Lansana Komara répond à Sidya Touré : « les battus ont toujours des arguments »

23 mars 2019 à 16 04 46 03463

Le ministre de l’enseignement technique, de la formation professionnelle, de l’emploi et du travail n’est pas content de la révélation faite par Sidya Touré, à la sortie de la rencontre entre la COD et la CENI, hier vendredi. Lansana Komara a répondu au président de l’UFR, sans pour autant le nommer, à l’occasion de l’assemblée générale du RPG Arc-en-ciel, ce samedi 22 mars 2019, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur place.

Sidya Touré a profité de la rencontre entre la Convergence de l’Opposition Démocratique (COD) et la CENI, vendredi 22 mars 2019, pour rappeler une anecdote qui s’est passée en 2010, après le premier tour de la présidentielle. Le président de l’UFR a révélé que le président de la CENI d’alors, feu Ben Sékou Sylla, l’a appelé au téléphone peu avant la publication des résultats pour lui dire que le président de la transition, le Général Sékouba Konaté était en train de modifier les résultats sortis des urnes.

En parlant ainsi, Sidya Touré remet en cause la qualification du président Alpha Condé au second tour de cette présidentielle qu’il avait remporté. Et cela, n’est pas du goût de Lansana Komara. Même s’il n’a pas nommé ouvertement le président de l’UFR, le ministre a tenu à lui répondre devant les militants de son parti, réunis ce samedi au siège du RPG Arc-en-ciel.

« Nous sommes obligés de parler de ces rencontres entre la CENI et les partis politiques. Parce que nous avons entendu certains commentaires là-dessus qui ne vont pas dans le bon sens. Il y a l’opposition, comme d’habitude, qui est en train de dénigrer, de fustiger les élections antérieures, de dénigrer le fichier.

Mais comme vous le savez, toutes les élections que nous avons engagées, toutes les élections auxquelles nous avons participé, ont été consensuelles. Avant qu’on ne parte aux élections, il y a eu d’abord le consensus autour de tous les points. Donc, nous sommes vraiment surpris d’entendre certaines rumeurs sur les élections antérieures. Vous savez, comme on le dit souvent, les battus ont toujours des arguments. Il faut s’accrocher toujours à quelque chose pour justifier sa défaite », a déclaré le ministre.

Lansana Komara a, ensuite, invité les militants du RPG Arc-en-ciel à se tenir prêts en vue de donner une majorité écrasante au parti lors des élections législatives. « Tout ce que nous vous demandons, c’est de vous mobiliser. C’est de tendre la main aux autres et de grandir toujours nos rangs comme nous sommes en train de le faire et de continuer toujours dans ce sens. C’est seulement avec cela que nous allons gagner toutes les élections », a-t-il ajouté.

Autre sujet évoqué au cours de cette rencontre hebdomadaire du parti au pouvoir, c’est la réception du président Alpha Condé, hier vendredi, à l’Université de Sonfonia et le prix Docteur Honoris Causa qui lui a été décerné dans cette institution d’enseignement supérieur. M’bany Sangaré, le secrétaire de la jeunesse du RPG Arc-en-ciel, a salué la réussite de cet événement, qui a mobilisé, dit-il, plus de 10 000 étudiants.

« Le président de la République, fidèle à sa tradition d’être à l’écoute de toutes les couches sociales du pays : jeunes, femmes, commerçants religieux ; le Chef de l’Etat a le devoir d’être à l’écoute de toutes les couches sociales du pays. C’est pour cette raison qu’hier, il était avec les étudiants de l’Université de Sonfonia. Le discours du Chef de l’Etat était un discours historique, plein de sens, plein de signification et même instructif.

