L’accord politique signé récemment entre le pouvoir et l’opposition républicaine, sous la houlette du ministère de l’administration du territoire, a permis de mettre fin au contentieux électoral né du scrutin du 04 février denier. Désormais, les yeux sont rivés vers ledit ministère pour l’installation des conseils communaux.

D’ici là, un reporter de Guineematin.com est allé à la rencontre du président sortant de la délégation spéciale de Dixinn, élu de l’UFDG pour briquer la même mairie. Mamadou Samba Diallo est revenu sur les actions qu’il a posées depuis sa prise de fonction à la tête de cette commune. Outre ce point, monsieur Diallo a parlé de ses priorités, au cas où il venait à être placé à la tête de cette commune.

Guineematin.com : votre mandat en tant que président de la délégation spéciale de Dixinn est arrivé à terme. Que peut-on retenir de votre bilan ?

Mamadou Samba Diallo : je n’ai pas honte de dire que le bilan a été hautement positif. Malgré les maigres moyens mis à notre disposition, nous avons pu faire des traces visibles pour la commune. Notre mission était de chercher à soustraire cette population d’une vie difficile, d’une vie précaire qu’elle menait. Bien que nous n’avons pas de moyens, mais nous avons essayé de nous battre pour essayer de soulager en partie les populations. Vous savez que généralement, tout Conakry est en difficulté d’obtention de l’eau potable. Donc, après avoir vue ce genre de choses, Dieu nous a aidés, nous avons pu réaliser quelques forages pour les populations. J’ai demandé aux chefs de quartiers, quand j’ai eu la possibilité de trouver quelques forages pour les populations, je leur ai dit de se retrouver pour faire une proposition des quartiers les plus dépourvus en eau pour que j’implante des forages. Je n’ai pas installé de ma manière pour ne pas qu’ils pensent que j’ai fait une sélection. Effectivement, les chefs de quartiers m’ont proposé quatre quartiers. J’ai donc implanté un forage dans chacun de ces quartiers. Ce qui a soulagé les populations, surtout que j’avais interdit toute vente de cette eau.

Guineematin.com : qu’en est-il du cimetière de Dixinn ?

Mamadou Samba Diallo : il y a six (6) quartiers de Dixinn qui enterraient dans le même cimetière. Pour enterrer un corps, tu es obligé de déterrer deux à trois cranes parfois, ça veut dire que tu déterrerais trois corps pour enterrer un. Tous ceux qui se sont succédé à la commune, personne n’avait pensé à cela. Quand j’ai vu ça, j’ai dit la priorité pour la population, c’était de régler ce problème. Parce que là, c’est le logement de tout le monde, que tu sois musulman, chrétien ou quoi que ça soit, tu finiras par être enterré ici. J’ai apporté 275 chargements de latérite, on a remblayé la partie à hauteur de 50 centimètres. Aujourd’hui, les corps de nos aïeux qui étaient déposés là-bas, restent tranquillement au repos, les corps ne sont plus touchés. Ça a impressionné d’ailleurs tout le monde, les gens ont dit que ce que lui il est parvenu à faire ici, on ne l’avait jamais vu.

Guineematin.com : il semble que vous vous êtes également intéressé aux conditions de travail dans la mairie

Mamadou Samba Diallo : à la mairie, nous avons aussi rétabli l’ordre. Tous les documents de la mairie étaient saisis en dehors de cette dernière. Il n’y avait pas une machine à l’intérieur, ce sont des machines dactylographiques qui étaient utilisées. J’ai balayé ça pour installer des ordinateurs, ce qui a permis de mettre tout en ordre. Ensuite, la cour de la commune était dégradée, j’ai bétonné à nouveau la cour et passer une nouvelle couche de peinture. J’ai réarrangé les bureaux. Le bureau du maire, tu le confondais au bureau d’un secrétaire. Aujourd’hui, le bureau du maire est à l’image d’un ministre. J’ai aussi attaqué un domaine qui était oublié derrière la pharma-guinée. Il y avait des femmes qui étaient assises derrière cette cour, dans la poussière en saison sèche, dans la boue en saison pluvieuse. J’ai remblayé complètement la partie. Les femmes qui étaient en souffrance sont aujourd’hui sur un endroit bien bétonné, elles sont à l’abri de la boue et de la poussière. Donc, la deuxième partie est transformée en parking. Ce parking est non seulement attrayant, mais il rapporte mensuellement quelque chose à la commune.

