sais que tu as toujours gardé de bonnes relations avec le président. Je ne te dirai pas comment il faut procéder. Mais, essaie s’il te plaît.

Certainement que tu seras surpris par cette demande que tu as prônée dès les premiers jours de ce qui devait être mon regret à vie. En réalité, ce qui m’a poussé à formuler une telle demande, c’est le sort réservé à deux de mes anciens collègues. Le premier, après avoir quitté le parti, avait adhéré à un autre. Mais, il ne s’est jamais senti véritablement chez lui. Du coup, et quand les gens ont commencé à lui dire ce qu’un deuxième mari dit à sa femme : à savoir « pour les mêmes raisons que tu as quitté chez ton premier mari tu vas quitter ici », il a jeté l’éponge. Le second est très récent. Il s’agit d’un jeune qui avait claqué la porte à son parti pour adhérer à un autre qui l’a présenté comme candidat aux élections. Après la défaite, lui aussi a mis les clés sous le paillasson.

Ces deux cas constituent une grande leçon pour moi et pour tous ceux qui sont tentés de quitter leur formation politique pour une autre. Voilà, j’ai vidé mon sac. Attendant impatiemment tes réponses, je te prie de garder tout cela pour toi seul.

A bientôt.

Ton ami, le porte-parole autoproclamé !

Habib Yembering Diallo

Tél. : (00224) 664272747

Toute ressemblance entre cette histoire et une autre n’est que pure coïncidence

Lire

Son avenir politique, la lutte du FNDC, la gestion du Covid-19 : Bah Oury à Guineematin

19 mai 2020 à 13 01 38 05385

Bah Oury, ancien président du parti UDD

Dans un entretien téléphonique qu’il a accordé au correspondant de Guineematin.com basé à New York, l’opposant Bah Oury a évoqué plusieurs questions marquant l’actualité nationale. Il est revenu notamment sur son avenir politique après son départ de l’UDD, la saisine de la CPI par le FNDC, la prochaine élection présidentielle, et la gestion de la pandémie du coronavirus en Guinée.

Lire

Politique : fin de la courte- mais bénéfique- aventure de Bah Oury avec l’UDD

13 mai 2020 à 6 06 04 05045

L’aventure avec l’Union pour la Démocratie et le Développement n’aura duré que 7 mois pour Bah Oury. Menacé de destitution, l’ancien ministre de la Réconciliation nationale a pris les devants. Il a annoncé sa démission du parti. Lequel se retrouve comme une patate chaude entre les mains de ses fondateurs, devenus frondeurs contre le nouvel adhérent. Désormais, ils peuvent faire de leur parti ce qu’ils veulent. Bah Oury, ayant sûrement tiré les leçons de son bras de fer avec l’UFDG pour le contrôle de ce parti, a préféré jeter l’éponge.

Lire

Guinée : plutôt ministre que député

6 mai 2020 à 20 08 16 05165

Aboubacar Sylla, un des ministres qui ont boudé l’Assemblée nationale dans l’espoir de rester au Gouvernement

Moins d’un mois seulement après l’installation de la contestée nouvelle Assemblée nationale, celle-ci affiche déjà près de 11 départs dont un décès. Les dix autres n’en veulent. C’est une situation inédite. Etre député est une fonction enviable. Comble de paradoxe, la 9ème législature semble faire exception.

Lire

Guinée : le RPG, seul maître à bord !

23 avril 2020 à 11 11 34 04344

L’opposition, une bonne partie de la société civile et des citoyens individuellement pris continuent à soutenir mordicus qu’ils ne reconnaîtront ni la nouvelle constitution ni l’assemblée nationale issue des élections du 22 mars 2020. Malgré tout, la Messe semble être dite. Le RPG arc-en-ciel, lui, continue son programme de diriger le pays sans partage. Désormais c’est un dur parmi les durs du régime qui est à la tête du parlement.

Lire

Comment le RPG communique-t-il avec ses militants ? « La priorité est ailleurs », répond Damaro

12 avril 2020 à 8 08 05 04054

Honorable Amadou Damaro Camara

Pour rompre la chaîne de contamination du coronavirus, plusieurs restrictions sont imposées aux Guinéens par les autorités. L’interdiction de tout regroupement de plus de 20 personnes et la distanciation sociale sont entre-autres mesures prises dans ce sens. La conséquence de ces mesures est aujourd’hui l’interdiction des assemblées générales hebdomadaires des partis politiques. Pour savoir ce qui est entrepris par le RPG Arc-en-ciel pour continuer à communier avec ses militants, un reporter de Guineematin.com a interrogé Amadou Damaro Camara, de la majorité présidentielle.

Lire

Guinée : Alpha Condé sur tous les fronts de la lutte contre CODIV-19

10 avril 2020 à 10 10 57 04574

Cette pandémie est une aubaine pour les gouvernants de se réconcilier avec les gouvernés. Beaucoup d’entre eux jouent leur avenir politique. Emmanuel Macron dit être en guerre. Donald Trump joue sa réélection. Boris Johnson, seul chef de gouvernement directement atteint jusqu’ici, suscite la sympathie et la compassion des Britanniques. La crise a « ressuscité » Ali Bongo Ondimba du Gabon souvent donné pour mort par la rumeur. Dans cette dynamique, le chef de l’Etat guinéen n’est pas en reste.