Parce qu’il a montré aux jeunes l’histoire de la Guinée, d’où la Guinée vient et où nous devons partir. Donc, le président de la République était en phase avec la jeunesse de la République de Guinée. Cela témoigne éloquemment que le président de la République, comme il l’a dit, son mandat est dédié à la jeunesse et la jeunesse adhère à la politique prônée par le professeur Alpha Condé », a-t-il indiqué.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

Sidya Touré aux membres de la CENI : « qu’ils se mettent à la hauteur pour mériter notre confiance »

22 mars 2019 à 13 01 18 03183

La CENI poursuit sa série de rencontres entamée hier, jeudi 21 mars 2019, avec les acteurs de la classe politique guinéenne. Après le camp Faya Millimono et l’opposition républicaine hier, la commission électorale échange en ce moment 12h55 avec une délégation de la COD, une autre coalition regroupant des partis d’opposition, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

A la tête de la Convergence de l’Opposition Démocratique (COD), Sidya Touré est l’un de ceux qui ont pris part à cette rencontre. Et, le président de l’UFR a été le premier à sortir de la salle alors que les travaux se poursuivent encore.

Des travaux qui portent sur un certain nombre de problématiques liées notamment à la gestion des recommandations de l’audit du fichier électoral, la problématique des remontés des résultats des élections, la désignation des représentants des partis politiques au sein des démembrements de la CENI, et le financement des partis politiques.

Au sortir de la salle, Sidya Touré s’est prêté aux questions des journalistes. « Nous sommes venus d’abord écouter, ensuite participer. Nous avons tous travaillé en un temps record pour essayer d’étudier les propositions qui nous ont été faites. Ensuite, nous avons d’autres sujets que nous comptons aborder. Mais au-delà de tout, il y a la problématique qui est celle de savoir quelle va être réellement la qualité de cette CENI.

Parce qu’elle commence à discuter avec vous, au dernier moment, les résultats sont éparpillés partout (…) Donc, la CENI doit se mettre au-dessus. Vous avez vu les sanctions qui ont été prises récemment de la part des Etats-Unis à l’encontre du Congo Kinshasa ? (…)

Nous devons faire en sorte que ceux qui composent la CENI, notamment son président, qu’ils se rendent compte que c’est une institution et qu’ils se mettent à la hauteur de cette institution-là pour mériter notre confiance, c’est ce qui est important. Les détails techniques, tout le monde sait faire ça.

La condition, c’est qu’on veuille le faire, que nous soyons suffisamment intègres et surtout patriotes pour savoir que le rôle d’une institution comme ça, c’est pour sortir du processus électoral et que me moins de gens puisse contester. Si ce n’est pas le cas, elle aura raté sa mission », a fait observer Sidya Touré.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com
Tél. : (00224) 621 09 08 18

Lire

L’UFR dénonce les nouveaux billets : « on les utilise pour faire la campagne »

9 mars 2019 à 19 07 28 03283

La question de l’éventuel troisième mandat pour le président Alpha Condé déchaine de plus en plus les passions. A l’occasion de son assemblée générale de ce samedi 09 mars 2019, l’Union des Forces Républicaines (UFR) s’est penché sur la question en dénonçant les promoteurs de cette idée, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Les pancartes appelant à une modification de la Constitution guinéenne au profit du président Alpha Condé, brandies hier au palais du peuple à l’occasion de la fête des femmes, continuent de susciter les commentaires les plus divers.

A l’UFR, c’est le vice-président, Elhadj Ibrahima Bangoura, qui a développé ce sujet devant de nombreux militants. « Hier, on a vu deux choses. D’abord, des premières pancartes tenues par 7 femmes je crois, Oui à la modification de la Constitution. Nous avons vu ça. Après, nous avons vu aussi des femmes qui disent Non au troisième mandat. Donc, je crois que ce sont des forces qui se sont neutralisées là-bas. C’est pourquoi, dans les discours, on n’a pas entendu parler de troisième mandat.

Pour l’instant, la question est posée, les gens vont dans les quartiers pour parler de troisième mandat. Mais, ils n’ont pas parlé encore de façon officielle du troisième mandat… Nous, il n’est pas question qu’on aille dans le sens de la modification de la Constitution. La Constitution dit que le Président de la République ne peut pas faire trois mandats.

Qu’il modifie la Constitution ou qu’il ne modifie pas la Constitution, il ne peut pas faire trois mandats. L’article 154 de la Constitution est bien clair. La Constitution est claire et nette à ce propos. A partir du moment où le Président de la République actuel a fait deux mandats, il ne peut pas faire trois. C’est ça l’esprit de la Constitution », a rappelé le député.