Guineematin.com : que peut-on dire de la problématique du ramassage des ordures dans la commune ?

Mamadou Samba Diallo : nous nous sommes attaqués, lors de notre passage à la commune, à des monticules d’ordures, notamment à Hafia Château où il y avait une montagne d’ordures qui date depuis le temps de la révolution. Nous nous sommes mis à la tâche pour la dégager. Ça aussi, ça a été 175 chargements dégagés. La partie sert aujourd’hui à l’Etat. Le quartier est en train d’exploiter la partie en attendant que l’Etat ne prenne des dispositions pour la viabiliser davantage.

Guineematin.com : est-ce que la réfection des écoles a été une de vos préoccupations ?

Mamadou Samba Diallo : bien sûr, il y a des écoles comme celle qui est à la Bellevue marché. C’était encore un hangar, une ancienne permanence qui a été sectionnée pour être transformé  en salles de classes. On m’a interpellé pour me dire que les enfants tombent là-bas, il y a la chaleur, certains tombent en crise. Je suis allé voir, c’était effectivement une permanence, non plafonné et la chaleur qui frappe tombe directement sur les enfants. J’ai donc pris des dispositions, j’ai plafonné et mis des ventilateurs. Aujourd’hui, les enfants étudient aisément. Ensuite, il y avait une autre école à la Carrière, au quartier Hafia 2 qui date depuis le temps de  la révolution. Vous pouviez trouver une nappe d’eau à hauteur de 2 mètres à cet endroit et en saison sèche il servait de lieu d’abris pour les petits drogués. J’ai eu la chance de passer cette partie en bail. Il y a un centre de santé R+1 qui est prévu là-bas, qui est en train d’être édifié aujourd’hui. Il y a aussi la construction d’un centre scolaire et universitaire qui est en chantier à cet endroit. Ce qui va faciliter les études pour les enfants résidant dans Hafia qui n’avaient aucune école. Voici quelques jalons essentiels que nous avons eu à poser en ce petit temps que nous avons gérés la commune.

Guineematin.com : le contentieux électoral est désormais derrière nous. Est-ce que vous avez l’espoir d’occuper la tête de la mairie de Dixinn ?

Mamadou Samba Diallo : à ce niveau, je n’ai pas tellement de doute. Pourquoi ? Parce que je sais que je bénéficie de la confiance de la population de Dixinn. Sur 22 quartiers, nous avons raflé 15 quartiers. Ça veut dire que la population a été reconnaissante. Donc, pour ce qui est de l’occupation de la tête de la mairie, je n’ai pas tellement de doute. Je sais que tous ceux-là qui sont pour le développement de la commune n’hésiteront pas d’aller vers moi pour qu’on se donne les mains, pour qu’on gère correctement le développement de cette commune. Le développement de la commune n’a rien à avoir avec des enjeux politiques pour dire que tu es de tel parti ou tel autre parti. Moi, je m’en fous de ça. Tous ceux qui sont épris du développement de la commune, n’hésiteront pas de se joindre à moi pour qu’on continue à faire de Dixinn la vitrine de Conakry. Ce n’est pas moi qui le dis, mais les populations ont dit que Dixinn a été la première commune sur les cinq en termes de bonne gestion.

Guineematin.com : si vous êtes élu maire, quelles seront vos priorités pour la commune pour les cinq (5) prochaines années ?

Mamadou Samba Diallo : notre priorité pour les cinq (5) prochaines années, c’est de me voir avec les conseillers pour que Dixinn soit la vitrine de Conakry dans tous les domaines. Donc, ma priorité, c’est e développement de la commune de Dixinn. Je souhaite que nous soyons toujours en tête par rapport aux autres communes. Maintenant, les conseillers sentiront en moi une personne qui ne gère pas de façon privée, de façon opaque. Nous allons nous repartir la gestion de la collectivité. Je ne regarderai pas qui est de tel parti ou tel autre parti. Non. C’est une équipe qui sera là pour le développement de la collectivité.

Propos recueillis par Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Guineematin