Comme annoncé dans nos précédentes publications, le Président Alpha Condé a nommé hier, lundi 21 mai 2018, Docteur Kassory Fofana comme Premier ministre, chef du gouvernement. Après la publication de ce décret, l’honorable Ousmane Gaoual Diallo a confié à un reporter de Guineematin.com ses sentiments et les attentes du nouveau promu.

Décryptage !

Premièrement, c’est un soulagement pour le peuple de Guinée qui attend depuis 2 mois qu’un Premier ministre soit désigné avec un gouvernement pour que les uns et les autres se mettent au travail.

La seconde chose, je pense que quelque soit l’occupant de la Primature aujourd’hui, Alpha Condé est celui qui cristallise tous les éléments de la mauvaise gouvernance dans notre pays. Et, comme le pouvoir reste concentré au niveau de Sékoutouréya, je ne vois pas en quoi un Premier ministre pourra changer la donne. Ce n’est pas parce que forcément Saïd Fofana était incompétent ou que Youla était incompétent ou que Kassory soit incompétent. C’est parce qu’Alpha Condé n’a jamais eu la volonté de laisser le gouvernement agir. Il a mis en place des hommes qu’il a appelés le gouvernement et mis à Sékoutouréya un autre gouvernement qui, en réalité, tient vraiment tous les leviers de la gouvernance pour imprimer la mauvaise gouvernance. Donc, pour moi, la nomination de Kassory Fofana risque de ne rien changer tant que l’homme a la volonté d’outrepasser les règles et les exigences de notre constitution pour se donner un 3ème mandat.

Donc, si la volonté est d’aller vers un 3ème mandat, il ne faut pas craindre, Kassory Fofana ne pourra rien parce que tout ce qu’il voudra faire va être orienté dans ce but. Cela ne sera pas à l’intention des populations guinéennes.

Après, la bataille qui va nous intéresser nous, dans les prochains mois, c’est le corps à corps entre Kassory Fofana et Alpha Condé parce que Kassory a quand même de la personnalité. C’est quelqu’un, peut-être, qui a envie de faire. Et puis, on verra comment il va demander à Alpha de faire dans la prise de décision au sommet de l’Etat.

Pour ce qui de sa priorité, je pense que quelqu’un qui arrive dans le contexte qui est le nôtre en Guinée, ses démarches doivent être à rechercher l’accalmie et la paix durable. C’est très important. Ça veut dire qu’aujourd’hui, il y a des crises sur la table du Premier ministre : la crise syndicale, institutionnelle, politique, les crises sociales et économiques, etc. Le Premier ministre doit avoir les pieds sur l’étrier rapidement pour pouvoir maîtriser ces crises et les paramètres du développement.

Maintenant, je ne crois pas du tout qu’il puisse le faire dans la mesure où la crise la plus importante dans notre pays, c’est la crise politique. D’ailleurs la crise économique et la crise sociale dépendent naturellement de cette crise politique. Et, je suis sûr qu’on n’est pas encore sorti de l’auberge ; car, on a pris quasiment trois mois de crise lié au contentieux électoral issu des élections de proximité. Si on n’a pas pu régler cela, avec les législatives qui pointent à l’horizon et la présidentielle de 2020, je ne vois pas comment le Premier ministre pourra faire l’économie de mettre les acteurs politiques et les acteurs sociaux autour de la table pour rechercher des compromis durables.

Propos recueillis et décryptés par Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Guineematin