Mme Doukouré Asmaou Bah www.guineematin.com

Mme Doukouré Asmaou Bah
www.guineematin.com

L’ex-secrétaire générale du syndicat national des travailleurs domestiques (SYNTRAD-GUINEE), Mme Doukouré Asmaou Bah, a animé une conférence de presse ce mercredi 13 août 2014 à la maison commune des journalistes, sise à Coléah.

L’objectif de cette rencontre avec les journalistes, était d’expliquer aux hommes de médias la raison de sa démission du CNTG ainsi que du SYNTRADE-Guinée (syndicat national des travailleurs domestiques). Mme Doukouré Asmaou Bah a également profité de l’occasion pour dénoncer certaines ‘’manigances’’ qui se déroulent dans le syndical guinéen.

Au cours de sa conférence de presse, Mme Doukouré Asmaou Bah a quand même réaffirmé sa volonté de soutenir ces personnes en détresse, malgré sa démission. « Depuis le 23 juin 2014, j’ai démissionné de la Confédération nationale des travailleurs de Guinée (CNTG) et, par conséquence, du SYNTRADE qui est sont affilié. Mais, ce changement n’affecte nullement notre foi vis-à-vis du combat que nous menons depuis des années. La défense des droits des travailleurs domestiques reste ma préoccupation », a-t-elle dit.

Mme Doukouré a, par ailleurs, attiré l’attention des autorités guinéennes et de la presse sur ce qui lui semble très important : « Nous dénonçons les manigances de certaines personnes qui, pour des querelles inutiles, ont fait arrêter les travaux sur la ratification de la convention 189. Nous interpellons le gouvernement, le mouvement syndical guinéen, africain et mondial sur les conséquences d’un tel blocage » dénonce-t-elle.

Selon l’ancienne secrétaire générale du SYNTRAD, le secrétaire général de la CNTG, Amadou Diallo, lui mettait les bâtons dans les roues, notamment dans les travaux de ratification. « La CNTG et moi ne partageons pas la même vision de défendre les intérêts des travailleurs domestiques. Amadou Diallo m’empêchait de travailler. Il a dit clairement que tant que je suis moi dans la commission, il ne va pas participer », souligne-t-elle.

Enfin, Asmaou Diallo estimé qu’on ne devrait pas «sacrifier les intérêts d’un pays au profit d’une minorité ».

Assy Diallo

Commentaires