Sur un autre plan, le vice-président de l’UFR a évoqué la mise en circulation de nouveaux billets de banques par la Banque centrale. « Paradoxalement, dès qu’on annonce une échéance électorale, il y a des coupures de nouveaux billets qui s’annoncent aussi. En 2015 c’étaient les billets de 20 mille FG qui sont sortis, et ces coupures de 20 mille, on a vu l’usage qu’on en a fait. Ça a servi pour la campagne.

Et cette année aussi, la campagne s’annonçant, surtout la campagne du troisième mandat, les gens ont fait sortir les billets de 20 mille et des billets de 10 mille. Et ce sont les mêmes billets qu’on voit circuler dans les concessions à Conakry et à l’intérieur du pays. Au lieu d’utiliser cet argent pour construire des routes, des hôpitaux, des écoles et centres de santé, on l’utilise pour faire la campagne. C’est ce que nous dénonçons », a laissé entendre l’honorable Ibrahima Bangoura.

Récemment rentré d’un séjour en Côte d’Ivoire, Bakary Goyo Zoumanigui, le sécrétoire général de l’UFR a saisi l’occasion pour répondre aux nombreuses « rumeurs » l’accusant d’être favorable à un éventuel troisième mandat. « J’ai appris beaucoup de choses par Internet comme quoi, Bakary Goyo Zoumanigui fait partie de ceux qui sont pour le troisième mandat du président Alpha Condé.

Les stations de radios ont diffusé des informations de ce genre. Je voudrais simplement dire, on crée un parti, c’est pour arriver au pouvoir. Ceux qui me connaissent le savent. Si non, j’aurais pu être de l’équipe de l’ancien président Lansana Conté, ou bien être proche de Moussa Dadis Camara ou bien je serais entré dès que le professeur Alpha Condé est venu. Mais, je ne suis pas de ce genre ».

C’est pourquoi, Bakary Goyo Zoumanigui exhorte les militants de l’UFR à travailler pour arriver au pouvoir en 2020. « Mettons-nous au travail, c’est ce qui est plus important. C’est de faire de l’UFR un grand parti. C’est ce qui va nous permettre d’arriver à Sékhoutouréyah en 2020. Si nous ne sommes pas un grand parti, on n’y arrivera pas.

Donc, ne donnons pas le flanc à ceux qui veulent nous désunir. Nous devons rester ensemble, fort et avec un seul destin, faire en sorte que notre leader arrive en 2020 à la magistrature suprême », a martelé le géniteur de l’UFR.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Lire

Sarkozy et Hollande chez Alpha : « un bon conseil est bienvenu, surtout quand il s’agit de toucher à la Constitution »

20 février 2019 à 15 03 50 02502
Elhadj Ibrahima Bangoura

On assiste ces derniers temps à un ballet d’anciens chefs d’Etats en Guinée. Après Abdoulaye Wade (Sénégal) et François Hollande (France), c’est Nicolas Sarkozy qui est attendu très prochainement dans la capitale guinéenne.

Interrogé à ce sujet, ce mercredi 20 février 2019, par un reporter de Guineematin.com, le vice-président de l’UFR, Elhadj Ibrahima Bangoura pense que cela peut avoir plusieurs interprétations, d’autant plus que rien ne filtre des entretiens en Alpha Condé et ses hôtes.

Selon Elhadj Ibrahima Bangoura, « ces visites d’anciens chefs d’Etat peuvent avoir plusieurs interprétations, soit pour des raisons personnelles, les gens viennent en consultation auprès du chef de l’Etat qui a besoin peut-être de leur expertise. On peut le penser ainsi, même si nous ne sommes pas dans les secrets des initiés de la présidence de la République. On peut placer ces visites dans ce cadre là, parce que rien ne filtre. Et, nous n’avons pas une crise immédiate en vue dans le pays. La crise imminente n’est pas là. Et, s’il y a crise, ce ne sont pas ces personnalités qui se déplacent. Il y a d’autres structures au niveau sous-régional ou continental ou des Nations Unies qui se déplacent », a dit le vice-président de l’Union des Forces Républicaines.

