Dans deux semaines seulement, les élèves guinéens devraient reprendre le chemin de l’école. Mais, plusieurs écoles publiques de la capitale sont actuellement dans un mauvais état. Parmi ces écoles, figure le lycée Léopold Sédar Senghor de Matoto.

Dans un entretien accordé à Guineematin.com ce mercredi, 29 août 2018, Balla Diarra, le proviseur de cet établissement scolaire, a exprimé ses inquiétudes face à l’état de délabrement très poussé de l’école et sollicité un soutien pour sa rénovation.

Selon monsieur Balla Diarra, son lycée a été réalisé par la société « Africof » depuis octobre 1990. Mais à l’en croire, les sénégalais qui étaient les ouvriers de cette société n’ont pas tenu compte de la pluviométrie en Guinée, donc ils ont réalisé les écoles comme s’ils étaient au Sénégal. « Après 28 ans de service rendu à la nation, les locaux sont dans un état assez vétuste.

Ce n’est pas ici seulement, la plupart de ces « Africofs » sont dans cet état. Exceptés le lycée Matam qui a été rénové, le lycée Kipé qui a été rénové et le lycée Sonfonia qui est maintenant en cours de rénovation. Déjà l’année dernière, avant l’ouverture des classes, on a lancé un appel à l’Etat et aux bonnes volontés, afin que cette école puisse recevoir au moins une rénovation. Mais, cet appel lancé, jusqu’ici nous attendons », nous confie le responsable éducatif.

Le lycée Léopold Sédar Senghor de Matoto a 26 salles de classes : 23 au niveau des deux blocs et trois classes au niveau de l’annexe. « Mais sur les 26 classes, il y a 16 classes qui sont assez détériorées, où le toit coule. Toutes les 8 salles qui sont au 2ème étage coulent. Il y a certaines salles qui sont également au niveau du 1er étage qui ont commencé aussi à connaitre le même fait. Pour l’annexe, on n’en parle même pas, tout le toit est pourri. Donc, nous sollicitons auprès de l’Etat de penser à la rénovation de ces Africofs en général et le lycée Senghor en particulier.

Et en même temps, d’autres bonnes volontés sont sollicitées puisque l’Etat a trop à faire, il est en train de faire de nouvelles classes dans d’autres écoles notamment. On demande donc aux bonnes volontés de venir en aide à l’Etat puisque ce lycée a formé des hauts cadres qui sont en train de servir la nation et même des institutions internationales. Ils n’ont qu’à nous venir en aide sinon cette infrastructure risque de tomber en ruine d’ici un an au maximum », a lancé monsieur Diarra.

Malgré le mauvais état de son établissement, le proviseur du lycée Senghor indique que les préparatifs de la rentrée scolaire qui doit en principe avoir lieu le 15 septembre prochain, sont très avancés. Selon lui, les rapports prévisionnels ont été déjà déposés à la DCE. « A ce jour-même, nous avons proposé faire 26 groupes pédagogiques contre 23 l’année dernière. Puisqu’il y a trois salles qui n’ont pas vraiment travaillé, mais cette fois-ci on veut faire travailler les 26 salles. Cela, à condition que nous ayons certains professeurs qui nous manquaient. On a des professeurs qui manquent dans certaines disciplines.

La répartition des élèves est déjà avancée, et au plus tard le 05 septembre on aura tous les emplois du temps. La rentrée administrative est prévue pour le 07 septembre, je veux parler des cadres de l’encadrement qui doivent reprendre le travail officiellement parce que nous, on n’a jamais abandonné le travail. Et le 15 septembre, c’est la rentrée pédagogique. Tous les professeurs seront en situation de classe avec les enfants pour donner les premiers cours », a-t-il annoncé.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Guineematin