Une lettre demandant la levée de l’immunité parlementaire du député Ousmane Gaoual Diallo a été effectivement déposée au niveau de l’Assemblée nationale avant-hier, lundi 07 mai 2018, a appris Guineematin.com d’un autre élu du peuple.

Joint au téléphone dans la soirée d’hier, mardi 8 mai 2018, le député uninominal de Labé, Honorable Cellou Baldé, membre du bureau de l’Assemblée nationale a précisé que la lettre a été adressée au président de l’Assemblée nationale pour être examinée par le bureau.

« Aujourd’hui, nous avons tenue la réunion ordinaire du bureau qui se tient tous les mardis en période de session. Le deuxième point à l’ordre du jour, c’était par rapport à cette lettre qui est arrivée hier, lundi 07 mai 2018, à l’Assemblée nationale. Nous nous sommes un peu prononcés là-dessus parce qu’il y a une procédure prévue par le règlement intérieur pour ces genres de problèmes. Maintenant, il est question que monsieur Gaoual soit écouté par rapport aux accusations portées contre lui », a expliqué notre interlocuteur, ajoutant que la plainte n’est pas annexée à la lettre…

Sur les faits reprochés à l’élu uninominal de Gaoual, le député de Labé dit qu’on l’accuse de dénonciation calomnieuse et de diffamation. « Encore une fois, il va falloir que nous recevions notre collègue député et l’écouter pour que nous puissions asseoir notre conviction par rapport au sérieux qui suit ces accusations avant de continuer ou arrêter la procédure », a ajouté l’honorable Cellou Baldé.

Pour ce député, à travers cette plainte, Albert Damantang Camara, Ministre du Travail, de l’Emploi, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle et Porte-parole du gouvernement (le plaignant), a estimé que lors de l’enterrement des jeunes tués par les forces de l’ordre, Ousmane Gaoual Diallo aurait tenu des propos pour dire que ce sont eux qui entretiennent la milice du RPG arc-en-ciel.

Egalement joint au téléphone par Guineematin.com, Maitre Alseiny Aïssata Diallo, avocat de l’accusé, a dit qu’il n’a pas encore vu la plainte ; mais, il est au courant de la lettre parvenue au bureau de l’Assemblée nationale.

Par ailleurs, cet avocat a rappelé que l’honorable Ousmane Gaoual Diallo avait aussi déposé une plainte contre Amadou Damaro Camara, Saloum Cissé et Hady Barry. Une plainte qui a été rejetée, dit-il, par le parquet. « Nous avons repris parce qu’ils disent que c’est la victime qui doit porter plainte. Et, la victime c’est Cellou Dalein Diallo. Donc, Cellou Dalein Diallo a donné mandat à Ousmane Gaoual Diallo de déposer la plainte dans les jours à venir ».

On apprend que selon l’article 43 du nouveau règlement intérieur de l’Assemblée nationale, pour lever l’immunité parlementaire d’un député, il faudrait recueillir la voix de la moitié des députés plus dix.

A rappeler que depuis l’avènement de l’Assemblée nationale multipartite en 1995, on n’a jamais levé l’immunité parlementaire d’un député en République de Guinée. Les honorables Bâ Mamadou, Thierno Ousmane Diallo et le député-maire de Ratoma, Mamadou Barry avaient été arrêtés dans l’affaire Kaporo rails sans la levée de leur immunité parlementaire. De même d’ailleurs que le professeur Alpha Condé, arrêté en 1998 pour une tentative de déstabilisation du régime et rébellion à Piné sans la levée de son immunité parlementaire…

Alors, Ousmane Gaoual Diallo sera-t-il le tout premier député qui verra son immunité parlementaire levée ?

Attendons de voir !

Alpha Assia Baldé pour Guineemain.com

Tél. : 622 68 00 41

Facebook Comments

Guineematin