Toutefois, si ces anciens présidents sont en Guinée pour inviter Alpha Condé à favoriser l’alternance en 2020, Elhadj Ibrahima Bangoura trouve que ce serait une très bonne initiative. « Je pense que si c’est dans ce cadre-là, ces visites-là sont bienvenues. Un bon conseil est toujours bienvenu, surtout quand il s’agit de toucher à la Constitution. Les peuples de l’Afrique de l’Ouest sont allergiques à ce qu’on touche à leur Constitution. Je pense qu’un troisième mandat sera difficilement accepté dans le pays aujourd’hui. Si ces anciens chefs d’Etat sont là dans ce cadre, c’est bienvenu, parce que nous n’avons pas besoin de crise chez nous. Les guinéens n’ont pas besoin d’une crise », a dit avec insistance ce proche de Sidya Touré.

En ce qui concerne la violente attaque contre le cortège du chef de file de l’opposition, samedi dernier, par des véhicules blindés de la CMIS (Compagnies Mobile d’Intervention et de Sécurité), l’honorable Ibrahima Bangoura s’est dit choqué. « Ça, c’est une faute. Il faudrait que nos forces de sécurité apprennent à être des forces républicaines. Ce ne sont pas des forces qui sont là pou agresser les citoyens, à plus forte raison une personnalité politique de la stature d’Elhadj Cellou Dalein. Cela a choqué plus d’un. Personnellement, j’ai été choqué ».

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Lire

Massacre du 28 septembre 2009 : « il faut indemniser les victimes »

24 septembre 2018 à 14 02 19 09199

La Coalition Guinéenne pour la Cour Pénale Internationale (CGCPI) réclame une indemnisation provisoire des victimes des massacres du 28 septembre 2009 à Conakry. La CGCPI montre des signes d’impatience et souhaite cette indemnisation avant la tenue du procès, dont on ignore encore la date.

Lire

Sosso Kanté : « le PEDN n’acceptera pas l’accord politique »

11 août 2018 à 7 07 27 08278

Sosso KantéTout comme l’UFR de Sidya Touré, le PEDN de Lansana Kouyaté désapprouve aussi l’accord politique obtenu le mercredi, 08 août 2018, entre le pouvoir et l’opposition républicaine sur le contentieux électoral. Cet accord permet de mettre fin à la crise post-électorale qui durait depuis 6 mois, mais il est loin de faire l’unanimité au sein de la classe politique. Mamady Sosso Kanté, deuxième responsable de la cellule de communication du PEDN, dénonce une violation flagrante de la loi et annonce que son parti n’acceptera pas cet accord.

Lire

Tournée de Kassory Fofana : le président du GOHA apporte son soutien au PM

5 juin 2018 à 19 07 02 06026

Peu après sa prise de fonction, le nouveau Premier ministre guinéen a engagé une série de rencontres avec les acteurs de la classe politique guinéenne. Ibrahima Kassory Fofana est allé notamment à la rencontre du chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo, et de Sidya Touré, président de l’UFR, pour échanger avec eux autour de la situation sociopolitique du pays. Et cette démarche est vivement saluée par le président du GOHA, Chérif Mohamed Abdallah, a appris Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Lire

Touba : le RPG, l’UFDG et l’UFR s’affrontent pour la commune rurale

22 janvier 2018 à 13 01 43 01431

Ousmane Camara, président de la CESPI de Touba

Dans la circonscription électorale de Touba, une commune rurale relevant de la préfecture de Gaoual, ce sont trois (3) listes de candidature qui ont été enregistrées par la commission électorale sous-préfectorale indépendante (CESPI). Il s’agit du RPG (parti au pouvoir), l’UFDG de Cellou Dalein Diallo et l’UFR de Sidya Touré, rapporte l’envoyé spécial de Guineematin.com à Touba.

Lire

Sidya Touré à l’AG de l’UFR : « notre objectif est de préserver les communes de Kaloum, Matam et Matoto »

20 janvier 2018 à 19 07 57 01571

Une forte mobilisation des militants de l’Union des Forces Républicaines (UFR) a marqué l’assemblée générale ordinaire du parti ce samedi 20 janvier 2018. Le lancement de la campagne pour les élections communales a été à l’ordre du jour de cette rencontre où l’on notait la présence de Sidya Touré. Le président du parti a dit son souhait de conserver les trois communes remportées lors des législatives de 2013, a constaté sur place sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Lire