Lire

Labé : voici une déclaration du conseil de mosquée

25 mars 2020 à 14 02 18 03183
Elhadj Mamadou Badrou Bah, inspecteur régional des affaires religieuses et grand imam de Labé,

Elhadj Mamadou Badrou Bah, inspecteur régional des affaires religieuses et grand imam de Labé

Depuis quelques jours, circule sur les réseaux sociaux une audio attribuée au Grand Imam de la grande mosquée de Labé. Cela commence à devenir une habitude. Il n’y a pas si longtemps, c’est un compte Facebook qui a été ouvert pour arnaquer des citoyens, leur demandant de l’argent contre des bénédictions. Un individu se promenait de ville en ville jusqu’en Guinée Bissau, se faisant passer pour le Grand Imam et bien d’autres choses au nom du Grand imam.

Lire

Arrestation de Robert Kaliva : « nous userons de tous les moyens légaux pour sa libération » (PEDN)

17 février 2020 à 13 01 51 02512

Les réactions continuent de se faire entendre suite à l’arrestation et l’incarcération de Robert Kaliva Guilavogui, alias Junior Kpakataki. L’opposant et membre actif du FNDC à Macenta, a été interpellé le samedi, 15 février 2020, et conduit à Faranah. Le PEDN, parti dont il est membre, condamne « avec la dernière énergie une violation des droits humains ». C’est Mohamed Cissé, le chargé des relations extérieures de la formation politique, qui l’a dit au cours d’un entretien avec un journaliste de Guineematin.com, ce lundi 17 février 2020.

« Le PEDN condamne avec la dernière énergie cet autre kidnapping qui est une violation des droits humains. Et ce n’est pas la première fois que nous enregistrons un tel cas. 72 heures avant lui, notre fédéral de Kouroussa avait également été arrêté, il a fallu beaucoup de communications pour que celui-ci soit libéré avec toutes les intimidations. Mais ils (les dirigeants du pays) seront étonnés parce que cela ne va pas nous freiner dans la lutte pour la restauration de la démocratie en Guinée », a-t-il dit.

Mais, le Parti de l’Espoir pour le Développement National ne se contente pas seulement de dénoncer. La formation politique dirigée par l’ancien Premier ministre guinéen, Lansana Kouyaté, annonce qu’elle met tout en œuvre pour obtenir sa libération. « Nous userons de tous les moyens légaux pour sa libération. Le président Lansana Kouyaté est en train déjà de faire tout son possible pour que monsieur Robert soit remis en liberté.

On ne peut pas arrêter une personne juste parce que la personne constitue un obstacle à l’atteinte d’un de nos objectifs. Notre président (du PEDN, ndlr) a instruit le bureau exécutif national de prendre le dossier en priorité et de s’en occuper. L’inspection politique est sur le terrain ainsi que la cellule de communication. On a reçu des informations à travers le procureur que monsieur Robert serait détenu à la gendarmerie de Faranah », a laissé entendre le chargé des relations extérieures du PEDN.

Pour cet opposant, tous ces agissements doivent amener les Guinéens à prendre conscience et à se mobiliser davantage pour barrer la route au projet de troisième mandat du président Alpha Condé. « Nous demandons au peuple de Guinée de prendre à nouveau conscience de la situation et de sortir de la fatalité. A la population de l’intérieur, ce n’est pas parce qu’on n’est pas dans la capitale qu’on n’est pas concerné par les risques encourus par le pays. Donc il faut se réveiller et se battre contre le 3ème mandat, parce que c’est une insulte à l’endroit du peuple de Guinée », a dit Mohamed Cissé.

A noter que Robert Kaliva Guilavogui, alias Junior Kpakataki, était le candidat désigné du PEDN aux élections législatives, avant que le parti ne décide avec les autres formations politiques de l’opposition, de se retirer du processus électoral.

Salimatou Diallo pour Guineematin.com

Tel. 224623532504

Lire

Fodé Oussou : « tout ce que Alpha Condé fait, il y a une connotation ethnique »

1 février 2020 à 22 10 23 02232

Dr. Fodé Oussou Fofana, vice-président de l’UFDG

Comme annoncé précédemment, l’UFDG a tenu son assemblée générale hebdomadaire ce samedi, 1er février 2020, à son siège national, à la Minière. Et, à l’absence de son leader, Cellou Dalein Diallo (en mission à Dakar), c’est Dr. Fodé Oussou Fofana, le vice-président du parti, qui a présidé cette rencontre politique des cadres et militants de la première formation politique d’opposition en Guinée.

Lire

21ème anniversaire de l’UPR : Djéné Kaba Condé rend hommage à Bah Ousmane

23 décembre 2019 à 10 10 06 120612

La première dame de la République, Hadja Djéné Kaba Condé, a pris part à la célébration du 21ème anniversaire de l’Union pour le Progrès et le Renouveau (UPR). L’événement a eu lieu hier, dimanche 22 décembre 2019, au siège de la formation politique, à la Minière (Conakry). L’épouse du chef de l’Etat a mis l’occasion à profit pour rendre un vibrant hommage au président du parti, Elhadj Bah Ousmane, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Lire

Bah Ousmane aux militants de l’UPR : « On nous a traînés dans la boue. Mais, grâce à Dieu, nous sortons la tête de l’eau »

22 décembre 2019 à 10 10 18 121812

Elhadj Ousmane Bah, président de l’UPR

Comme annoncé dans nos précédentes dépêches, le comité central de l’union pour le progrès et le renouveau a tenu une session extraordinaire hier, samedi 21 décembre 2019, à Conakry. Et, au cours de cette rencontre, Elhadj Ousmane Bah, le leader de l’UPR, a rappelé les souffrances que les responsables et les militants de son parti (surtout ceux de l’intérieur) ont subi de la part « des détracteurs » de l’UPR. Il a aussi invité les hommes et les femmes qui croient aux valeurs fondamentales de l’UPR à faire preuve de détermination pour affronter « l’épreuve des législatives », rapportent les journalistes de Guineematin.com qui étaient au siège national de l’UPR.

Lire