Entretien avec Cheikh Touré, suppléant de Baïdy : vidéo

8 décembre 2017 à 19 07 36 123612

Après avoir essayé sans succès de mettre un de ses lieutenants à la place de Baïdy Aribot, l’UFR a annoncé sa volonté de ne pas remplacer l’élu uninominal de Kaloum à l’Assemblée Nationale après sa nomination à la Banque Centrale de la République de Guinée par le chef de l’Etat, Alpha Condé. Le problème est que le parti de Sidya Touré ne veut pas du tout du suppléant de Baïdy, en la personne de Cheikh Chérif Touré. Mais, ce dernier ne l’entend pas de cette oreille. Cheikh Touré rejette du revers de la main cette volonté de l’UFR et compte saisir la Cour Constitutionnelle pour être « rétabli dans ses droits ». 

Lire

Elections locales : l’UFR veut relever « un grand défi, surtout à Conakry » (vidéo)

2 décembre 2017 à 20 08 16 121612

« Nous avons un grand défi à relever, surtout à Conakry où nous avons trois (3) députés uninominaux sur les cinq (5). Nous devons nous battre pour que nous ayons les maires des trois communes (Kaloum, Matam et Matoto, ndlr) où nous avons les députés uninominaux », a notamment dit l’honorable Goyo Zoumanigui, fondateur et vice-président de l’UFR.

Lire

L’argent de la présidence partagé à Dar-Es-Salam : 28 millions pour les victimes de Dalaba, 21 pour Gaoual et 14 pour Mali

24 août 2017 à 20 08 21 08218

Comme on le sait, le drame de Dar-Es-Salam n’a laissé aucun guinéen indifférent. Quelques heures seulement après l’éboulement, le chef de l’Etat, le professeur Alpha Condé s’est personnellement rendu sur les lieux pour constater les dégâts et témoigner de sa solidarité aux familles des victimes. Après avoir annoncé la gratuité des soins offerts aux blessés, le président de la République a offert soixante millions de francs guinéens (60 000 000 GNF) aux familles des neuf personnes qui ont perdu la vie dans ce drame, a appris Guineematin.com sur les lieux.

Lire

Plusieurs morts à Conakry : Sidya Touré au lieu du drame

22 août 2017 à 15 03 50 08508

Monsieur Sidya Touré, président de l’UFR et Haut représentant du chef de l’Etat a été l’une des premières personnalités à venir consoler les familles des victimes au lieu du drame de Dar-Es-Salam, au moment même où les jeunes s’affairaient à retrouver les corps, ont constaté les reporters de Guineematin.com qui sont sur place.

Lire

Sidya – Kassory : obligation de vérité

21 août 2017 à 9 09 30 08308

Par la Cellule de Communication du GPT : Pourquoi, le Président de l’UFR, Sidya TOURE, cherche-t-il si obstinément à abattre le Président du GPT, le Ministre Kassory FOFANA, en se servant de l’arme de « destruction massive » qu’est la désinformation ?

Celle-ci est définie dans le dictionnaire politique comme étant « une information provocatrice, mensongère, présentée comme vérité, dans le but de berner l’opinion publique ».

Lire

Ibrahima Bangoura de l’UFR sur la marche de l’opposition : « il y a quand même eu mort d’homme … »

3 août 2017 à 11 11 02 08028

De nombreux observateurs ont salué la manière dont la marche de l’opposition républicaine s’est déroulée hier mercredi 02 août 2017 de Cosa à Dixinn. Le cas de mort enregistré suite à l’accident entre les motards est toute fois déploré par certains. Au lendemain de cet évènement, Guineematin.com a donné la parole à l’honorable Ibrahima Bangoura de l’Union des Forces Républicaines.

Lire

« On ne participera aux manifestations », prévient Ibrahima Deen Touré de l’UFR

15 juillet 2017 à 20 08 14 07147

Comme indiqué précédemment, l’assemblée générale de l’Union des Forces Républicaines a eu lieu ce samedi 15 juillet 2017 au siège du parti républicain, à Matam. Présent à cette assemblée hebdomadaire, l’honorable Ibrahima Dean Touré a de nouveau exprimé la position de l’UFR par rapport aux manifestations annoncées par l’opposition républicaine.

Lire